Home Actualité Horlogerie

Les montres de James Bond (Ep 3) : L’ère du quartz et Seiko

Nicolas
Le 30 novembre 2017
C

Continuons notre chemin explosif dans les pas de James Bond, et de ses montres. Je vous parlais lors du premier épisode de la grande Rolex Submariner 5513 et de son apparition au poignet de Roger Moore dans The Man With The Golden Gun. Aujourd’hui, il est encore possible que je vous parle de Roger Moore, mais le registre de montres portées va légèrement changer.

Vous le savez mieux que moi, la fin des années 60 et les années 70 sont l’illustration de l’arrivée massive et de l’intérêt pour le roi quartz. À tous les niveaux, car même les Bond s’y mettent. Je ne suis pas persuadé de l’aval de Ian Fleming. Mais le pauvre n’était plus là depuis 1964. Tout commence avec une certaine Pulsar dans Live And Let Die en 1973. Seiko arrivera par la suite.

Parlons peu, parlons quartz, parlons Seiko.

__

On observe donc pour la dernière fois la Rolex Submariner 5513 au poignet de Roger Moore en 1974 dans L’Homme au Pistolet d’or. Notre Roger favori revient en 1977 dans The Spy Who Loved Me. Mais il porte tout autre chose.

Mais, comme j’aime à conter les péripéties de James, rapide retour sur cette opus.

The Spy Who Loved Me

Souvenez-vous. Un sous-marin britannique et un soviétique disparaissent, tout comme les deux spécialistes à même de les retrouver. Les Anglais chargent James Bond de partir en mission afin de trouver le microfilm nécessaire pour pister le sous-marin. Du côté soviétique, le KGB envoie son meilleur agent, la stupéfiante Anya Amasova (Barbara Bach) afin de faire équipe avec James sur la même mission.

Les montres de James Bond (Ep 3) : L'ère du quartz et Seiko

Le méchant du film, c’est Karl Stromberg. Il a une base sous-marine secrète, noblement appelée Atlantis. Et il a aussi un petit gaillard de 2m18 avec des dents en métal, notre cher Requin. Qui n’aime visiblement pas les deux espions. Les scènes du film sont mémorables, qu’il s’agisse des courses-poursuites en Lotus Esprit S1, sur terre et dans la mer, ou encore des vagabondages des deux espions en Egypte, sans oublier le coup de pied dans le derrière de Requin qui le met en dehors du train.

Un conseil donc, ce soir, vous savez quoi faire. En plus Barbara Bach et son accent russe ne sont que d’autres arguments. En particulier quand elle murmure à James : ‘Then, when this mission is over, I will kill you’. Petit frisson.

James et l’ère des montres Quartz

Seiko LC 0674.5009

Ce film ouvre donc la période des montres à quartz au poignet de James. La montre qui l’accompagne dans ses péripéties en Lotus Esprit n’est autre qu’une Seiko LC ref. 0674.5009.

Les montres de James Bond - Seiko Quartz ref. 0674.5000

Une montre ‘Pimpée’ par Q et capable de recevoir des message grâce à la fonction télex (l’ancêtre du fax, c’est vous dire). Comme c’est le cas quand M lui demande de rentrer au QG ASAP. Alors qu’il profite d’un moment de tranquillité, avec une jeune femme, dans un chalet.

‘007 to report HQ. Immediate M.’

S’en suit une course poursuite à ski, où l’on retient plus la combinaison jaune de James que ses prouesses aériennes.

Revenons-en à nos moutons. Il s’agit d’un modèle assez rare. Celui que vous voyez sur les photos est la référence 0674.5000. Celle que nous avons trouvé lui est similaire en tous points, à la différence de ne pas être à cristaux liquides (le fameux LC).

Le design est résolument moderne, et en scission complète avec ce que l’on observait auparavant. On peut y lire en un clin d’oeil les heures/minutes/secondes, s’il s’agit du jour ou de la nuit, ainsi que le jour de la semaine. En touchant les boutons on peut lire le mois, l’année. Et faire que la lumière soit.

En y regardant de plus près, on peut voir une couronne à “trois heures”. Et oui, cette couronne sert à mettre la montre à l’heure, ce qui parait irréel avec une montre à affichage digital, mais pourtant, quel bonheur !

Moonraker et la Seiko LCD M354.5019

Après The Spy Who Loved Me, nous retrouvons Roger Moore dans Moonraker en 1979. Moonraker, c’est le nom d’une navette spatiale qui a été détournée par le méchant Hugo Drax (interprété par Michael Lonsdale), qui n’est autre que le constructeur  de la dite navette. Drax, après avoir fait mine de vouloir collaborer avec lui, ordonne sa mort. Et c’est reparti.

Bond rencontre l’astronaute Holly Goodhead, qui se révèle par la suite être une espionne de la CIA. James apprécie beaucoup les espionnes. Il retrouve son ami Requin, qu’il se trouve sur la station spatiale de Drax ou à Rio de Janeiro. Le but est simple, empêcher Drax de pulvériser sur le monde un poison mortel avant de repeupler la terre avec des gens triés sur le volet. Beau programme. 

À la fin, Requin, conscient qu’il ne sera pas sélectionné par Drax pour repeupler la terre, aide James à le neutraliser. La base explose, et les deux espions arrivent in extremis à anéantir les capsules de poison.

Revenons en au quartz. Bond porte une Seiko LCD M354. Référence encore plus futuriste que celle dont je vous ai parlé avant.

Les montres de James Bond - Seiko Quartz ref. M354.5019

Elle sert à James de détonateur et d’explosif quand lui et Holly sont prisonniers dans la salle de réunion annexe de la salle ou le vaisseau de Drax s’apprête à décoller. Il déploie un fin fil blanc dans la serrure avant de faire sauter la porte et de s’exclamer :

‘Right on time!’

La montre est un peu plus complète que sa petite soeur. Elle permet, entre autres, l’affichage 24h, mais surtout de pouvoir naviguer dans un calendrier qui s’étend sur plusieurs années, et de faire notifier les dates importantes dans les 12 mois à venir. Pratique pour l’anniversaire de votre chat James.

Les prochains Bond, à savoir For Your Eyes Only, Octopussy ou encore A View To a Kill utiliseront encore des montres à quartz, variant notamment avec des aiguilles, notamment dans For Your Eyes Only. Seiko est indéniablement un nom à retenir quand on parle de James Bond, à côté de nos chères Submariner ou Omega Seamaster. À bon entendeur.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer