Home Montres Vintage Focus

Omega Flightmaster : “Ici votre commandant de bord”

Nicolas
Le 2 août 2018
S

Speedmaster, Seamaster, Railmaster, autant de “-master” et une trilogie de montres iconiques qui ont ponctué l’histoire d’Omega et continuent de faire battre le coeur des amateurs et collectionneurs de belles pièces. Et puis il y a la Flightmaster. Nous avons tous en tête la trilogie apparue en 1957, mais la même année est aussi déposé le nom Flightmaster.

Quoi qu’il en soit, le Flightmaster voit l’intérêt qu’on lui porte grandir chaque jour si bien qu’il est même le sujet d’un “Flightmaster Only” par les auteurs que vous connaissez déjà bien. Voici son histoire, j’espère que vous saurez apprécier le bel exemplaire que nous vous proposons chez Joseph Bonnie.

Omega Flightmaster : naissance et origines

Ce 4ème -master avait une vocation toute particulière. Vous l’aurez aisément compris, Omega voulait alors toucher la cible des pilotes d’avions.

Omega Flightmaster Ad

Mais l’enregistrement du nom ne correspond en rien avec l’idée que vous vous faites du Flightmaster aujourd’hui. Son nom est déposé en 1957 avant même que la trilogie Speedmaster/Seamaster/Railmaster soit disponible à la vente. Gardons à l’esprit que les montres Omega avaient eu une utilisation assez large chez les pilotes britanniques de la Royal Air Force et la Fleet Air Arm durant la Seconde Guerre mondiale.

Dans cette continuité en 1958, Omega devient fournisseur officiel de l’armée de l’air péruvienne (Fuerza Aérea del Perú, FAP), et livrera comme vous le savez certainement quelques Railmaster devenus aujourd’hui graals. Parmi ces Railmaster, une commande spéciale verra le nom “Flightmaster” apposé sur le cadran. Sacré graal. Une façon de bien utiliser le nom déposé en 1957 et inutilisé jusqu’alors.

Omega Flightmaster Ad

Le Flightmaster en tant que modèle à part entière apparaîtra en 1969. L’objectif n’était pas créer une montre “d’inspiration” aviation mais bien un outil professionnel pensé pour les pilotes et leur utilisation en vol. Parmi les prototypes sortis, on pouvait trouver une version bullhead, et une version standard. C’est cette dernière qui sera retenue.

Omega Flightmaster : les caractéristiques

Quelles étaient les caractéristiques de ce prototype ?

Un cadran coloré avec indicateur AM/PM avec minuterie motif racing
Une fonction chronographe avec totalisateur de 12 heures
Une aiguille indépendante pour un second fuseau horaire
Une forme de boitier très particulière

Une lunette tournante interne

La première référence de Flightmaster ST 145.013 possède toutes ces caractéristiques.

Trois autres versions verront le jour. Deux autres modèles ST 145.026 et ST 145.036 en acier ainsi qu’un modèle en or massif. Quelques évolutions verront le jour entre les différentes références, sans transformer radicalement la pièce.

Les Flightmaster ont été produites entre 1969 et 1977, année à laquelle elles sont retirées des catalogues Omega. Contrairement à de nombreuses pièces, elles n’ont pas été produites à un nombre important d’exemplaires. Les auteurs du Flightmaster Only évalue leur nombre à environ 37.500 pièces.

Notre Omega Flightmaster

Il s’agit d’une référence ST 145.026. La particularité de cette montre est que toutes ses pièces constitutives sont d’origine. Ce qui est très difficile à trouver sur le marché des Flightmaster, étant donné les différentes déclinaisons existantes et le fait qu’un grand nombre des pièces de services soient très similaires à celles d’origine.

Omega Flightmaster ST 145.026

Contrairement à la première référence et au modèle en or massif équipées d’un calibre 910, cette référence 145.026 est entrainée par un calibre 911. Que l’on voit apparaître à partir de 1971. La principale différence, d’importance majeure, est que le calibre 911 s’appuie sur le très Grand calibre 861 que l’on trouve dans les Speedmaster et qu’une petite seconde vient remplacer l’indicateur 24 heures AM/PM.

Pour envelopper ce mouvement, une boite très particulière. Son diamètre de 42mm fait que même sur mon poignet d’enfant (16,5 cm) la montre se porte plutôt bien. La longueur corne à corne, elle, mesure 45mm, ce qui lui donne un aspect peu ordinaire, et qui est renforcé par une épaisseur de boite importante, mais pas décourageante, loin de là. Vous remarquerez d’ailleurs que ce design a été repris pour une certaine Omega Z-33…

Le cadran est donc composé d’une petite seconde à neuf heures, alors que les compteurs à trois et à six heures sont respectivement réservés aux totalisateurs des 30 minutes et des 12 heures du chronographe. Notons que les aiguilles qui se rapportent au chronographe sont dans leur condition originale “Red”. Si l’on regarde attentivement, on remarque des points tritium à 3, 6 et 9 heures, ainsi que les deux points à midi. La zone principale est couleur gris ardoise, entourée d’une minuterie de type “racing”.

Sans oublier les particularités de cette pièce qui en font aussi un outil fonctionnel : la lunette interne et l’indication GMT. À huit heures, on trouve une couronne à position fixe qui fait s’actionner la lunette interne tournante dans les deux sens. Une lunette chiffrée toutes les 5 minutes et qui permet de mesurer certains intervalles de temps ou d’utiliser le chronographe de manière simplifiée. La couronne à 10 heures permet de régler en un instant l’aiguille bleue et de définir ainsi un second fuseau horaire.

Omega Flightmaster ST 145.026 - Style

L’Omega Flightmaster revient donc incontestablement sur le devant de la scène pour des raisons logiques. Il s’agissait avant tout pour Omega en 1969 de créer un véritable outil destiné aux pilotes, et qui offre donc tout ce dont ils peuvent avoir besoin, enfin presque. Un modèle qui n’est pas dénué de charmes et qui affiche en général de belles patines, tant sur la boite soleillée que sur le cadran ou les sous-compteurs, davantage mis en avant les belles couleurs des aiguilles.


Pour plus d’information sur cette montre disponible sur Joseph Bonnie, n’hésitez pas à vous rendre sur la page du Flightmaster.

Merci au Flightmaster Only de nos auteurs Omega favoris Anthony Marquié et Grégoire Rossier. Un livre dans l’esprit du Moonwatch Only qui essaye d’apporter la lumière sur les caractéristiques d’une pièce encore assez mystérieuse.

Omega Flightmaster ST 145.026 - Style