Home Actualité Horlogerie

Cay Brøndum : Rencontre avec le père d’un Art Horloger Historique

Jérôme
Le 4 septembre 2017
R

Rencontre avec celui qui a sans doute lancé la niche de la peinture “horlogère”. Un art bien à part qui raconte une histoire et met en avant les icônes qui nous fascinent tous. Amateur et collectionneur à ses heures perdues, ce peintre aux multiples techniques et facettes nous explique son approche et son parcours et répond même à quelques questions “Hors-Sujet”… Une très belle rencontre !

Cay Brøndum : Un parcours

Celui dont nous connaissons dorénavant tous la patte est né à Copenhague et y habite toujours. Cay a fait de la peinture son métier, mais n’en à pas reçu la formation. Complètement autodidacte, il l’avoue simplement :  “Alors que je n’étais qu’un enfant, mes crayons m’ont toujours rendu heureux. Ça n’a pas changé !”. 

Cay Broendum - Historic Horological Art

Aujourd’hui, ces peintures varient de l’aquarelle aux huiles sur toiles. Une peinture le plus souvent figurative souvent très colorée.

“Alors que je n’étais qu’un enfant, mes crayons m’ont toujours rendu heureux.
Ça n’a pas changé !”

Les peintures “horlogères” ont commencé purement par plaisir en 2012, presque par hasard et à titre purement personnel pour habiller un mur de son appartement de Copenhague. Cet Historic Horological Art occupe aujourd’hui la moitié de son temps.

L’engouement vient bien entendu des collectionneurs qui aiment voir peint l’histoire des pièces qu’il possèdent et qu’ils aiment tant, mais aussi de plus jeunes amateurs qui avant d’en avoir les moyens, commencent par acquérir une édition limitée, un tirage d’art, petit ou grand, de leur objectif à 1, 3 ou 5 ans. Un excellent moyen de ne pas oublier…

“Historic Horological Art” : Un concept à part

Aujourd’hui, ils sont plusieurs sur ce créneau très niche, et chacun a son style. De  l’approche très mode de Matthew, aka “Sunflowerman” que nous vous avons présenté récemment, au coup de crayon extrême de précision qui ressemble finalement davantage à un dessin technique, chacun y va de son expérience et de sa relation à la montre et au temps.

Le concept

L’approche de Cay est artistique, certes, mais précise. La montre est évidemment au centre de l’attention, mais l’oeuvre raconte une histoire, celle d’un outil et de son époque, parfois celle de ceux qui l’ont rendu célèbre. Si je devais résumer son travail, je dirais simplement qu’en plus de reproduire de vraies belles montres iconiques, il arrive à capturer un partie de cette âme, de ce parcours qui fait qu’elles nous feront sans doute toujours vibrer plus que d’autres.

Cay Broendum - Historic Horological Art

Mais ne vous y méprenez pas, si Cay aime par ses peintures faire voyager et recréer une ambiance, à la manière de certaines vieilles affiches publicitaires des années 50, tous les détails qui ont tant d’importance à nos yeux, y sont bel et bien présents.

“Painting a watch without knowing its story is just like painting a portrait whithout knowing the person. It just does not work as well.”

A force de se renseigner sur les modèles qu’il peint, et il y en a de plus en plus, il avoue lui même aujourd’hui savoir de quoi il parle. Encore une fois, la connaissance est la clé, car “Peindre une montre sans connaître son histoire, c’est comme réaliser un portrait sans connaître la personne. C’est forcément moins bien, et ça se ressent”.

La technique

La technique utilisée dépend principalement des formats. Si les plus petits formats sont peints directement sur des papiers d’époque, souvent de vieilles lettres et courriers, les toiles plus grandes sont d’abord habillées d’impressions de photos qu’il réalise lui même avec de vieilles cartes sur lesquelles il peint ensuite.

Les éditions limitées

Les éditions limitées, qu’elles soient sur toile ou sur support aluminium sont de très grande qualité. Chaque tirage est numéroté et signé par l’artiste qui avoue lui même à la base ne pas vraiment être partisan des lithographies. Après avoir longtemps cherché un procédé satisfaisant, il y est arrivé.

Les tirages sur toile sont vraiment bluffants et les plus petits formats sur plaque d’aluminium également, tant le support métallisé confère aux boîtes et bracelets un réalisme étonnant. Chaque exemplaire est validé, approuvé, numéroté et signé par Cay à son atelier avant de s’envoler et de rejoindre son futur propriétaire.

Les questions non-essentielles pour mieux connaître Cay Brøndum

S’il ne devait en rester qu’une ? 

Si je devais tout laisser derrière moi et n’emporter qu’une seule montre, je porterais ma vieille Tissot PR516 Seastar de 1969.  Elle appartenait à mon père et c’est une montre de sport élégante que je porte vraiment très souvent.

Une autre passion à partager ?

Je crois qu’on ne peut avoir qu’une véritable passion. Le reste est plus vraisemblablement fascination, intérêt, ressenti ou plaisir. Ma véritable passion sont évidemment le dessin et la peinture.

Maintenant j’ai également une véritable fascination pour toute mécanique bien huilée, qu’il s’agisse de voitures, motos ou montres. J’ai également une fascination pour les designs réussis où formes, équilibre, harmonie et esthétique se rencontrent. Si ces designs s’accompagnent d’une belle histoire, en plus.. “I’m all in !”

Votre ville préférée ?

Copenhage, où j’habite actuellement, mais je pourrais vivre dans bien des endroits. J’aime avant tout les villes empreintes d’histoire, où l’architecture de bâtiments anciens rencontre des choses plus modernes.

Et bien sûr l’océan. C’est en sa présence que je me sens vraiment bien. J’aime donc les villes de bord de mer. Un port, une plage, peu importe le temps. J’aime voir, sentir et écouter l’océan. Pouvoir emporter une montre de plongée ne me dérange pas non plus…

Votre cocktail et repas préféré ? 

Oh! Je choisis plutôt la bière bien fraiche, les cocktails, ce n’est pas trop mon truc. Mon repas fétiche est très simple, presque ennuyeux mais une tranche de pain de seigle avec du bon fromage et une tasse de café, je ne m’en lasserai jamais.

Plutôt Chocapics ou Miel Pops ?

Pour le petit déjeuner, c’est juste une pomme pour moi. Encore une fois je ne vous fais sûrement pas rêver, mais je me lève en général très tôt pour commencer à travailler, c’est parfait pour me réveiller et m’apporter l’énergie nécessaire !


Encore une belle rencontre avec un artiste, un connaisseur, un passionné et amateur de belles choses. Celui qui aime raconter des histoires à travers ses créations est un homme heureux qui a réussi à faire en sorte que son métier combine son talent, sa passion et l’un de ses passe-temps favoris.

Comme il le dit si bien lui-même, ces oeuvres sont aussi une manière de ne pas  oublier le temps qui passe. A lui de nous poser la question à son tour : “Comment passez-vous votre temps? J’espère que c’est en faisant quelque chose que vous aimez, avec ceux que vous aimez. Sinon, tachons de ne pas l’oublier : le temps, c’est maintenant…”


The artwork is also a reminder, on the hole subject of TIME.  How do you spend you TIME? hopefully by doing something you love – otherwise remember, Time is now…. 

Des questions et des réponses qui forcément résonnent avec notre vision des choses et de la raison pour laquelle nous aimons tant porter des montres…


Pour aller plus loin, sachez que nous proposons à la vente certaines oeuvres de Cay Brøndum. Pour ceux qui souhaiteraient des références particulières, il suffit de le contacter. Et pour ceux qui ne sont pas fans de belles montres (dommage), son univers est bien plus large…

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer