fbpx
AUDEMARS PIGUET ROYAL OAK : 50 ANS

AUDEMARS PIGUET ROYAL OAK : 50 ANS L'octog(ic)one

L’histoire de la Royal Oak d’Audemars Piguet est faite de légendes. Quoi qu’il en soit cette année en 2022, la montre fête ses 50 ans et il est temps pour nous de revenir en profondeur sur ce qui a fait son succès aujourd’hui, et son développement. La marque a récemment publié sur son site une foule d’articles décrivant la naissance de cette icône que nous célébrons aujourd’hui.

Chroniques Audemars Piguet

Avant d’en venir au lancement de cette célébrité qui fait couler toute l’encre du monde en ce moment, il faut revenir sur le contexte de sa création. Ce contexte, c’est celui de la crise du quartz au début des années 1970, la peur d’un Japon qui présente des montres à quartz plus précises que jamais, et innovantes. Même si la Suisse et la France s’étaient attelées à la tache, elles furent trop longues à rendre la technologie mature.

Audemars Piguet cherche alors de multiples débouchés pour vendre davantage de montres et essayer de dépasser ce contexte. Se créé alors un partenariat entre Audemars et la SSIH (Société Suisse pour l’Industrie Horlogère). Le SSIH à l’époque, c’est 4,6 millions de montres par an réparties entre 20 marques et 7000 employés. D’un côté, Audemars Piguet veut augmenter sa portée et sa distribution, de l’autre la SSIH veut incorporer davantage de haut-de-gamme dans son portefeuille. Le 5 février 1969, l’accord est signé. Ainsi, Audemars peut utiliser les agents de la SSIH, entre autres Carlo de Marchi (Italomega, Turin), Charles Bauty (Gameo, Lausanne) et Charles Dorot (Brandt Frères, Paris). Ainsi à l’époque, on pouvait trouver, dans la boutique très futuristique Les Ambassadeurs à Genève Omega et Tissot au côté d’audemars Piguet.

Nous sommes le 10 avril 1970, un jour avant le début de notre regrettée foire de Bâle qui à l’époque battait son plein. Le directeur général d’Audemars Piguet à l’époque, c’est Georges Golay. Il rencontre alors ce jour les “3 mousquetaires” de la distribution du SSIH qui ont commencé à prendre le pouls des tendances, tout un métier. Les tendances pousseraient alors vers une montre, toujours « de luxe », mais en acier, au moment où des doutes pesaient sur les pièces en or. Une montre sportive et élégante, en résumé. Tout de même de nombreux doutes pesaient. Entre l’acier qui serait vendu au prix de l’or dans un milieu super concurrentiel, l’identité de la marque qui pourrait en pâtir, on hésite chez Audemars. Dans un contexte fou et mouvant, il fallait prendre des décisions parfois surprenantes, et c’est le choix de Georges Golay.

Sa botte secrète, c’est Gerald Genta, sur lequel il peut compter. Il a 38 ans, a déjà signé la Polerouter chez Universal Genève et quelques Constellations chez Omega, à une époque ou le « watch designer » n’existe pas vraiment, et où le designer dessine aussi bien des montres, que des automobiles et de la vaisselle.

Genta a déjà collaboré avec la marque dans les années 60 autour de modèles classiques et géométriques. En 1970, juste avant la foire de Bâle, il est aussi responsable de mettre les produits en vitrine, de la meilleure des façons.

À quatre heures de l’après-midi, heure dont ils se sont longtemps souvenus tous les deux, Georges Golay l’appelle, et lui dit qu’après mûre réflexion, il faut que Genta se mette à la tâche, et produise le dessin d’une montre sportive jamais vue, pour le lendemain matin. On ne sait pas vraiment s’il a bien compris la demande, mais il pense tout de suite à l’étanchéité et l’univers marin. Il se souvient alors d’un plongeur scaphandrier sur les bords du lac de Genève portant un casque avec 8 gros boulons et imagine emboiter un superbe mouvement dans une montre qui aurait ces formes. La forme octogonale découle du positionnement de ses 8 boulons hexagonaux, bloqués sur la lunette pour éviter qu’ils ne bougent. De nombreux mythes sont nés de cette forme, et l’inspiration de Genta n’est évidemment pas seulement venue de ce scaphandrier, mais aussi probablement dans son inconscient, d’une machine à peser les colis qui se trouvait dans les bureaux d’Audemars Piguet et remarquable par sa forme octogonale. Quoi qu’il en soit, ce tout est un manifeste, montrer les vis également.

Scaphandrier

Il ne faut pas oublier que Gerald Genta provient du montre de la joaillerie, d’où la possible présence de multiples facettes, de jeux de lumière et de finitions, à la fois sur le boitier et la lunette mais surtout sur le superbe bracelet qui accompagne le tout.

Quoi qu’il en soit, les agents Audemars sont conquis le 11 avril. Gerald Genta l’est tout autant et demande même à s’occuper du prototype avec Audemars. Il rend ainsi visite au fabricant Favre & Perret de la Chaux-de-Fonds sur recommandation de Georges Golay. Le fabricant ne travaille que les métaux précieux, et ainsi le prototype est fait d’or blanc.

La Royal Oak d’Audemars Piguet est avant tout la somme de détails exceptionnels, que je vais prendre le temps de vous expliquer.

Royal Oak : LE CADRAN

Et le cadran dans tout ça ? Il est un peu né par le fruit du hasard. Nous sommes aux environs de l’année 1970 quand une entreprise du nom de La Nationale, spécialisé entre autres dans le guillochage de briquets, stylos et boite à cigarettes, perd le dernier employé capable de manier certaines machines complexes. La Nationale souhaite donc s’en séparer et fait pour cela appel à son voisin le célèbre cadranier Stern Frères, réalisant cadrans pour Vacheron, Patek et autres. La seule condition, leur utilisation pour répondre à une commande en cours. Roland Tille, alors à la tête du design chez Stern Frères, voit leur potentiel et montre à Genta les motifs (300) qu’elles sont capables de réaliser. 13 sont retenus, dont le T21 pour Tapisserie 21 composé de centaine de petites pyramides tronquées et de dizaine de millier de petits trous au diamant.

Vient le moment de choisir la couleur et la technique à utiliser. Ça sera par eletroplacage ou placage par galvanoplastie, ici extrêmement méticuleux part le motif du cadran. D’ailleurs, les premiers cadrans n’auront pas tous la même teinte. Pour la couleur, ça sera “Bleu Nuit 1 + N50”. N50 signifie Nuage 50, étant produit par une toute petite quantité de noir ajouté à la laque avant de recouvrir le cadran déjà bleu.

Royal Oak : LE MOUVEMENT

Pour équiper cette Royal Oak, il fallait trouver le plus fin mouvement automatique à date et le calibre 2121 a été choisi, en ayant toute son importante. Question dimensions, on parle tout de même de 3.05 mm d’épaisseur, d’un calibre qui a déjà fait ses preuves, et dérivé du fameux 2120 présenté en 1967 toutefois avec la date en plus, fruit de la collaboration entre LeCoultre & Cie, Audemars Piguet et Vacheron Constantin.

Il équipera la Royal Oak Jumbo jusque fin 2021 avant la présentation de la nouvelle référence 16202.

Royal Oak : LE BRACELET

Et le bracelet dans tout ça ? Gerald Genta choisit pour la montre qu’il dessine un bracelet intégré complexe, doté de 154 composants dont…34 de formes différentes. Comme toujours on retrouve ici tout l’esprit de la RO. Une montre de sport, aux détails et codes du luxe et artisanaux. Et quand on pense bracelets acier, un nom doit normalement sortir du lot : Gay Frères. Une entreprise très reconnue dans la réalisation de bracelets complexes, car spécialisée dans la conception de chaînes depuis leur création.

Dans les années 1970, l’entreprise emploie près de 500 personnes. Et même pour eux la tâche de réalisation du bracelet fut difficile, si bien qu’un travail était encore nécessaire dans les ateliers du Brassus après livraison. D’autres fabricants s’essayeront par la suite à la tâche.

ROYAL OAK : LES SÉRIES

Tout commence en 1971, quand à la foire de Bâle Georges Golay présente aux trois mousquetaires les prototypes en or. Les commandes sont passées, et la première production sera de 1000 pièces en acier, dont un supplément de 200 au cas où. Un développement qui prit une année de plus jusque 1972 et sans Gerald Genta qui désirait lancer sa propre marque. Il faut se dire qu’on prenait alors Golay pour un fou, quand à l’époque aux environs de 5000 pièces sortaient chaque année de chez Audemars, avec 237 modèles différents. 

Audemars Piguet Royal Oak

Fait important, il s’agit de la première montre Audemars Piguet à porter un nom, quand d auparavant les pièces étaient appelées par leur référence. Excalibur, Safari, sont des noms qui sont sortis celui de Royal Oak, toujours synonyme d’aventure et de robustesse. Le nom de Royal Oak était à l’époque expliqué par Audemars Piguet dans des brochures, à la fois par l’épisode du chêne Royal qui permit à Charles II d’Angleterre de se protéger durant une bataille, mais aussi par les navires de guerre de l’armée britannique à la fin du XIXe.

Alors que le premier batch de 1000 devait porter un numéro spécial sur le fond de boite, le fait de ne plus décider de limiter la première production à 1000 pièces fit naitre les premières séries A, B, C et D.

La production commence en 1972, et dès 1975, plus de 2.000 montres ont été vendues. La première demande de Royal Oak venait de l’Italie, mais étrangement toutes les montres ne furent pas livrées, et la demande est restée basse les années qui suivirent. En France le démarrage a été lent, mais l’Asie, le marché suisse et allemand ont contribué à l’écoulement des premières montres. En vérité, la montre a plutôt bien fonctionné, même si de nombreuses critiques sur son visage se remarquèrent.

Il faut retenir que la première référence 5402 sera produite à 6.050 exemplaires entre 1972 et 2002.

Parlons maintenant d’une autre grande personnalité chez AP : Jacqueline Dimier.

Jacqueline Dimier pour Audemars Piguet

C’est à ce moment-là, en 1975, que je suis entrée chez Audemars Piguet auprès du créateur Jean-Fred Meylan. Je suis restée chez AP pendant 25 ans. J’ai adoré travailler pour cette marque, une aventure magnifique[…]En ce qui concerne la Royal Oak pour dame, c’était une mission. Mon prédécesseur ayant quitté l’entreprise, je me suis très vite retrouvée seule aux commandes du département de création d’AP et on m’a demandé, devant le succès de la Royal Oak, d’étudier la version dame. Ce que j’ai fait, d’après l’esthétique de Gérald Genta. Je l’ai bien sûr adapté aux poignets d’une femme.

Jacqueline Dimier

C’est elle, qui, à la suite de Gerald Genta, se penchera sur la Royal Oak et fera naître, entre autres, les modèles féminins, les modèles à quartz et leur magnifique dessin, sans parler d’autres références de Royal Oak masculines.

Tout au long des années 80 apparaîtront des modèles de plus petite taille ; en or jaune ; en or et acier ; en version quartz, et également pourvus de complications. Ainsi dès 1983, la Day-Date indique le jour et la date, en 1989 la Dual Time se dote d’un second fuseau horaire. Un calendrier perpétuel est lancé en 1983, et une version squelette en 1986. Tous sont encore au catalogue Audemars Piguet qui ne cesse de s’enrichir.

La version chronographe de la Royal Oak, dite « Kasparov », et la collection Offshore lancée en 1992, plus sportive et produite en éditions très limitées, ont toutes autant de succès.

En 1992 paraît ensuite un modèle de transition, dit « Jubilée », sous la référence 14802, une série limitée à 1 000 exemplaires sortie pour les 20 ans de la Royal Oak. Pour la première fois on peut admirer le mouvement à travers un fond saphir et le logo AP se retrouve à midi.

La Royal Oak d’Audemars Piguet avait été à nouveau dévoilée sous la référence 15002 en 1996 puis 15202 en 2000, avec les caractéristiques qui lui avait toujours réussies. De l’acier inoxydable pour son boitier de 39 x 48 mm, le calibre 2121 à remontage automatique dérivé du Jaeger-LeCoultre 920 qui équipe également la première référence de Patek Philippe Nautilus 3700. Un calibre qui permettait d’afficher sur le cadran heures, minutes et date. Sans oublier le cadran guilloché au motif « tapisserie » identitaire. La 15202 connait une modification en 2012 avec la 15202ST pour le 40e anniversaire de la marque : les principales différences s’observaient principalement avec l’introduction d’un fond saphir et le déplacement du logo AP sur le cadran de midi à 6 heures.

Royal Oak en 2022 : le 50e anniversaire

Pour le 50e anniversaire de la Royal Oak d’Audemars Piguet, rien ne change, mais tout change.

Audemars Piguet Royal Oak 16202

La plus importante des nouveautés se comprend en retournant la montre et en observant à travers le fond saphir le nouveau mouvement 7121 d’Audemars Piguet. Exit le calibre 2121, donc, et place à de la nouveauté. Le calibre 7121 présente quelques agréables évolutions. Sur le plan architectural, il est un peu plus large que le 2121 (29.6 mm contre. 28.4 mm) et un brin plus épais (3.2 mm contre 3.05 mm), mais cela ne change absolument rien à la taille de la Royal Oak référence 16202. Sur le plan des performances, en revanche, il y a des changements. Le nombre d’alternances par heure évolue de 19’800 à 28’800, la réserve de marche évolue de 40 à 55 heures, et il est maintenant possible de régler la date…rapidement ! Chose moins visible, la robustesse du mouvement a été améliorée par la mise en place de résistance au chocs au niveau du balancier.

Des nouveautés sont aussi apparues dans les Royal Oak à plus petit diamètre et dans la gamme des chronographes.

J’espère que cette “petite” parenthèse de culture sur un mythe de l’horlogerie vous aura permis de comprendre à la fois ce qui rend si spéciale la Royal Oak d’Audemars Piguet, mais également les différents liens qu’elle a entretenu avec la totalité de l’univers horloger alors. Et pour tous ceux qui voudraient poursuivre leur quête de connaissances sur l’octogone mécanique, vous trouverez votre bonheur sur le site d’Audemars Piguet.

3 réponses à “AUDEMARS PIGUET ROYAL OAK : 50 ANS”

  1. Coupdevent dit :

    Petite question ne concernant pas directement de l’article: C’est bien un briquet Dunhill sur l’illustration ? J’en ai quelques-uns mais je ne connais pas ce motif …

  2. Eric Maillard dit :

    oui, c’est vraiment l’octogone qui est emblématique de la Marque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

Pochette d'ordinateur CHARLIE en nylon noir - JOSEPH BONNIE

Et si nous tissions un lien plus personnel ?

Rejoignez une communauté d'amoureux d'horlogerie : nouveautés, rendez-vous, évènements particuliers et de nombreuses surprises.

expand_less