fbpx
menu search

TOBIAS SCHEFFLER Rencontre avec le propriétaire d'un "petit" garage près des Alpilles.

Qui se cache derrière le garage de voiture de collection Asphalt Classics dont nous présentons souvent les automobiles ? Tobias Scheffler, un amoureux d’automobiles particulières qui s’est lancé dans l’aventure d’un garage il y a peu, et prend un plaisir immense à trouver pour ses clients des voitures de qualité à l’histoire toujours intéressante. Son intérêt ne se limite pas aux quatre roues, mais aussi aux montres et surtout à la San Pellegrino, dont il est un consommateur avéré.

Rencontre avec le propriétaire d’un “petit” garage près des Alpilles.

Tobias Scheffler - Garage Asphalt Classics

Qui est Tobias Scheffler ?

Je suis né en Allemagne mais j’ai grandi dans le sud de la France, en Provence plus précisément. Je ne me sens pas totalement Allemand, ou totalement Français, je me vois comme un concentré des deux cultures. J’aimerais n’avoir que les qualités des deux côtés, mais ce n’est pas le cas (rires). 

D’où provient ton amour pour l’automobile ? Qu’est-ce qui t’a emmené vers la création de ton garage ?

L’amour pour l’auto et son univers, c’est mon père qui me l’a transmis en grande partie. Les odeurs, les bruits ou les rituels que cette passion amène ont bercés mon enfance. Je suis tombé dedans sans vraiment le choisir, je n’ai jamais réussi à m’en défaire. Je n’ai pas vraiment essayé d’ailleurs. L’automobile était une passion assez intime chez nous, ce n’était pas quelque-chose qui se vivait comme je le vis moi-même aujourd’hui. Mon père, comme beaucoup de gens, a souvent vécu cette passion avec une certaine volonté de “ne pas faire de vagues”. Certainement parce que pour beaucoup de gens, la voiture est très vite associée au prix qu’elle coûte, à un statut social. Ceux qui y voient plus qu’un simple statut, préfèrent parfois ne pas trop s’exposer. Elle est trop rarement vue comme le produit d’un long processus de réflexion et de créativité, ou tout simplement comme une oeuvre d’art. Entre passionnés, la première question n’est jamais “combien t’as payé ça ?”. Nous oublions trop souvent l’importance du rôle que l’automobile a eu dans le développement de notre société et l’étendue des possibilités qu’elle offre pour un individu de s’exprimer ou de se déplacer librement.

La création d’Asphalt Classics remonte quelques années en arrière, après des études de management hôtelier et quelques expériences. La voiture avait toujours été une obsession et un élément qui prenait une grande partie de mon temps libre, mais quelque chose en moi me faisait penser que si personne dans ma famille n’avait travaillé dans l’automobile avant, je ne pouvais pas être le premier. J’avais des modèles familiaux et il semblait logique de suivre le même chemin. Ce qui est drôle, c’est que j’ai reçu une éducation formidable de parents qui nous ont toujours dit que, peut importe ce que nous souhaiterions faire dans la vie, nous serions libres de le faire. La seule condition était de faire quelque chose que nous aimions, et d’y exceller par la qualité du travail accompli. Cela m’a pris quelques années avant de réaliser que j’étais passé à côté de l’évidence depuis longtemps. J’avais la chance d’être lié d’amitié avec mon mécanicien de confiance qui avait envie de faire quelque chose de nouveau et, surtout, l’intime conviction que notre amour du détail et des véhicules d’exception divers et variés saurait convaincre une clientèle de passionnés. Cela nous a pris beaucoup de temps pour trouver le bon lieu et pour définitivement s’installer, mais on l’a fait. Je pense que nos clients sentent que nous aimons profondément ce que nous faisons. 

On remarque tes préférences en termes de style auto, tu peux nous en dire un peu plus sur tes goûts ?

Je dis souvent qu’à chaque fois que j’entre dans une Porsche, j’ai l’impression d’être à la maison. Certainement car la passion de la marque a toujours été ancrée chez nous. Cependant, je me vois plus comme un hyper-actif automobile. Je peux développer autant de fascination pour des supercars que pour des modèles bien plus modestes ou peu connus de la masse. Je suis fasciné par les berlines et breaks puissants et les possibilités en terme d’utilisation qu’ils offrent, comme j’adore l’efficacité d’une sportive dépourvue de tout confort, et, parfois, de bon sens. Je fais ce job, en partie, parce qu’il me permet de ne jamais m’ennuyer.

J’aime adapter la voiture à l’humeur du jour ou de l’Instant, même si la plupart du temps, l’emploi du temps fait que je privilégie l’efficacité d’un break au quotidien pour être flexible et aller rapidement de A à B. Quand je peux, je varie. Parfois, j’ai envie de me laisser transporter sur un nuage et de profiter du trajet en écoutant de la musique dans un intérieur des années 60 plein de bois et de cuir de chez Jaguar. Il y a d’autres jours où j’ai envie d’entendre un V8 atmosphérique hurler ou d’être au volant d’une quasi voiture de course comme avec la 911 GT3. Parfois, surtout quand il pleut (ce qui arrive rarement ici dans le sud), j’ai envie de faire un détour en Panda 4×4 et de risquer de finir sur le toit en mettant à l’épreuve l’inclinomètre placé sur le tableau de bord. De manière générale, si j’ai l’occasion de conduire quelque chose avec un moteur, que ce soit un Sprinter lors d’un déménagement ou même une tondeuse, je ne dirai jamais non. Peu importe la machine, l’inconnu et la nouveauté m’attirent toujours. 

Comment trouves-tu l’évolution du marché de l’automobile ancienne ?

Cela dépend de quel marché nous parlons. Je n’ai pas vraiment à avoir de jugement sur ce qu’on appelle “le marché”, car il n’est que la représentation de la demande. Ce que je peux dire, c’est que la majorité des gens pour qui l’automobile est un plaisir et passe-temps, se posent les mauvaises questions lors d’un achat. Ils n’ont pas toujours le temps de consacrer beaucoup de temps à leurs recherches et suivent souvent trop de conseils d’influenceurs ou d’émissions diverses et variés qui leur disent quoi acheter, alors que le plus important lors d’un achat plaisir, c’est ce que vous comptez faire avec la voiture. Et plus important que ça, si vous vous retournerez pour la voir dans la rue, juste après l’avoir garée. Avez-vous des enfants ? Vivez-vous en campagne ou en ville ? Souhaitez-vous pouvoir voyager avec le véhicule ? C’est notre travail d’aider les gens avec ces questions. Lors d’un achat plaisir, il faut écouter son coeur.

Jaguar Mark 2

Une autre partie du marché, celui de l’investissement, fonctionne différemment. Même si là aussi, beaucoup de gens accomplissent des rêves et ne sont pas là que pour le profit. 

De manière générale, même si certains ont peur de l’arrivée de l’électrique et des législations dans les différents pays du monde, la voiture de collection attire et fascine. Elle permet aussi aux bourses plus modestes de placer de l’argent de manière raisonnée tout en prenant du plaisir. On ne peut pas faire cela avec tous les investissements et il y en a pour tous les gouts et budgets. C’est ce qui fait la beauté de ce marché. Je pense donc que son évolution est bonne, même si certains modèles deviennent inaccessibles pour certains, parfois en l’espace de quelques années seulement.

Tu portes souvent de jolies choses au poignet, comment places-tu la montre dans ton quotidien ?

Merci pour le compliment!  C’est un peu l’Alter Ego de la voiture pour moi. Une montre prend peu de place, elle se porte au poignet et vous accompagne. Si vous l’entretenez régulièrement et que vous en prenez soin, elle durera toute une vie sans vous coûter une fortune (la plupart du temps) ou, comme c’est le cas avec les voitures, un garage, des frais d’entretien élevés, etc.

Il y a un côté du plaisir beaucoup plus rationnel. Elles ne me procurent pas les sensations que me procure une voiture, mais elles m’en procurent d’autres et m’accompagnent dans la vie. La montre, comme la voiture, est un moyen formidable de s’exprimer. Encore faut-il tomber sur d’autres passionnés pour être compris. Le plus important, c’est d’y prendre du plaisir soi-même. 

Quelle est la prochaine auto fantastique que tu vas rentrer ?

On ne crie jamais victoire avant d’avoir signé les contrats, mais dans les prochaines semaines,  on peut s’attendre à de belles italiennes, forcément de la Porsche et quelques autres pépites qui devraient plaire ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less