Home Montres Modernes Focus

Maison Beaubleu : Une vraie proposition Parisienne

Jérôme
Le 31 octobre 2018
C

Créer sa propre marque de montre n’est pas chose aisée. On le saurait. C’est un rêve pour bien des passionnés de design, de micro-mécanique ou d’histoires dont nous faisons évidemment partie. Mais un rêve peut aussi rapidement devenir un piège car celui qui n’est pas préparé, qui s’enflamme, peut surtout très rapidement se brûler les ailes.

Il y a les passionnés qui foncent aveuglément, tête baissée dans l’aventure, sans vraiment s’entourer ni sans vraies notions de design. Il y a ceux qui copient des icônes sans vergogne et d’autres qui s’engouffrent dans les tendances du moment en espérant “faire un coup” et récupérer les miettes d’un gateau plein de beurre déjà largement entamé. Dans l’ensemble, cela représente tout de même, malheureusement, beaucoup de travail pour finalement pas grand chose.

Le regard devient donc rapidement critique, lorsqu’on prend un peu de recul. Heureusement que parfois, d’autres s’attellent à la tâche avec d’avantage de reflexion, de sens des proportions et d’humilité. C’est le cas de Nicolas Pham, co-fondateur des montres Beaubleu que nous avons rencontré. Une excellente surprise.

Beaubleu Paris : Design et qualité abordable

La montre Beaubleu B01 est une montre de designer. C’est évident lorsqu’on a la pièce en main, ça le devient encore davantage lorsqu’on rencontre Nicolas. Ce jeune designer s’est d’ailleurs déjà illustré dans le design automobile et l’horlogerie-joaillerie pour de très grandes maisons avant de se lancer dans sa propre aventure. Son oeil en quête d’esthétisme et de proportions est affuté et doublé d’un sacré coup de crayon. Des bases saines si vous voulez mon avis.

Montres Beaubleu Paris

Le nom de cette nouvelle marque, parlons en un instant car il est lui aussi réfléchi. “Beaubleu”. Une sonorité très parisienne aux origines littéraires inspirée d’une phrase de Baudelaire : “Le beau est toujours bizarre”. Associé à la couleur historique de notre ville lumière, voici traduit en deux syllabes une singularité toute parisienne.

Montres Beaubleu Paris

Le résultat est donc loin, très loin de ressembler à une montre Komono Wellington. Un boîtier travaillé, et des cornes qui viennent se fixer à la carrure. Une montre design, oui, mais dans le sens noble du terme. Une montre qui découle d’une réflexion et d’un exercice esthétique de création, mais une pièce qui reste sobre, et surtout très fine. Malgré une ouverture de 42mm, cette boîte ne mesure que 9,4mm d’épaisseur grâce à un calibre automatique slim Miyota, décoré ici dans sa finition supérieure.

Montres Beaubleu Paris

Logo : discret, typographie : discrète. Un cadran qui joue sur les cercles pour une lecture de l’heure tout en rondeur. Ça change, c’est frais et affuté et on s’y fait très vite. Pour ceux que les cercles qui s’entrecroisent effrayent, pas de panique. C’est non seulement très doux, mais en plus une pointe adjacente vient indiquer l’heure avec précision sur son échelle. Pas qu’une recherche esthétique donc. Voici quatre montres en séries limitées à 125 exemplaires chacune. Prix de vente : 595€. Un prix de vente bien en dessous de la perception qualitative que produit cette pièce en main et au poignet.

Beaubleu Paris : “Slow Watchmaking”

L’intérêt est dans la montre, mais aussi dans la démarche. “chi va piano, va sano e va lontano” disent nos amis italiens et Nicolas l’a bien compris. Il ne s’agit pas ici de vouloir tout faire en même temps, mais de bien le faire, même si l’excitation de la nouvelle aventure est toujours pressante. Même si on aimerait aller plus vite. Au contraire, être petit et avancer plus lentement a aussi ses avantages, notamment celui de redonner le temps à la création, celui de faire des choix qui ne dépendent pas d’une logique de groupe.

Montres Beaubleu Paris

Construire une montre et durer en construisant une marque, un univers cohérent et son image sont en effet des choses complémentaires mais radicalement différentes. Une question de moyen aussi, c’est évident. Avoir réussi à créer une pièce qui propose quelque chose de différent et une identité forte sans être extravagant est déjà une belle réussite en soi. Une réussite que l’on salue et qu’on aimerait voir durer.

Lao Tseu écrivait dans son Tao Te King qu’un chemin de mille lieux commence par un premier pas. Une aventure qui ne fait que commencer…