fbpx
Wabi & Sabi : La beauté de l’éphémère, du simple & de l’imparfait

Wabi & Sabi : La beauté de l’éphémère, du simple & de l’imparfait

Je crois pouvoir dire que nous partageons tous une sensibilité  pour les objets qui ont une âme, une histoire. Une paire de lunette vintage, une lame japonaise, un sac de voyage au cuir patiné ou bien évidemment, un garde-temps. Cette beauté créée par le temps qui passe se ressent, se perçoit mais ne s’explique pas forcément.

Rolex Calatrava 1950 - Or Rose

Peu de cultures se sont aussi bien penchées sur le sujet que le Japon. Deux mots, deux notions qui traduisent la complexité et la subtilité de concepts que nous allons essayer de comprendre aujourd’hui, pour peut-être mieux comprendre notre attrait pour ses pièce anciennes et notre amour du tritium à la teinte “coquille d’oeuf”.

Car oui, les objets ont une âme, et je ne parle pas ici de design, ni d’un objet dont on connaîtrait la provenance mais d’une patine, d’une décoloration, de ces effets du temps qui font la différence. Je parle d’une attirance comparable à celle envers un visage marqué par les rides ou pour un regard dont la profondeur  traduit l’expérience de l’âge.

Tout d’abord, même si bon nombre d’auteurs occidentaux parlent souvent d’un concept unique de “Wabi-Sabi”, n’allons pas trop vite en besogne. Il s’agit bien de deux concepts distincts qui méritent chacun toute notre attention. Attention cependant, nous n’allons pas essayer d’apporter une définition simpliste ni de chercher à comprendre ces notions avec notre intellect mais au contraire de les approcher avec notre sensibilité, notre instinct et nos émotions. Vous êtes prêts ? 

Au commencement : La cérémonie du thé

C’est bien à Sen Soéki (1522-1591), plus connu sous le nom de Rikyu, que l’on peut sans doute attribuer une partie de la vérité sur le Wabi et le Sabi.  C’est en rénovant l’art du thé qu’il a posé les bases d’une esthétique japonaise que l’on connait aujourd’hui et qui montre la valeur de ce qui est éphémère, du moment sublime et non reproductible. La valeur de l’“Ichigo Ichie”, rencontre unique dans une vie unique.

Qu’est ce que le Sabi ?

En occident, nous préférons souvent le neuf, le propre, même si une minorité d’entre nous voue une véritable passion aux antiquités, une grande majorité s’empressera par exemple de  frotter un vieux bronze afin de le rendre clinquant, de nettoyer un cadran ou de faire polir une boîte, souvent à outrance.

Vintage Omega Ranchero - focus

Pour un japonais au contraire, c’est un crime. C’est justement cette trace du temps qui a une valeur inestimable. C’est elle qui traduit le caractère éphémère de toute chose, qui apporte la douceur et la sérénité, mais qui apporte parallèlement, il est vrai, un sentiment de nostalgie et de solitude.

Qu’est-ce que le Wabi ?

Le Wabi est un concept beaucoup complexe à définir, mais nous allons tenter de le définir. Il  recouvre deux idées complémentaires que sont la “pauvreté” des moyens utilisés pour créer l’oeuvre, et le caractère évocateur de celle-ci.

La notion de pauvreté des moyens ou des matériaux utilisés s’applique à priori moins bien à un garde temps qu’à une céramique, mais encore. Le choix de l’acier sur l’or ou le platine, une boîte entièrement brossée, et des index peints, autant de choix esthétiques et techniques qui se rapportent au “Wabi”. Une forme simple et épurée dont la simplicité apparente, parfois âpre, peut induire, là aussi, un sentiment de tristesse.

Appliqué à l’horlogerie, le Wabi d’une montre se traduirait par la simplicité et le rejet de tout artifice inutile. Le wabi d’une montre passe par les histoires qu’elles racontent. Je pense immédiatement aux montres militaires et autres tool-watches épurées, dont le design et la construction fonctionnels leur confèrent une beauté bien particulière, dénuée d’artifices.

Chronographe vintage Tissot - wrist

Deux notions qui traduisent non seulement des qualités esthétiques mais surtout les émotions qui en découlent, le caractère évocateur de celles-ci.

Tout comme le dessin du battement d’aile du héron près d’une branche  de saule nous rappelle un instant de fraîcheur fugace par une lourde journée d’été, la patine “tropicale” d’un cadran ou la teinte passée des index nous transportera vingt-mille lieux sous les mers, à une époque ou tout était encore à découvrir…

Espérons à présent que certains comprendront peut-être un peu mieux ce que l’on ressent et où regarder lorsqu’on s’attarde avec le regard de l’enfant sur ces pièces qui nous font rêver… Non, il ne s’agit pas uniquement de cadrans et d’aiguilles…

5 réponses à “Wabi & Sabi : La beauté de l’éphémère, du simple & de l’imparfait”

  1. Muller dit :

    Bonjour pourriez vous me dire le modèle de la Tissot à la fin ?

    Merci

    • Jérôme dit :

      Bonjour Quentin,
      C’est une montre Tissot Vintage à la référence inconnue et qui n’est malheureusement plus en production depuis longtemps, mais elle a beaucoup de charme, nous sommes d’accord !

  2. François COLAS dit :

    Il s’agit d’un modèle assez proche du chrono Janeiro qui a été réédité l ya peu si ma mémoire est bonne en noir.
    Bonne journée
    F Colas

  3. Hub dit :

    Cette Tissot est t’aiment incroyable. Je relis les deux articles du blog qui le mentionnent et l’a trouvé fabuleuse. La voilà dans la liste au Père Noël… sans illusion (ni frustration, cf. Un article récent sur le blog)

  4. Hub dit :

    Cette Tissot est vraiment incroyable. Je relis les deux articles du blog qui la mentionnent et la trouve fabuleuse. Un vrai coup de cœur ! La voilà dans la liste au Père Noël… sans illusion (ni frustration, cf. Un article récent sur le blog).

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less