Home Montres Modernes Conseils

Passione Caracciola : IWC & the Rain Master

Les Rhabilleurs
Le 15 juillet 2016
Z

Zürich, Bern, Interlaken, Andermatt et Lugano, autant de paysages suisses somptueux rythmés au délicat son d’automobiles anciennes… et de belles montres. Si on ose s’abandonner quelques instants aux courbes de ce “road trip” entre passionnés allant de Zürich à Lugano, on peut encore vibrer au diapason de Rudolph Caracciola, assis au volant de sa Mercedes de course. Rien d’étonnant. Il est le seul a avoir remporté les trois éditions du Grand Prix de Suisse (En 1935, 1937 et 1938).

Rudolph Caracciola (au centre)Source : www.mercedes-benz.com

Celui que l’on surnommait “Rain Master”, bien avant Ayrton Senna, était l’égérie des écuries Mercedes-Benz dans les années 1920 et 1930, et outre le Grand Prix de Suisse, il a été récompensé pour de nombreuses autres courses, et détient toujours le record de vitesse sur route ouverte, un Frankfurt-Darmstad, avec une pointe à 432.7 km/h. Tout de même.

Alfred Neubauer, qui était directeur de l’équipe de course Mercedes de 1926 à 1955, le respectait et l’admirait profondément, et parlait du coureur automobile en mentionnant rien de moins qu’un mélange de concentration, de force physique, et d’intelligence… ça pose certaines bases.

Nous sommes partis sur ses traces au volant d’une vieille  Mercedes SL500 sur la première étape de ce rallye entre Zurich et Berne. 120km de routes de montagne, de conifères et d’histoire automobile… Un condensé de pur plaisir teinté, évidemment d’une légère mais présente envie de passer la ligne d’arrivée avant les autres.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=bAHtWmgkilI?rel=0&showinfo=0]

Qu’est-ce que Passione Caracciola ?

Pour ceux qui ne connaissent pas, Passione Caracciola est un rallye d’amoureux de course automobile ancienne, qui viennent partager leur amour des vieilles Mercedes sur les routes autrefois empruntées par le Rain Master et ses compétiteurs… avec tout de même une once de compétition sur route ouverte, ça reste un rallye, ne l’oublions pas.

IWC Schaffhausen - Passione Caracciola

L’événement se déroule sur plusieurs jours, en plusieurs étapes. Le premier soir, les pilotes sont briefés et les carnets de route remis à chaque participant. Puis IWC organise son “Night Light Dinner”. Tables rondes, vieilles voitures de sport ayant fait l’histoire du Rallye et interventions de pilotes d’exception, de quoi passer une bonne soirée et se mettre dans l’ambiance. Je peux déjà anticiper les frissons, quand, le lendemain, nous prendrons la route…

Deuxième jour. Je n’ai qu’une hâte, enfiler mes gants en cuir et sentir le volant et les vibrations du moteur de ma SL500. Je dévore avec passion les quelques 120 km de route qui séparent les deux lieux, bien enfoncé dans les épais sièges en cuir du même bleu intense que celui de la peinture de la carrosserie. Les gouttes de pluies s’écrasent sur le pare-brise aux sons d’un moteur qui ronronne aux passements de villages, frémit dans les courbes et rugit dans les lignes droites.

Les lignes blanches et les arbres sur le bas-côté défilent et je ne peux m’empêcher de songer au record de vitesse réalisé il y a bien longtemps sur ce même type de routes… Record que je n’essayerai bien évidemment pas de battre aujourd’hui, malgré une atmosphère plus que propice… soyons raisonnable.

IWC et Passione Caracciola

Passione Caracciola W 125

On connaît IWC engagé dans le monde du sport automobile, notamment à travers leur partenariat avec Mercedes AMG Petronas, et avec leurs liens si forts et symboliques avec feu Gerald Genta, qui sera à l’origine de la première montre ingénieur SL en 1976 (la toute première Ingénieur date, elle, à 1955).

Cette année, à l’occasion de ce rallye et pour ne rien gâcher à la fête, IWC réalise une édition limitée à 750 exemplaires, le Chronographe Ingénieur Edition “Rudolph Caracciola”, qui dévoile un calibre manufacture IWC 69370 doté d’un chronographe roue à colonnes et d’une réserve de marche de 46 heures. La couleur ardoise du cadran, mêlée à l’acier du boitier, confère à la montre l’esprit sport automobile qui lui est propre, est qui nous fait songer au caractère des anciennes voitures Mercedes, en l’honneur de cet événement. Le bracelet rappelle indéniablement le cuir des sièges de ces voitures mythiques… et des Chesterfield. Mais IWC a aussi créé un modèle “W 125”,  en l’honneur de Mercedes-Benz et à sa flèche d’argent, voiture mythique des années 1930.

Le boitier de la montre est directement inspiré des boitiers d’IWC ingénieur pensés par Gerald Genta, et rappelle donc aussi le monde du sport automobile de manière plus générale.

Horlogerie et automobile, deux univers que l’on aime, qui se supportent l’un, l’autre et qui n’ont pas fini de nous faire voyager, pour notre plus grand plaisir. IWC et Mercedes sur les traces de Caracciola, une association et une aventure dont on se souviendra. C’est promis, nous n’essayerons pas de battre son record, nous ne sommes pas si gourmands…