Home Portraits Rencontres

Portrait : Le Tone, bientôt dans les bacs

Nicolas
Le 23 décembre 2017
T

Troquons les mocassins à glands de notre cher Frédéric Brun pour une paire de Huarache Ultra orange fluo. Le contraste est saisissant, mais il fait grand plaisir. Aujourd’hui, nous allons parler rap, automobile, art et montres. On peut déjà humer une vague odeur d’acrylique fraichement sortie d’une bombe de peinture. Vous l’avez probablement déjà vu à la TV en train de drifter en C3 ou en Continental GT.

Sans plus attendre, voici la fiche technique de Yann Tone. Ne l’appelez pas Yann.

__

Tout démarre rue Pierre et Marie-Curie, à Tarbes. Il y est né, n’y est pas resté. Puis y est revenu il y a 10 ans pour se procurer une voiture dont il avait toujours rêvé : une BMW E30.

Portrait - Le Tone - BMW E30

Le genre de voiture que l’on aurait pu trouver sur le parking décrit par IAM dans Je danse le MIA :

“J’entends encore le rire des filles
Qui assistaient au ballet des R12 sur le parking”

Bref. Après Tarbes, Tone débarque à Paris avant de prendre le train pour Bordeaux en 1990. Sa créativité s’exprime alors pleinement. Il est un de ceux qui commencent à porter un véritable intérêt au Rap, en pleine émergence pendant cette dernière décennie. Quelques rencontres à Bordeaux, et il entreprend ses premières tournées en tant que MC avant d’enregistrer quelques sons.

Portrait : Le Tone

Entre deux enregistrements, il envoie quelques graffitis sur Bordeaux et Paris. Mais les opportunités pour entrer dans des maisons de disques se font rares. On le pousse alors à montrer ses maquettes (pour le son bien sûr, Tone n’étant pas féru de maisons en allumettes).

BINGO, “Source”, alors jeune label, apprécie ses instrus. On découvrira alors ses sons sur les compilations Source Lab, 1 2 et 3. Aux côtés des noms (pas encore) connus de la French Touch tels Daft Punk, Etienne de Crecy ou encore Cassius. Rien que ça.

Portrait - Le ToneRegarder l’heure avec distinction (Tone, en bas à droite)

Bonne vibe oblige, il signe en 1998 avec la Maison d’Artistes Naïve et sort “Joli Dragon” la même année pour la naissance de sa fille. Qui restera quelques temps en tête des classements français. Son premier album, Le Petit Nabab, sortira en 1999. Fort.

Personnellement, pour m’y être intéressé de près, mon son favori reste un de ses premiers, intitulé Jean-Jacques et les Dauphins (un hommage à Jean-Jacques Perrey, pionnier de la musique électro). Il y enchaîne quelques bandes bien travaillées, mes oreilles apprécient. S’en suivront des performances, installations interactives un peu partout, lui permettant d’exprimer son côté créa. Pas de Bac en Arts Plastiques, mais un goût certain pour le dessin, visible quand il esquisse ses clips.

En 2008, un des ses potes Rédac chef du magazine PlayBoy lui annonce que le magazine Intersection recherche une personne pour essayer des voiture. Ni une ni deux, il y passe 4 années consécutives, et redonne un brin de réputation à ce magazine. Pourquoi 4 ans ? À cause d’une nouvelle proposition. C’est là que tout devient intéressant. 

Un de ses potes (il en a beaucoup, c’est un MC) chez GQ lui passe un coup de fil en lui disant que Top Gear France organise des castings. Tone hésite un instant, mais son ami l’a inscrit de toute façon. Cinq jours de casting plus tard, après avoir fait saigner une Lotus Exige et une Fiat Panda, il annonce la couleur. Ça sera “Top Gear ou rien”. Et ça marche. 

Portrait - Le Tone - Top Gear France

L’émission est particulièrement bien, son équipe l’est tout aussi. Émission qu’il continue d’animer aux côtés de Philippe Lellouche et Bruce Jouanny. Prochaine diffusion le 3 janvier avec de l’Alfa Romeo.

De surcroît, aujourd’hui, Tone envoie sévère en championnat de France Caterham. L’année 2018 est importante pour un potentiel podium. Les bonnes résolutions. 2016 avait sonné une 6eme place et 2017 une 4eme position. Ça semble plus que réalisable, et nous serons les premiers fiers. Au passage, son casque est plutôt fou, ne nous le cachons pas.

À côté de ses courses et essais palpitants, le dessin le passionne toujours autant, surtout quand il peut y représenter l’univers de l’automobile. Il se plaît à revenir aux bases, à réaliser des dessins de moteurs en trois dimensions. Et à exposer bientôt.

Portrait - Le Tone

Parlons de montre, vite fait. Tone est un ami de la marque Tudor. Marque qu’il apprécie grandement, un peu à son image. Simple, sobre et résistante. Enfin, sans le sobre. Il possède une Tudor Pelagos Bleue et un Chrono Black Bay, toutes deux marquées du sceau ‘Le Tone’. Gravé dans la roche. Même si on le pense homme du bitume, il a depuis sa plus tendre enfance chéri l’Océan. Professeur de voile aux Glénans de ses 13 ans jusque 20 ans. Et même chef d’île de Drennec. Du très gros gros level.

Donc, il perdait souvent sa montre à la fin de l’été. Il ne compte plus le nombre de Seiko qui ont sombré au large de cet archipel. Mais il a toujours eu des Seiko de plongée étant jeune, ainsi qu’une Yema Superman.

S’il ne devait en rester qu’une ?

Il se sépare rarement de ses Tudor, et des deux il porte plus souvent la Pelagos bleue. C’est dit.

Mais si une montre lui tient particulièrement à cœur, il s’agit d’une Omega bien vintage que son Grand-Père lui a laissé. Simple, sobre, efficace. Et il ne l’a pas perdu, celle-ci.

Sa ville préférée

Paris.

Et pourtant, il s’est un peu déplacé. Il apprécie grandement New-York, San Francisco, Athènes et Rome. Mais Paris représente pour lui la plus grande des petites villes. Et il y a de nombreuses choses pour les enfants.

Niveau gastronomie, un plat favori ?

Pas vraiment. En réalité, que le plat soit élaboré ou non, il doit y avoir du goût. Il en a marre d’aller déjeuner chez des parents d’élève en disant que le plat préparé est bon par politesse, avant d’en cacher la moitié dans ses poches pour éviter de le manger.

Et sinon, il organise des combats de cuisine avec sa femme pour celui qui préparera le meilleur diner ou déjeuner. Il est pointu, il pardonne peu les erreurs, et pour lui ne pas savoir cuisiner est la pire chose qui puisse arriver à quelqu’un. Non, je ne me suis pas senti visé DU TOUT.

Le compliment qu’il préfère entendre

“C’était vraiment une super nuit”

Évidemment, c’est un blague. Il est rangé. Le passé c’est du passé.

Chocapic ou Miel Pops ?

Un café, et les choses sérieuses peuvent commencer. Ni plus, ni moins.

Portrait : Le Tone

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer