menu
search

Quartz can be cool. Really cool.

Nous aimons les montres mécaniques, les balanciers qui s’agitent, les masses oscillantes qui glissent et les aiguilles qui filent. C’est un fait. Mais trop souvent nous rejetons le quartz, vu comme enfant indigne de l’horlogerie, habitant des boitiers remplis d’air tels ces paquets de chips à moitié pleins.

Nous avons tort. Certes le quartz caractérise un nombre important de montres que nous ne pouvons apprécier pour de solides raisons, mais il anime aussi le cœur de pièces historiquement intéressantes, parfois vraiment cool d’un point de vue du design et non dénuées de technicité.

Publicité

Le quartz, c’est quoi ?

Vous ne m’en voudrez pas si je prends quelques lignes pour expliquer ce que l’on met derrière tout ce petit mot à consonance kryptonienne.

Pour commencer, comprendre le quartz dans les détails est très compliqué. Je ne prendrai donc pas mon vêtement de physicien, et je n’ai d’ailleurs pas encore assimilé toutes les histoires de composition du quartz et de ses molécules de dioxyde de silicium arrangées dans une structure cristalline trigonale-trapézoédrique aux propriétés piézoélectriques. Certes.

Seiko Quartz Type 2 Vintage

Pour simplifier, disons que le mouvement à quartz est composé d’un circuit intégré qui contient un oscillateur (amplificateur + quartz); une autre partie permet quant à elle de contenir les fréquences trop fortes de cet oscillateur afin d’afficher les secondes.

La faculté piézoélectrique du quartz permet, en lui insufflant un signal électrique (grâce à la pile), de générer une résonance mécanique.

D’un côté donc, nous avons la partie électronique qui produit un signal régulier et précis, qu’il faut transformer en mouvement.

Cela passe par une partie moteur « pas-à-pas »qui contient la bobine que nous voyons souvent à l’ouverture d’une montre quartz. Quand arrive à la bobine l’impulsion électrique, un mouvement se produit, transmis à l’aiguille des secondes. Vous connaissez la suite.

Yema Paris Quartz Diver Vintage

Pourquoi ces quelques lignes ? Pour que l’on ne sous-estime pas le quartz, fruit de quelques décennies de recherche et tout de même assez technique pour que l’on se penche de longues heures dessus. Celui qui a bien failli à lui seul décimer toute l’industrie horlogère helvétique n’est pourtant pas que mauvais.

Quartz et quartz

Mais voilà tout. Le quartz a beau être intéressant et technique, il n’en reste pas moins que tous les mouvements à quartz ne se valent pas. Loin de là même. On comprend pourquoi le quartz a connu la déception de nombre d’entre nous, par les volumes malsains de montres à très bas coûts qu’il a engendré.

Vous savez, ces montres que je nomme « paquet de chips » par la déception qui suit l’ouverture de leur mouvement et la quantité d’air entourant un ridicule mouvement maintenu au centre de la boîte par un cercle en plastique blanc. Ceux faits de rouages que l’on peut tordre avec les dents.

Seiko Quartz Type 2 Vintage

Mais cette forêt de ne devrait cacher les quelques arbres qui valent le détour. S’il vous est déjà arrivé d’ouvrir une boite de montre à quartz Omega, ou encore Seiko, vous avez pu comprendre mon propos. Dans la majorité de ces beaux mouvements à quartz, on retrouve des ponts, parfois décorés, et une multitude de rubis.

Le mouvement est généreux, l’architecture est parfois très belle et on sent tout le travail qui a été effectué et le temps passé à la conception et au développement.

Pourquoi le quartz, c’est cool

Probablement comme certains d’entre vous il y a quelques années, je ne m’intéressais qu’aux montres mécaniques. Puis mon chemin a rencontré quelques montres exceptionnelles, que je qualifierais parfois de « YoungTimer« , et qui m’ont immédiatement fait changer d’avis. Heureusement.

J’aimerais ici prendre le temps de vous en présenter quelques-unes et j’espère, vous faire changer d’avis sur le quartz ou vous y faire intéresser encore plus !

Rolex Oysterquartz - Datejust 17014 - porte

La première montre qui m’a fait changer d’avis sur le quartz n’est autre que la Rolex Oysterquartz.

Une pièce qui présente des finitions exceptionnelles, dans l’esprit Rolex, avec un boitier représentant à merveille l’époque à laquelle elle est apparue. Au tout début des années 1970. L’un des très rares bracelets intégrés sur une boîte « oyster ». Rien que ça.

Si vous n’avez jamais eu l’occasion de voir ce qui se cache à l’intérieur, c’est autre chose. Des ponts décorés Côtes de Genève, un peu d’anglage, du perlage, et le mouvement à quartz qui se cache juste en dessous,  héritage de tous les progrès techniques dont je vous parlais il y a quelques lignes.

Omega Seamaster 120 Quartz Jacques Mayol

L’autre pièce qui m’a fait aller un cran plus haut dans l’admiration de pièces à quartz n’est autre que l’Omega Seamaster 120 « Plongeur de luxe » Jacques Mayol.

Une pièce apparue en 1981 connue pour avoir équipé le poignet de « l’homme dauphin » Jacques Mayol lors de sa plongée record en apnée à 101 mètres de profondeur au large de l’ile d’Elbe.

Une pièce, entre autres, équipée du calibre 1337 Omega, présentant comme son homologue de chez Rolex un mouvement travaillé. Une montre surtout belle par sa lunette en verre minéral trempé, une boite d’une rare finesse tout en rondeur et en reflets, et surtout un bracelet en acier d’une incroyable souplesse fortement inspiré de la Royal Oak. Après avoir travaillé sur la Constellation, peut-être Gerald était-il un soupçon nostalgique ? Possible.

Casio G Shock DW 5600E

Je ne pourrai pas continuer cet article sans évoquer la fameuse Casio G-Shock. J’entends déjà les soupirs de certains. Mais attendez. Cette pièce est l’icône d’une époque, possède un design reconnaissable parmi mille, et surtout est à l’épreuve de tout. Mais je ne vais pas ruiner la surprise, Nous nous attarderons sur le sujet très prochainement…

Yema Paris Quartz Diver Vintage

En quelques mots, donc, le quartz est aussi synonyme de bonnes et de belles choses. Il est bien compréhensible, voir normal, chez celui qui s’intéresse au monde de l’horlogerie, que le quartz ne soit pas la priorité face à l’immensité de beauté mécanique qui s’offre à nous. Il serait pourtant bien dommage de le négliger par snobisme ou par simple méconnaissance. Je vous le garantis, il y a de très belles choses à redécouvrir. Des chose pointues qui n’intéressent pas encore les masses. C’est donc bel et bien le moment de s’y intéresser…

Omega Equinoxe

7 réponses à “Quartz can be cool. Really cool.”

  1. legeay dit :

    Bonjour,
    Je suis navré de doucher votre enthousiasme mais NON, les montres à quartz ne sont pas « cool ». Non pas parce qu’elle seraient moins « nobles » que les mécaniques, ce que vous soulignez justement, mais parce que leur carburant est très polluant, voire toxique ! Peu ou pas recyclées, les piles sont une plaie pour l’environnement, et elles le seront durablement, on n’en vient pas à bout.
    Certes, cette technologie déjà ancienne est précise, économique (peut-être), pas si pratique que ça puisque le plus souvent on jette la montre avec sa pile épuisée plutôt que de remplacer celle-ci, mais quel boulet écologique ! La montre à quartz n’est pas cool, définitivement.
    Cordialement, Alain

    • Alain (aussi) dit :

      Bonjour,
      pour info, je possède deux montres à quartz SOLAIRES, une G-Shock et une Seiko, donc sans piles. La G-Shock tourne depuis 12 ans sans problème.
      Le problème vient plutôt des montres irréparables, comme la Breitling New Pluton des années 90 dont Miyota à cessé la fabrication du moteur. Breitling à fait une offre de reprise très intéressante (je le sais, j’en ai une) à laquelle je n’ai pas souscrit, étant très attaché à cette vieille montre même définitivement en panne. Aujourd’hui, elle orne mon coffret à montres à côté des autres, mécaniques, ou solaires, qui fonctionnent.

      Cordialement.

  2. LUDOVIC dit :

    Salut Les Rhabilleurs,

    Vous attaquez ici un sujet sensible… il y a eu en effet des choses intéressantes (les premiers mouvements thermo-compensés) et il y en toujours, dans les récentes je pense à Longines et Grand Seiko (je parle bien du quartz et pas du spring drive, autrement plus intéressant), par exemple.

    Mais même si le quart peut avoir un intérêt technique voir être esthétiquement jolie chez certaines marques de moyennes gammes, il manque un peu de poésie et de magie dans ce type de mouvement pour moi.
    Comme pour l’automobile, un belle mécanique thermique aura toujours plus de raissonnance pour un passionné qu’une voiture électrique.

    Également comme l’a fait remarquer Alain, les piles sont une problématique environnementale importante, comme pour les voitures électriques finalement…

    Bonne journée,
    Ludovic

  3. Anonyme dit :

    Les montres à quartz ont un intérêt incroyable, leurs précisions. Et je suis totalement d’accord avec l’idée qu’il y a quartz et quartz. Les montres Solar de Seiko montres sont géniales et bien finies. Pour avoir des plongeuses automatiques de chez Seiko et des plongeuses Solar quartz. Je préfère largement les Solar. Sans le quartz, Gshock n’existerait sans doute pas, et ce sont pourtant des petits jouets technologiques géniales comme premières montres plaisir, sans oublier leurs resistances aux chocs et leurs aspects increvables. Les montres à quartz sont à la fois un premier pas dans l’horlogerie et elles ont pour elles, quand elles sont Solar ou Eco-Drive, de ne demander que très peu d’entretien. Il y a tout autant de charme dans le quartz Solar que dans une montre mécanique, même s’il est différent. Il suffit juste de ne pas trop rester sur ses positions un peu ridicules qu’il n’y a que la mécanique qui est vraiment respectable. Pour moi, ce sont de vieilles idées bien dépassées

  4. Christian-Louis dit :

    Electric is Chic !

    La Rolex et l’Omega dans la wish-list!!

  5. Maxime dit :

    Chers Rhabilleurs,

    Encore un bien bel article qui bouscule les idées reçues et donne à réfléchir.
    Il est vrai que comme tout amateur d’horlogerie je reste très orienté montres mécaniques. Cependant le quartz a de très beaux avantages. Personnellement je possède 3 quartz, 2 Tissot qui ont été mes premières « vraies » montres, auxquelles j’attaches une valeur sentimentales énorme, et une G-Shock qui reste la montre qui me m’accompagne dans mes randonnées, plongées, etc. bref une montre increvable, qui ne craint rien et qui est une véritable icône comme le développe votre récent article sur le sujet.

    Oui les montres mécaniques restent ce qui nous fait le plus vibrer, cependant bien que certaines mécaniques soient taillées pour l’aventure, je ne suis pas encore psychologiquement prés à amener mes montres mécaniques dans des activités trop intenses de peur de les abimer. Et dans ces moments là je suis très heureux d’avoir du quartz au poignet pour profiter sans craintes d’abimer ma montre.

    Personnellement, en plus de certaines belles quartz que vous présentez plus haut, je trouve que Longines avec sa gamme VHP a introduit des montres à quartz très attirantes.

    En effet il y a une dimension écologique comme le démontre Alain dans son commentaire et l’avenir du Quartz peut se retrouver dans le solaire, peut être un futur article à développer plus tard par vos soins.

    Amicalement,

    Maxime

  6. Olivier dit :

    Bonjour, les rhabilleurs.
    Voici un sujet très intéressant et qui fait débat. Certes, comme beaucoup quand on commence à s’intéresser à l’horlogerie , on pense d’abord souvent montre automatique et un premier achat concerne souvent un modèle d’entrée de gamme avec une vue « panoramique » sur un mouvement qui n’a pas forcement un grand intérêt horloger quand il n’est pas fini à la serpe… Vue qui se limite souvent, d’ailleurs, à la contemplation d’une masse oscillante qui en réalité masque le mouvement proprement dit et épaissit une montre habillée avec un deuxième verre saphir… Et que dire de la pertinence de ce deuxième verre sur un modèle sportif, comme une plongeuse par exemple ? Parallèlement, on reconnait aussi une Rolex à son fond plein tout en sobriété et sans aucune gravure…. Un véritable amateur de mécanisme ne devrait-il pas se tourner vers le remontage manuel, vers le charme de remonter sa montre chaque matin avant de partir vaquer à ses occupations ? Quelques rares modèles accessibles le permettent encore, comme l’Hamilton Khaki ou la Stowa Partitio.
    Avec le recul, n’y a t-il pas autant de noblesse dans un beau mouvement à quartz, d’une précision redoutable voire imbattable quand il est thermo-compensé ? Ces montres offriront en outre la fonctionnalité d’être toujours parfaitement à l’heure tant que durera la pile, les oublierait-on un mois sur une table de chevet . Moi qui suis un adolescent des années 80, je ne peux être que nostalgique en voyant ces « young timers » que sont la Rolex Oysterquartz (désignée par Gérald Genta si je ne m’abuse), l’Oméga Seamaster « Jacques Mayol » ou encore l’Oméga Marine portée par J.Y. Cousteau. Tous ces modèles représentaient alors une vraie plus-value par rapport aux mécaniques à la papa… Elles ont toutes acquis,depuis, un véritable « storytelling » comme on l’aime en horlogerie. Toute une époque…
    S’il fallait aller plus loin et citer quelques incontournables quand on parle quartz, on pense bien sûr immédiatement aux japonaises. Dans ce cas, outre la Casio G-Shock (l’originale quadrangulaire, bien évidemment et aussi la Frogman), il y a aussi la Citizen Promaster JP2000 et puis il y Seiko … Comment ne pas citer L’Astron par exemple ou oublier l’iconique Seiko Tuna qui plonge ses racines dans les années 70 et dont l’histoire est incroyablement riche au point de justifier des chapitres entiers ? Et puis, voila des montres dont les mouvements « high torque », spécialement dédiés, sont tout sauf « paquet de chips »…
    Plus loin encore ,il y les quartz haut de gamme,très qualitatifs, comme Grand Seiko sait les faire et qui offrent une précision incroyable de quelques secondes par an ! Quant à ceux que la pile dérange son concurrent Citizen propose une Chronamaster « écodrive », donc solaire, encore plus époustouflante. Il y a de même pour bien moins cher, la Casio Océanus ,solaire et radio-pilotée (Casio haut de gamme en titane bien plus chic qu’une G-shock, par exemple.)
    Finalement, avec le recul je pense qu’aujourd’hui les deux technologies se complètent et peuvent coexister sans se faire la guerre comme dans les années 80 et 90. Comme beaucoup ici, je serais le premier à céder au charme du remontage d’une Reverso ou d’une phase de lune par exemple. C’est un peu comme comparer un appartement avec vue au haut d’un gratte ciel au charme d’un week-end au coin du feu dans une maison de compagne avec poutres apparentes ou faire de la plaisance avec un voilier ou un bateau à moteur. Après tout, le fait que cette technologie, dans le domaine de la navigation soit dans l’absolu, totalement dépassée depuis la fin du 19ème siècle n’empêche pas qu’une grande proportion des yachts dans les ports de plaisance soient toujours des bateaux à voiles, ni même que cela se justifie pleinement si l’on se préoccupe de l’écologie….
    Cordialement, Olivier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less