fbpx
menu search

Investir en horlogerie "Sans maîtrise, la puissance n'est rien"

Ce contenu a été mis à jour le 11/04/2020

Alors que nous sommes (pour la grande majorité) chez nous, quoi de mieux que de remettre au goût du jour cet article sur la notion d’investissement en horlogerie ? Suivi d’un LIVE Instagram ce soir samedi 11 avril à 19h00 avec Le Guide des Montres.

La définition de l’investissement en psychiatrie est très intéressante :

Fixation d’une énergie affective sur un objet qui se trouve ainsi chargé d’une signification particulière pour le sujet

Le décor est planté.

Ne vous est-il jamais arrivé, sur Instagram ou ailleurs, de tomber sur une publicité des plus intempestives, ou un freluquet mal coiffé dans une voiture de sport louée vous explique comment gagner de grosses sommes d’argent en investissant dans les montres ? Insupportable. Plus largement, cette publicité révèle un état d’esprit et un mouvement qui prennent de plus en plus d’ampleur.

Nous recevons tous les jours des questions de néophytes nous demandant : “Bonjour, j’aimerais investir dans une montre, que me conseillez-vous ?

Il est question de maîtriser la façon dont on consomme la montre pour jouir de ce que l’on possède. Et on ne consomme pas de la montre comme on consommerait de la nourriture, ou des actifs du CAC40. Il faut réussir à replacer une once de plaisir au milieu de toutes ces activités.

Bracelet Bonklip en acier - Joseph Bonnie

La montre investissement

Aujourd’hui, revient régulièrement sur la table la question d’acheter une montre en tant qu’investissement. Pour quelle raison ? Évidemment, quand l’on regarde les courbes des cotes de certaines Rolex ou Omega, entre autres, la réponse est claire.

On se souvient particulièrement d’une vente Antiquorum de 2008 “Revolution : The Evolution of Rolex Sport Watch“. Une vente fondatrice car elle témoignait d’un nouvel engouement pour les montres vintage, et en particulier les Rolex. Un des évènements importants ayant témoigné de l’engouement fou pour les montres vintage.

Rolex Daytona "Big Red" Référence 6263

Il ne semble alors pas déraisonné d’acquérir des montres dans l’optique d’une revente potentielle. La montre devenant alors une valeur comme une autre, comme l’once d’or ou le baril de pétrole. Sauf que pour la grande majorité des particuliers, quand vous achetez de l’or ou des barils, ceux-ci sont dématérialisés.

De mon point de vue, appliquer cela aux montres est d’une tristesse sans nom. Une montre est faite pour vivre sur un poignet, même si on en a plusieurs et que l’on en change de temps à autres. Collectionner les montres n’a jamais été un mal. Sinon, on est marchand de montres, ce qui est un métier, mais garder des années durant des montres au coffre n’est pas réellement noble. D’ailleurs plusieurs marchands que je connais m’ont plusieurs fois fait comprendre que collectionner n’était plus dans leur actualité. Ils portent ce qu’ils vendent, ni plus ni moins. Et gardent évidemment quelques petites préférées, cela va de soi.

Tout, selon moi, doit partir d’un bon sentiment. Et oui le bon sentiment peut aussi déboucher sur un achat qui se révèlera peut-être un bon investissement. À l’inverse, on peut aussi être attiré au départ par une montre qui nous semble avoir une évolution de valeur interessante, et en tomber amoureux tout de même.

De l’art de choisir

Quand, justement, des personnes viennent me poser la question de cette première montre investissement, je leur rétorque “choisissez celle qui vous plait”. Car les plus connaisseurs feront leurs affaires sans trop demander de conseils. Ils savent.

Ce qui me dérange le plus, en revanche, c’est que celui qui veut s’acheter sa première montre, ou même sa 3ème, et qui n’a qu’un mot en bouche “investissement”. Il demande à tout le monde, car il a peur de prendre un trop grand risque, comme ceux qui s’aventurent sur les marchés financiers en fantasmant un Gordon Gekko en haut d’une tour.

Le désir doit à mon sens arriver en premier, la question de l’investissement se posant en dernier lieu. D’abord on apprend à savoir ce qui nous fait vibrer, on étudie la question, l’histoire, les caractéristiques techniques. Ensuite on peut se mettre en quête de cet objet, une montre en l’occurrence, que l’on désire. Peut-être elle sera la seule, peut-être il y en aura d’autre. Seul l’avenir nous le dira.

Pochette de montre SOLO - Joseph Bonnie

En réflexion ultime arrive la question de l’investissement. Il est aussi important de considérer la pièce que l’on achète en prenant du recul, en disant qu’il serait intéressant que sa valeur soit constante, qu’un jour on puisse s’en séparer pour une autre, ou je ne sais quel autre raisonnement. A mon avis, le premier détail à regarder sur la montre qui nous plait est évidemment sa qualité. N’oublions jamais la phrase que Greg Le Guide des Montres avait prononcé lors du podcast Figures : “Le prix s’oublie, la qualité reste”. Pour penser à une éventuelle revente (ou non) un jour, il faut privilégier les pièces d’une très belle qualité, qu’il s’agisse d’un boitier pas trop poli, un cadran propre, etc.

Voilà à mon sens l’ordre des idées à avoir.

Quand nous achetons des vêtements qui nous font plaisir, réfléchissons-nous à un investissement ? Quand on achète une très belle paire de chaussure, on pense surtout à prendre la taille qui nous convient parfaitement et si on la portera encore dans 6 ans. Il en va de même pour un costume en demi-mesure ou en grande mesure. On réalise un costume qui nous sied à merveille, avec lequel on va se sentir bien et on va avoir envie d’entreprendre de grandes et nobles choses. On y met un certain montant, mais on ne pense pas à combien l’on pourra le revendre dans plusieurs années. Si ?

N’allez pas imaginer, chers lecteurs, que mon article vise à critiquer ceux qui ont des montres dans leur coffre fort. L’idée est simplement de dire qu’il y a de la mesure en toute chose.

Acheter pour laisser des pièces de toute beauté dans un coffre sans jamais les porter va à l’encontre même de la création des objets, les montres en particulier. L’on doit avant tout, à mon sens, posséder des pièces que l’on apprécie réellement, pour toutes les raisons possibles.

Et il est largement possible d’associer ce plaisir tout en gardant à l’idée qu’il pourrait s’agir également d’une “valeur refuge”. Cela rassure parfois, et permet aussi une belle revente pour financer un autre achat afin de dynamiser un peu sa collection.

Quand je regarde les passionnés et plus généralement les personnes sensibles aux montres autour de moi, je suis plutôt rassuré sur la véritable flamme qui les anime. Car, si sans maîtrise la puissance n’est rien, sans plaisir la puissance s’éteint...

7 réponses à “Investir en horlogerie”

  1. Avatar Mickael dit :

    Excellent, la notion de plaisir est fondamentale en horlogerie, il ressort de cet article un « hédonisme horloger » qui est son essence et qu’il est nécessaire de transmettre. « Une montre est faite pour vivre sur un poignet, même si on en a plusieurs et que l’on en change de temps à autres. »; « Tout, selon moi, doit partir d’un bon sentiment. » : tout est dit !

  2. Avatar Adrien g dit :

    j’avais justement cette conversation durant les fêtes. J’envisage d’acheter une seconde montre (après une monaco qu’on m’a offerte à la fin de mes études, et qui n’a quasi pas perdue de valeur).
    Mais l’idée derrière est surtout de la portée. mon envie est de choisir, parmi les modèles qui me plaisent, celui que perdra le moins de valeur, sachant qu’une révision et un polissage sont obligatoires avant une vente, sans compter la marge prise par un professionnel (à l’achat comme à la vente).

    Mais payer 4 ou 500€ pour 5 ans (révision, polissage, et eventuelle marge du revendeur), je trouve cela plus que raisonnable, compte tenu du plaisir apporté, et de l’usage quotidien 🙂 .

  3. Avatar Thibaud dit :

    Très bon article qui met le doigt sur un “mal” qui touche l’horlogerie depuis quelques années.
    Les “nouveaux arrivants” avec quelques moyens qui ne voient pas, comme nous, l’objet mais plutôt la valeur qu’il est censé représenter à leurs yeux ainsi que l’éventuelle plus value à en tirer.
    Ne connaissant que peu de choses à la discipline ils se tournent vers ce qu’ils s’imaginent être des valeurs refuges qui, si elle ne sont pas au sommet de la vague, n’en sont pas très loin.
    Ce qui contribue à créer cette sorte de bulle autour de modelé décrétés comme universellement mythiques.
    Ce qui contribue également à ne pas forcément être LE bon plan tant recherché car, comme dit précédemment ces modèles ont déjà atteints une valeur très très importante, la bascule n’est donc pas assurée en tout cas pas dans les proportions espérées.

    Ce genre d’attitude me rappelle celle que j’avais ado, dès qu’au groupe de musique commençait à être trop écouter ou bien que je voyais son nom écrit au Blanco sur trop de sac eastpack je m’en détournais. Jeune et con comme on dit, il n’empêche que ces attitudes là sont universelles et traversent les epoques, on se jette sur des objets parce que c’est cool ou parce qu’on peut peut-être en tirer quelques ronds j’aimerais tellement voir ces modèles vivre aux poignets de gens qui ont des petites étincelles dans les yeux chaque fois qu’ils regardent leurs montres plutôt que de les savoir entre les mains ou dans les coffres de personnes qui n’en ont strictement rien à cirer (et cela peut s’appliquer à l’automobile, l’Art, le vin…)

    -“mais au fond cette montre, elle te plaît?tu prends plaisir à la porter ?”
    -“la porter ? J’en ai rien à fou… Je la pose au coffre dans la matinée et je vais mettre une alerte chrono24 pour voir si ça monte !”
    Triste.

  4. Avatar Levy dit :

    Qu’est ce une montre ? Preuve du temps qui passe, mode, manière d’identifier ce que nous représentons
    Pour ma part, j’ai compris ce qu’elle représentait hier, mon frère portait un breatling, il se l’était payé avec une certaine fierté compte tenu de son prix
    Il est parti voilà 18 ans, son fils venait de naitre il avait 1 mois
    Hier, avec la même fierté dans ces yeux, il m’a dit « tu sais maintenant je comprends ce que représente une montre » les secondes,les minutes et les heures me rappelleront papa et le temps qui passe et nous sépare
    Trouvez vous un moyen de vous grandir a travers chacun de vos objets , ils ont chacun même inanimés, un moyen de comprendre qu’eux ne partiront jamais ils représentent un instant à laisser
    Et plus que cela une histoire bien plus belle que leur prix et cote
    Natalie

  5. Au-delà de la montre c’est l’histoire de celle ci. qui pour les nostalgiques est un moyen de voyager dans le temp c pourquoi je privilégie les montre Vintage. Oméga, longines, jeager lecoultre etc.. très bonne investissement et jouir de celles celles-ci au poignet c’est un super investissement en ses temps de crise.

  6. Avatar Poukram dit :

    Spéculer sur un objet qui se porte, qui est animé d’une vie mécanique pour le laisser au coffre et ne pas s’en servir est d’une tristesse sans nom.
    C’est comme acheter une voiture de sport et la faire dormir dans un garage sans la conduire…

    L’achat d’une montre vise à porter l’objet, le contempler, le montrer, l’assumer.

    Enfermer une Rolex/Patel etc sans la partager relève d’un plaisir solitaire et égoïste.
    Le vrai plaisir est dans le partage.

    Acheter, porter, regarder, partager

  7. Avatar Babald dit :

    Je prends tellement de plaisir à regarder et à toucher mes montres ( oui c est tres charnel) que l idée de les enfermer dans un coffre me donne un haut le cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less