Home Les Conseils La Refléxion

Horlogerie et Frustration(s) : Psychanalyse du quotidien

Nicolas
Le 16 novembre 2017
C

Chers amis, un peu de psychanalyse aujourd’hui, je vous prie. Étendez-vous sur ce canapé, fixez le blanc immaculé du plafond, détendez-vous et parlez moi. Je veux aujourd’hui discuter d’un terme qui revient souvent lorsque l’on parle “horlogerie” : la frustration.

Mon objectif est justement de vous faire entendre que la frustration, même si elle résonne comme négative dans nos esprits, ne saurait se réduire à cela. Vous êtes prêts ? Allons-y…

__

Mais qu’est-ce que cette fameuse “frustration” ?

Je viens de vous le dire, la frustration s’entend tout d’abord comme sensation négative. C’est le mari frustré de ne pas avoir rendue sa femme heureuse qui tue l’amant de sa femme, avant de se tuer. Pas très gai, je le conçois. 

Horlogerie et frustration

Mais c’est aussi celui, qui, frustré de ne pas avoir connu l’enfance heureuse dont tout enfant peut rêver, se battra toute sa vie pour faire de ses enfants les plus heureux. C’est une étape, en somme.

Et si nous avions trop de fois vu la frustration comme un état de conscience négatif ? Finalement, l’accepter, vivre avec pour sortir de son emprise est peut-être une belle idée. Qu’en pensez-vous ?

Plus que jamais, c’est un mot que j’entends souvent associé avec le monde de l’horlogerie. Parce que “trop inaccessible”, des gens se sentent frustrés, et alors que certains nous le communiquent gentiment, d’autres sont au contraire très agressifs, irrespectueux, voir même insultants. Comment l’expliquer ? Essayons un peu…

L’horlogerie génère t-elle de la frustration ?

Auparavant, il était normal pour un homme ou une femme de porter une montre. Il s’agissait d’un objet du quotidien. Nécessaire même. Au même titre qu’un téléphone portable de nos jours. Nos grands-parents en ont souvent possédé, nous les ont éventuellement transmises et nous tacherons de les transmettre à notre tour. Si tant est que nous les portions, ce qui est loin d’être le cas pour tout le monde. 

Joseph Bonnie Heritage - Universal Geneve

Aujourd’hui, le concept même de possession d’une montre est différent.

D’un côté, les effets de mode avec des marques comme “Daniel Wellington”, de l’autre la quête d’un objet plus pérenne. Attention chers amis, aucune critique du premier cas, bien au contraire. Il est même agréable, finalement, que ces marques aient vu le jour car un nombre toujours plus important de personnes se met à reporter des pièces au design assez élégant. Et sont très heureux avec.

D’un autre côté, donc, un grand nombre de personnes se découvre un bel intérêt pour ce vaste monde horloger dit “traditionnel”. Nous en faisons ici tous partie. Nous possédons déjà quelques montres, qui ont pu nous demander de faire des sacrifices, aussi surmontables soient-ils.

Malgré cela, qui ne s’est jamais dit une fois en parlant de sa “Dream Watch” : “Mais autant hypothéquer mon appartement si je veux pouvoir la voir à mon poignet un jour” ?

En effet, l’explosion des prix du vintage et même des garde-temps modernes peut parfois nous faire passer l’envie de mettre autant d’argent dans une pièce que nous désirons pourtant plus que tout. Et l’on reste sur notre faim. Malgré cela, nous pouvons jouir d’une ou plusieurs montres déjà en notre possession, tout en conservant cette frustration à peine palpable au sein de notre esprit.

Mais il y a d’autres personnes chez qui la frustration est bien trop grande, et qui n’hésitent pas à l’extérioriser. D’une mauvaise manière malheureusement…

Eux ne veulent absolument pas dépenser d’argent, ce que l’on peut comprendre aisément, et – allez savoir pourquoi – se donnent un faux rôle de “donneur de leçons”, voire même en devenant irrespectueux à l’égard d’autrui. Je ne dis pas cela par hasard, nous le voyons tous les jours ici et ailleurs. C’est à ce moment alors que l’on se rend compte que le monde horloger génère des esprits frustrés. Problème majeur…

Ne pas posséder est vécu comme une “privation” qui alimente donc largement la frustration. Nous ne pouvons satisfaire cette “pulsion” de posséder l’objet désiré, il est alors plus simple de s’acharner sur ceux qui possèdent, ou qui veulent posséder.

La frustration va trop loin alors, et la personne en arrive au refus, à la renonciation. Et doit par conséquent vivre avec ce fardeau. #VDM

Les alternatives à la frustration.

Nous avons tous des rêves lointains… Heureusement, nous avons décidé de ne pas les refouler.

Omega Speedmaster Automatic Reduced, 1988

En attendant, nous défendons corps et âme qu’avant d’accéder à ces graals, nous avons largement de quoi nous faire plaisir, sans forcément hypothéquer nos enfants. Nous faisons quelques acquisitions, puis nous en revendons quelques-unes. En ajoutant un petit billet nous pouvons alors nous permettre d’acheter une plus jolie pièce, à la manière de cette légende urbaine du trombone qui se transforma en maison.

Dans le futur, peut-être, tu possèderas.

C’est ici que tout prend son sens. Si vous m’avez correctement suivi, la frustration, qu’elle soit fortement ressentie ou non, a trop de fois été perçue comme négative, une fin en soi. Mais si nous considérons la frustration comme une étape, tout fait alors sens. C’est une des étapes d’un plus long cheminement vers ce que l’on désire.

Patek Philippe Nautilus Référence 5711

Ne pas posséder aujourd’hui ce que l’on désire n’a jamais été une mauvaise chose. C’est un moteur pour avancer. Soyons heureux avec les objets qui nous font plaisir et organisons-nous pour un jour obtenir ce qui nous anime.

Je ne peux m’empêcher d’avoir un sentiment de pitié pour tous ceux qui sont agressifs envers les personnes qui veulent atteindre leurs objectifs. On ne niera jamais que le marché est assez difficile d’accès pour certaines pièces, évidemment. Mais se fermer cette porte, y renoncer totalement et de surcroît insulter ceux qui réagissent par la positive c’est très clairement avoir raté quelque chose. Mais rien est perdu. Seules les c… ne changent pas. N’est-ce pas ?

Laissons les gens prendre du plaisir, peu importe ce qui concerne l’objet de celui-ci, peu importe s’il est accessible ou non. Et, de nôtre côté, ne renonçons jamais ! Car lorsque la frustration se transforme en désir, la vie est tout de suite bien plus belle…

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer