fbpx
menu
search

Timex Q L'âme des années 70

Difficile d’étudier l’histoire de l’horlogerie sans évoquer l’arrivée fracassante du quartz à la fin des années 70. Avec sa 35SQ Astron, Seiko commercialise en 1969 la première montre à Bracelet dotée d’un oscillateur à Quartz faisant ainsi trembler le monde de la montre. Cette période, communément appelée « crise du quartz » a engendré une véritable révolution.

Timex : 165 années d’histoire

De l’autre coté du Pacifique, Timex a justement été particulièrement touché par cette crise. Quelques années auparavant, la marque était pourtant leader sur le marché. En 1901, avec 6 millions d’exemplaires vendus à 1$/pièce, la Yankee est la montre à gousset qui peut se vanter d’avoir rendu le dollar célèbre. Ce n’est pas donné à tout le monde.

Dans les années 50, Timex est sur le front de l’innovation se spécialisant dans la resistance aux chocs et l’étanchéité. La marque fonde alors sa publicité sur la solidité de ses produits pour un prix plus qu’abordable. Apparaissent donc à la télévision de l’époque les « Torture test ». A l’écran, les montres Timex dans toutes sorte de situations extrêmes et très diverses allant du tir à l’arc au speed boat challenge tout en passant par l’épreuve de l’éléphant. Celle-ci a échoué faut pas déconner

Timex Q nouveauté 2019

Après la crise du quartz, Timex retrouve à nouveau le succès en se plaçant sur le segment du sport et gagnera également un grand succès auprès des jeunes avec l’Indiglo, permettant d’illuminer le cadran aux heures les plus sombres de la nuit. D’ailleurs, Timex est dans mon esprit, d’abord symbolisé par l’iconique T80 alors disponible en d’innombrables coloris. Ce morceau de plastique flashy ayant élue domicile à mon poignet durant de nombreuses années d’adolescence

Après ce bref point culture loin de résumer de manière exhaustive les 165 années d’histoire de la marque, il est temps de rentrer dans le vif du sujet. 

Publicité
Serica Watches - W.W.W.

Une réédition réussie

Ces derniers temps, les amateurs ont pu remarquer un engouement particulier pour la réédition. Qui ne plait pas forcément à tout le monde d’ailleurs. Avec sa Timex Q, la marque rejoint les autres maisons telles que Rado ou Breitling ayant déjà pris part à ce processus.

Le modèle qui nous intéresse aujourd’hui est la réédition d’une montre ayant vu le jour en 1979. Inspirée des plongeuses de l’époque, le modèle original marque la transition pour Timex dans l’ère du quartz. 

Timex Q nouveauté 2019

Dés le jour de sa sortie, la Timex Q est en rupture de stock après seulement quelques heures. En même temps, de nombreuses review plus qu’élogieuses avait été publiées le matin même. Ceci explique cela.

Le Rétro moderne

La forme de la boite et la fenêtre jour/date sont quasiment identiques au modèle original. Le reste des éléments a été retravaillé pour un résultat moderne et très sexy sans perdre l’esprit du modèle de 1979. Pourtant, plusieurs références de la Timex Q ont vu le jour à la fin des années 70. Certaines dotées d’une lunette tournante de plongée classique, d’autres parées d’une lunette GMT 12h telle qu’on la retrouve sur le modèle actuel.

Timex Q nouveauté 2019

A peine au poignet, la Timex Q est très agréable à regarder. Il y a une véritable harmonie qui se dégage de l’ensemble et le bracelet en acier plié reprend parfaitement les codes de la décennie qui a vu naître le modèle d’origine. Bref, digne d’apparaitre dans un épisode de Stranger things.

Le design est vraiment accrocheur et il n’est pas compliqué d’en trouver la raison. En effet, le code couleur de la lunette tournante a déjà conquis depuis bien longtemps la plupart des coeurs de collectionneurs. On ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec celle qui a rendu le bleu et rouge célèbre

Timex Q nouveauté 2019

Les index surdimensionnés blancs cassé donne un agréable côté rétro qui contraste avec la boite en acier brossé et se marie bien avec le cadran bleu pétrole. Les reflets du verre acrylique bombé ne laisse pas indifférent non plus en plaçant un peu de chaleur au sein de cet ensemble d’acier inoxydable.

Enfin, les proportions semblent parfaitement étudiées et les finitions sont d’une qualité étonnante. Petite mention spéciale pour le chanfrein des cornes qui permet à la boite de prendre la lumière d’une toute autre façon.

Un prix imbattable

En lisant le paragraphe précédent, il est facile de voir que je peine à trouver comment critiquer la Timex Q. Cela s’explique par une raison très simple : son prix imbattable. En effet, avoir un design aussi sympathique pour un prix aussi abordable donne une autre dimension à l’objet. La crainte de l’abimer s’estompe et le plaisir de la porter n’en est que renforcé.

Cette nouvelle dimension la place facilement dans la catégorie des montres capables de suivre sans crainte son propriétaire où bon lui semble. Ou presque…

Timex Q nouveauté 2019

Pour résumé, il s’agit d’une montre au design accrocheur et dotée de finitions impeccables pour moins de deux-cent euros. Est-il possible de trouver un produit d’une telle qualité avec un budget similaire ? Peut-être, mais cela reste rare. Assez pour saluer cette belle proposition de Timex.

Mouvement : Seiko PC33 quartz

Etanchéité : 50 mètres

Diamètre : 38 mm

Verre : Acrylique

Boitier : Acier inoxydable

Prix : 179 €

7 réponses à “Timex Q”

  1. Pierre dit :

    Décidemment, il y a de quoi voir par ici ces derniers temps … Cela fait un moment que je la regarde et me demande si je vais franchir le cap sur celle là, … la seule quartz qui a trouvé grâce à mes yeux jusqu’à présent est une Seiko « Flightmaster » SNA411 …

    Ma seule hésitation concerne le bracelet … il participe tellement au charme et à l’esthétique de cette montre qu’il me serait impossible de franchir le cap si il n’était pas réglable pour mon poignet de 16.5cm. Alors qu’en est-il ? 😀

    Concernant les rééditions … cette TimeQ ou la dernière à venir d’Hamilton me parlent bien plus et me semblent bien plus pertinentes que certaines évolutions de modèles phares pour certaines marques et manufactures (Adieu les SKX originelles …qui possédaient pourtant pour moins cher des qualités techniques supérieures)

    • Alexandre Nin dit :

      Bonsoir Pierre,
      Il est vrai que celle-ci mérite toute notre attention ! C’est une belle proposition de Timex qui, au regard de son prix pour un tel design, a de quoi convaincre les amateurs les plus réticents aux mouvements à quartz. Concernant le bracelet, ce dernier est très facilement réglable au millimètre près. Je pense donc que ça ne devrait pas poser problème…

  2. Pierre dit :

    Merci pour la réponse ! C’est effectivement que très tardivement que j’ai aperçu sur la seconde photo de cette revue le réglage possible du bracelet identique à ce qui se fait sur les mailles milanaises.

    En tous les cas c’est toujours un plaisir que de lire les articles proposés ici qui traitent avec le même respect et le même intérêt la très haute horlogerie et celle plus abordable et propre à habiller la majorité des poignets au quotidien que ce soit en quartz comme ici ou en mécanique !

  3. Alain dit :

    Une question concernant les couleurs : à l’époque, c’est Timex qui à pompé sur Rolex, ou le contraire ? (je sens que je vais me faire haïr, mais tant pis ).

    • Alexandre Nin dit :

      Bonjour Alain,
      C’est bien Rolex qui est à l’origine du bleu et rouge sur la lunette Bakélite de ses premières 6542 en date de 1954 ! Quant à elle, la Timex Q n’apparait que plusieurs décennies plus tard en 1979.

  4. Alain dit :

    OK, merci pour la réponse.

  5. Jmix dit :

    Reissue réussie. 😉
    C’est juste dommage qu’elle soit assemblée en Chine, ce qui m’empêche « d’appuyer sur le bouton », en tous cas pour le moment.
    Mais à ce prix, le contraire aurait été étonnant même si on peut trouver des montres emboitées en Europe – notamment en France ou en Allemagne – à des tarifs assez comparables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less