Home Actualité Horlogerie

Portrait de collectionneur : François-Xavier Overstake, The Purist

Nicolas
Le 2 mai 2017
L

Les montres, c’est une bonne chose. Mais si l’on arrive à présenter l’humain qui se cache derrière une pièce de collection, tout prend un sens. Nous vous avions présenté récemment des personnages aussi variés que Lorenzo Cifonelli ou Paul Miquel. Mais aujourd’hui, j’aimerais que vous fassiez la connaissance d’une personne que l’on voit beaucoup, dont on entend parler, sans le connaître vraiment. Le portrait prend ici tout son sens. À la fois collectionneur invétéré et exigeant dans le choix de ses pièces, François-Xavier sait aussi prendre son temps et arpenter les rues de Rome comme personne. Présentations.

À la rencontre de François-Xavier

François Xavier est tout d’abord le fruit du mélange et de l’influence d’un grand nombre de zones géographiques. Lui s’installe à Paris à la fin des années 1990, en provenance de Pessac. Son grand père était américain et collectionnait déjà les montres de poches. Autant vous dire que ça a guidé le jeune François Xavier vers la lumière. Sa grand mère lui transmettra l’amour de l’Espagne notamment.

Portait de collectionneur - François-Xavier Overstake

Il commence rapidement sa vie sur internet. Paraîtrait-il même qu’il fut l’un des premiers 50.000 utilisateurs à surfer sur la toile. Il ouvre des sites pour présenter des Top modèles espagnoles dès 1996 et  commence évidemment à s’intéresser à l’univers des montres, peut-être par l’influence d’un grand père qu’il n’a jamais connu. Il a alors une Bell&Ross Geneva 123 et un Chronoswiss Kairos.

Et trois ans plus tard, déjà, il envahit les forums de Chronomania, Relojes especiales et Timezone. Et le temps avançant et les ressources le permettant, il passe aux choses sérieuses en 2004 en mettant un premier pied dans l’engrenage dangereux (pour de bonnes raisons) en acquérant une Lange & Söhne 1815 en Platine. Une émotion particulière dans le contraste entre le cadran et les aiguilles délicatement bleuies. Depuis devenue sa marque favorite. Il compte aussi sur Audemars Piguet et une edition spéciale Italie dont il est fou amoureux, ainsi que quelques Patek. Mais Lange avant tout.

Pour vous résumer du mieux que je peux le rapport de François Xavier à l’horlogerie, lisez ce qui va suivre. Il aime avant tout certaines pièces quand elles s’inscrivent dans une démarche logique et stratégique de la marque. Pour ses forces et faiblesses aussi. Mais pas forcément pour un mouvement manufacturé à tout prix. L’esthétique globale doit avant tout le marquer, autant que la démarche de l’homme ou de la marque derrière la montre. D’où son intérêt particulier pour l’horlogerie indépendante. DeBethune DB10, Speake-Marin Spirit Pioneer, et un chronomètre de Pascal Coyon, entre autres. Belle démarche.

Portait de collectionneur - François-Xavier Overstake / Audemars Piguet Royal Oak

Les années 2007 et 2008 marquent le début de grandes choses. Tout d’abord le fait de devenir modérateur pour le fameux forum PuristSPro, et traiter de sujets aussi précis que les pièces de Genta. Ce qui suit, vous vous en doutez est évidemment l’ouverture de son site Équation du temps. Le nom d’une complication poétique pour écrire des articles en français uniquement, pour que les références culturelles “match” au mieux avec le lectorat.

Aujourd’hui, rien n’a changé à part l’ouverture d’un compte Instagram efficace et suivi, avec du contenu très focalisé horlogerie, avec le fameux poignet, et les belles chemises rayées façon FX. Il travaille également main dans la main avec le site Watch-her, animé de la plus belle des manières par Macha Vananty et Jorge Guerreiro, qui traite non pas des montres féminines mais des montres à l’attention des femmes. La nuance est importante.

Questions essentielles 

S’il ne devait en rester qu’une ?

Après quelques secondes d’intense hésitation, sa Lange & Söhne 1815 Chronograph. Il y a de pires choix en effet. Parce qu’il aime profondément la Manufacture Lange, et ce depuis un très long moment, éprouvant autant d’émotions avec ce chronograph qu’avec le modèle plus intime Cabaret.

Deux choses le touchent. Tout d’abord l’émotion esthétique et la beauté du mouvement qui émerveillent toujours autant jours après jours. Mais aussi parce que selon François-Xavier, la complication Chronographe est paradoxalement la plus difficile à bien réaliser. L’utilisation de la 1815 est parfaite, le toucher des boutons poussoirs exceptionnel sans être trop mou. Une crème.

Ta ville préférée ?

Là, l’hésitation est grande entre deux villes, Rome et Barcelone. Mais c’est Barcelone qui l’emporte. L’influence espagnole est d’une importance cruciale dans la vie de François-Xavier, qui ne peut passer trop de temps sans fouler le sol de ce pays qui l’enchante à chaque fois plus. Barcelone pour son architecture moderniste, la présence de la mer, et non loin la montagne qui guette. Des visages provenant de toutes les contrées du monde.

Ton plat préféré ?

Aimant aussi Madrid, une des habitudes dont il ne se lasse pas est d’arriver vers 22h dans la capitale espagnole, et de se caler sur les horaires du dîner espagnol. Comment procéder ? C’est plutôt simple. Arrivée à l’aéroport, direction le restaurant Botín, prétendument un des plus anciens restaurants du monde. Et François-Xavier aime à y déguster un cochon de lait sur les coups de 23h30. Une habitude pas trop trop pénible.

Chocapics ou Miel Pops ?

Malheureusement, les céréales n’ont pas de place sur sa table au petit déjeuner. Mais. Parce qu’il y a toujours un mais au petit déjeuner, François-Xavier est aussi amateur de Nesquik. Ou de Ricoré certains jours.

J’espère que vous saisissez maintenant l’homme plein de nuances, empreint d’amour pour des vraies pièces qui ont du sens, et son intérêt pour les hommes avant les montres. ¡Mucha suerte para el futuro, que te vayas bien!