Home Actualité Horlogerie

Anthony Zimmer : IWC Portugaise chronographe et Sophie Marceau

Nicolas
Le 25 juillet 2017
L

La dernière fois que je vous parlais d’un film et d’une montre, il s’agissait d’une Omega Seamaster, et d’un certain espion britannique. L’écriture, quand on en vient à parler d’un film que l’on aime, et des garde-temps qui nous ont fait grandir, n’en est que plus plaisante. C’est pourquoi je reviens vers vous avec des films et des montres plein la tête, pour mon plaisir personnel et égoïste, mais je ne vous oublie évidemment pas.

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’un film, d’une montre, d’une charmante actrice et femme. Nous sommes en 2005, et il s’agit d’Anthony Zimmer, et d’une certaine IWC Portugaise au cadran Reverse Panda. Sophie si tu me lis…

Anthony Zimmer, un film de Jérôme Salle

Jérôme Salle, vous le connaissez très certainement par le biais du turbulent et fougueux Tomer Sisley a.k.a Largo Winch. Il a réalisé les deux opus de l’adaptation cinématographique de la bande dessinée éponyme. Mais son premier film ne comptait pas les aventures d’un orphelin yougoslave, loin de là.

Outre quelques courts-métrages, il commence début 2004 à réaliser Anthony Zimmer. Récit d’un financier malveillant, Anthony Zimmer, spécialiste du blanchiment d’argent, et possédant quelques comptes à travers le globe. Il ne s’est évidemment pas fait que des copains, et s’est mis à dos des russes bien placés, et des enquêteurs. Et je pense sincèrement que l’on peut plus craindre les manières des premiers. 

Anthony Zimmer - IWC Portugaise Chronographe

Il a la chance d’avoir comme maîtresse Chiara Manzoni, jouée par Sophie Marceau. Qui joue délicieusement son rôle de séductrice, ne pouvant passer une matinée sans sa cigarette, son Herald Tribune et son thé vert avec une pointe de lait. Old habits die hard. Car notre ami Anthony communique encore par petites annonces de journaux.

Quoi qu’il en soit, il lui pose un lapin mémorable alors que notre douce Chiara se délecte d’un thé vert au célèbre restaurant Le Train Bleu de la Gare de Lyon. Il lui somme de trouver dans son train un homme qui lui ressemble afin de tromper mafia russe et police. Et qu’il la retrouvera par la suite…Cet homme qui lui ressemble, piégé, s’appelle François Taillandier, et est joué à merveille par Yvan Attal, dans sa naïveté toutefois intelligente.

Gardons à l’esprit qu’Anthony a trouvé la belle méthode pour se faire une “seconde peau”, à savoir de bonnes séances de chirurgie esthétique façon riche sexagénaire américaine. Il est autrement dit méconnaissable.

La suite, j’espère vous avoir donné envie d’aller la voir par vous même.

Gardez seulement à l’esprit que le coquin Zimmer a laissé sa montre à Chiara. Une IWC Portugaise Chronographe au cadran particulier. Je ne vais pas vous cacher que, au moment précis où j’ai aperçu la pièce au poignet de Sophie, mon coeur s’est emballé quelques secondes. Sophie, nous avons (au moins) un point en commun.

IWC Portugaise chronographe “Anthony Zimmer”

La Portugaise est l’icône d’IWC, nous vous en avions parlé ici avec Romain Réa, et là pour célébrer une superbe édition rattrapante parisienne. Une pièce chargée d’histoire que je ne reprendrais pas ici, vous la connaissez mieux que moi.

Attachons-nous plutôt au chronographe, qui s’est exprimé sous une myriade de combinaisons, parmi lesquelles une ‘Reverse Panda’ au cadran noir et aux sous compteurs blancs. Et qui a été utilisée dans le film de Jérôme Salle. On retrouve tous les aspects plaisant de l’icône, ses proportions parfaitement respectées avec 40,9mm d’ouverture, une glace légèrement bombée et de belles finitions de brossés et polis.

Anthony Zimmer - IWC Portugaise Chronographe

On la découvre au poignet de Chiara, alors que celle-ci enlève son trench beige avant de s’asseoir en face de François, celui qu’elle veut piéger. Moment perturbant, où l’on ne regarde vite plus la montre, mais l’on reste figés quand Chiara demande à François de l’aider à décoincer sa fermeture éclair de décolleté, car celle-ci s’est malencontreusement bloquée. Tout est normal.

Ils arrivent à Cannes, elle lui demande ce qu’elle fait de son weekend et l’embarque au Carlton avant une baignade salée plutôt suggestive. Une scène de coup de foudre s’en suit. Ils dinent en face de la mer au vin rouge, et s’en vont faire une marche nocturne.

“François : Je peux vous poser une question ?
Chiara : Encore ?
F: Pourquoi vous portez une montre d’homme ?
C : Tenez, je vous l’offre.
F : Non, ça me gêne,
C: Pourquoi ? Elle est trop lourde ?
F : Non, elle est trop belle.
C : Elle vous va bien”

Puis, ils rentrent au Carlton, s’embrassent langoureusement sur la terrasse de la suite. Et c’est tout. Elle regagne ses appartements, et l’on sent la frustration palpable dans tout le corps de François, y compris dans son regard. Une sensation masculine bien connue de chacun d’entre nous. Pantois, il rejoint son canapé d’homme célibataire, l’air soucieux et pensif. Il est alors minuit cinq et cinquante secondes, la caméra se concentre sur le cadran, il regarde la montre, la tourne et voit la gravure “Anthony Zimmer”.

La montre apparaîtra encore par la suite dans quelques plans.

L’histoire qui se cache derrière cette IWC à l’écran

Lors des préparatifs relatifs au film, Jérôme Salle étant un grand amateur d’horlogerie, il fait appel à une société de placement de produits et des pourparlers sont engagés avec IWC. La marque lui fait une proposition, et lui propose ce chronographe Portugaise. IWC ne pouvait pas connaître à l’avance les répercutions sur l’audience, et tant mieux.

Le film ayant été un succès, IWC lance déjà en septembre 2005 une édition (très) limitée à 38 pièces, correspondant à l’âge d’Yvan Attal dans le film. Ces pièces sont des chronographes Portugaise classiques portant au dos la gravure “XX/38 Anthony Zimmer”. Vendue en une fraction de seconde, le plus impressionnant est le fait qu’IWC n’en a vu passé qu’une en douze ans pour une authentification sur demande de Romain Réa. Mystérieuse jusque dans l’après film.

Une pièce qui, au-delà de sa désirabilité et de ses finitions, possède donc un supplément d’âme non négligeable lié à ce contexte émotionnel chargé positivement, Sophie Marceau en étant plutôt responsable. Sans oublier l’oeil expert de Jérôme Salle, et ses bons choix horlogers.