fbpx
BREITLING SUPEROCEAN 2022

BREITLING SUPEROCEAN 2022 La nouvelle vague SuperOcean

Qui peut ici prétendre ne jamais avoir entendu parler de la montre SUPEROCEAN chez Breitling ? La montre iodée par excellence, celle que nombre d’entre nous a déjà vu au poignet de personnes au bronzage impeccable sur la Côte, et que certains d’entre vous ont même peut-être possédé. Breitling a décidé cette année de lui redonner un second souffle, en s’appuyant sur des codes historiques de la collection, tout en la faisant bien contemporaine. Et oui, il n’y a pas que la Navitimer dans la vie !

Breitling Superocean

Le début des années 1950 sonne chez Breitling l’heure de l’aviation avec tous les records et innovation en matière d’aéronautique que la période peut connaître. Je ne peux que vous conseiller quelques lignes sur la naissance de la célèbre Navitimer et les nouveautés importantes de la marque cette année.

Alors que la Navitimer est un succès pour la marque qui s’affirme auprès des pilotes, un territoire n’a pas encore été conquis par Breitling : l’océan. Breitling présente donc son modèle de plongée étanche à 20 atmosphère en 1957. La SuperOcean est née.

Plus particulièrement, deux modèles apparaissent. Une trois aiguilles automatique et un chronographe.

Ses caractéristiques ? Une très large lunette tournante concave avec repères toutes les 5 minutes et un repère lumineux pour calculer les temps de plongée même si la lumière venait à manquer. Son charme provient de ses index triangulaires acérés et longs, associés à des index triangles facettés en acier aux points cardinaux qui viennent surmonter des index peints ronds. La longueur de ceux-ci permet d’avoir une aiguille des heures large et courte reconnaissable.

Breitling SuperOcean "Slow Moving"

Un peu plus tard au milieu des années 1960 apparaîtra une certaine Breitling SuperOcean référence 2005. Un chronographe remarquable et un peu particulier, puisque l’aiguille centrale n’est ni une seconde, ni une seconde de chronographe, mais bien un totalisateur des minutes de ce dernier. Surnommé “Slow moving chronograph” par la lenteur de cette célèbre aiguille, une fenêtre à six heures permet d’indiquer si le chronographe est en route ou non.

C’est ce design de cadran qui a inspiré Breitling dans l’imagination d’un nouveau visage pour sa SuperOcean, aujourd’hui en 2022.

BREITLING SUPEROCEAN 2022

Breitling SuperOcean 2022

La signature de la référence 2005 des années 1960/1970 est immédiatement perceptible. De larges index en applique surmontés d’une couche de matière luminescente, une large partie minuterie ici très légèrement inclinée, une aiguille des minutes caractéristiques lollipop carrée imposante, clin d’oeil à celle du chronographe historique sans oublier la lunette tournante avec son repère luminescent. Voilà pour l’identité de la montre d’inspiration.

Vous l’aurez compris, pas de trace de chronographe par ici, mais une vraie montre de plongée. Une montre dont on apprécie les finitions, et ce peu importe le diamètre, proposé au choix en 36, 42, 44 et 46 mm. Une finition brossée générale laissant apparaître quelques chanfreins polis pour apporter un peu de rythme, et l’apparition d’épaulements de couronne. Sur toutes les versions la céramique a pris sa place sur la lunette, lui donnant une belle brillance. Un peu déçu toutefois devant tant de qualité que l’action de la lunette ne soit pas à la hauteur en la tournant. Sur la version 46 mm de diamètre uniquement, Breitling a ajouté à neuf heures sur le boitier un système breveté permettant de bloquer la lunette, ici bidirectionnelle. Davantage professionnelle, donc.

On a plaisir à retrouver le fond de boite simple et joli, brossé en son centre, poli au niveau des inscriptions, et qui renferme dans toutes les versions différentes le même calibre 17. Un mouvement automatique qui se fonde sur le ETA 2824 en qualité chronomètre bien entendu et certifié par le COSC (comme nous l’indique la mention CHRONOMETER du cadran). Une réserve de marche donnée à 38 heures, ce qui n’est pas le bout du monde, mais n’oublions pas que nous avons une montre automatique entre les mains !

Nous n’avons pas encore parlé des propositions de cadrans et de boitiers. Breitling nous propose une jolie version bronze dans une unique version avec un cadran vert très légèrement dégradé et minuterie couleur bronze. Dans un tout autre registre, une autre version est disponible en or et acier, avec un boitier en acier et une lunette en or qui match avec la couronne en or elle aussi. Évidemment, on apprécie le rappel de ce jeu de matière à la fois sur les détails dorés du cadran noir, index et aiguilles contrastant à merveille avec le reste.

Si vous n’êtes ni bi-ton ni bronze, quelques versions acier devraient vous satisfaire. Pour la version 36 mm, sont disponibles des cadrans orange, blanc et bleu, mention spéciale pour ce dernier d’une très jolie nuance; pour la version 42 mm du noir, bleu, argenté et orange, ce dernier étant une édition spéciale Kelly Slater; pour la version 44 mm du noir, du bleu (clair ou nuit) ainsi qu’une version Khaki et enfin pour la version costaude 46 mm uniquement du noir et un bleu nuit.

Breitling SuperOcean 2022

Des choix pour tous, donc, à partir de 4.350€ pour cette nouvelle Breitling SuperOcean. Qu’en pensons-nous ? Eh bien la réalisation est belle, l’esprit est engagé et se veut réellement montre sportive et de plongée avec la signature historique de cadran “Slow Moving Chronograph”. Comme d’habitude, n’hésitez pas à pousser la porte d’une boutique Breitling ou d’un distributeur, il faut toujours essayer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

Pochette d'ordinateur CHARLIE en nylon noir - JOSEPH BONNIE

Et si nous tissions un lien plus personnel ?

Rejoignez une communauté d'amoureux d'horlogerie : nouveautés, rendez-vous, évènements particuliers et de nombreuses surprises.

expand_less