fbpx
LONGINES Super Compressor

LONGINES Super Compressor L'ancêtre de la Legend Diver

Un petit nombre de marques de montre peut jouir du privilège d’avoir eu dans son histoire des montres de plongée qui ont compté. Longines en fait indéniablement partie, et elle compte depuis le début des années 1950 des modèles de plongée récréative dont les designs et l’avancée technique étaient déjà superbes, et qui perdurent en collection. Aujourd’hui, j’aimerais rendre hommage à ces montres, et en particulier aux références de plongée dites “Super Compressor” et leur boitier si particulier. Afin de rappeler un peu plus tard pourquoi, aujourd’hui, la Longines Legend Diver est une pièce pilier chez la marque au bouclier pourtant ailé.

Longines Super Compressor Diver

La plongée récréative chez Longines

Avez-vous déjà entendu parler de plongée récréative ? Ce type d’activité est à distinguer de la plongée technique, et comme son nom l’indique, elle reste plus proche du loisir que de la “tec”. Récréatif ne sous-entend pas avoir pieds bien entendu, mais en général de ne pas dépasser les 60 mètres, ce qui est déjà assez impressionnant. La plupart du temps, cela signifie faire quelques coups de palmes aux environs des 15 mètres, ce qui est parfait pour observer la faune et ramener quelques coquillages.

Pour cette plongée là, qui se démocratise après la Seconde Guerre mondiale, les marques de montre commencent à s’intéresser de près à l’équipement des plongeurs, allant plus loin que la simple étanchéité qui s’était développée depuis quelques décennies déjà. Des investissements en recherche et développement apparaissent donc, et l’aboutissement commence rapidement à se faire sentir.

Pour la marque de montres Longines, tout commence dans la deuxième moitié des années 1950 avec le lancement de la Longines Nautilus Skin Diver et de la Longines référence 7042. Une façon directe pour Longines de se positionner sur un segment de plus en plus intéressant pour son développement depuis quelques années, au même moment où les plongeuses qui portent les noms de Rolex, Blancpain ou Breitling apparaissent. La Nautilus Skin Diver est une montre reconnaissable immédiatement par son cadran et sa lunette, à la très belle taille par ses 40 mm, simplement trois aiguilles, équipée d’une lunette tournante en bakélite et animée par un calibre AS19. La dernière fois que nous vous en parlions, c’était en 2018 avec la ré-édition de la Longines Heritage Skin Diver dans la collection Heritage.

Longines Super Compressor Diver

Le dos de ces plongeuses était d’ailleurs gravé d’un plongeur tenant à la main un harpon, signe encore distinctif de ces plongeuses chez Longines. La plongée récréative prenait alors tout son sens.

LONGINES Super compressor

A peu près au même moment, peut-être en même temps d’ailleurs, Longines présente celle qui écrira le début d’une légende de la montre de plongée : la référence 7042. Son visage, s’il est similaire à la Nautilus Skin Diver, nous présente une très belle montre de plongée de type “Super Compressor“. Un brevet de pression du boitier augmentant avec la profondeur, couplé aux deux couronnes striées reconnaissables à 2 et 4 heures, respectivement pour actionner la lunette tournante interne et opérer le réglage de l’heure. Il est important, dans un article présentant des pièces historiques, de parler de ceux sont à l’origine de leur manufacture. Pour le boitier de cette référence 7042 en particulier (et tout comme la Nautilus Skin Diver), c’est EPSA, pour Ervin Piquerez S.A, un célèbre manufacturier connu pour ses boites Compressor et Super Compressor, qui s’occupait de ces boitiers si particuliers pour Longines.

Longines Super Compressor Diver

Il faut retenir que le boitier de cette première référence permet une étanchéité à 100 mètres, pour une taille de 42 mm. C’est en général à ce moment précis qu’on se demande si je ne me suis pas trompé dans le diamètre : oui, il est bien mesuré à 42 mm. Un format qui peut paraître important, et soyons clair, la montre a une sacrée présence sur le poignet. Pas si étonnant pour une plongeuse qui se doit d’être lisible, et qui surtout possède une lunette tournante interne. Heureusement, ses cornes bien dessinées permettent une bonne assise sur le poignet. On retrouvera d’ailleurs la même taille conservée pour le retour de la montre dans les collection Longines à partir de 2007 sous le nom de The Longines Legend Diver.

Avant cette ré-édition, la montre a vu plusieurs générations défiler, qui ont elles-mêmes connues leurs variations, depuis la 7042, en passant par la 7150, qui voit surtout au fil de son évolution son étanchéité améliorée à 200 mètres, un nouveau mouvement avec le calibre 290 ainsi qu’un passage du radium au tritium. Sans vous parler d’autres détails esthétiques. Avant de laisser sa place aux références 7494 et 7594. La dernière référence qui se déclinera en trois versions, de 1965 à 1969, et reprendra les traits et autres caractéristiques des 7494, n’introduira pas de changement particulier. La pièce que nous avons eu le plaisir d’avoir entre les mains est une référence 7494-2 de 1966 équipée du calibre 290.

De manière générale, le visage de la montre est resté fidèle à lui-même depuis sa sortie en 1958, des points de détails comme des couronnes qui prennent un peu d’épaisseur, des points tritium ou la matière luminescente d’une aiguille ne changent pas fondamentalement pas la donne. Une histoire qui courra donc de la fin des années 1950 (on retient en général l’année 1958 pour la présentation de la montre) jusqu’à la fin des années 1960 (on parle de 1969). Pour un retour au milieu des années 2000, donc.

La ré-édition de 2007 présentait un visage sans date, qui apparaitra un peu plus tard en 2009.

Nous vous en parlions dernièrement en vous présentant la Longines Legend Diver en Bronze, où la date s’est absentée pour le plus grand plaisir d’un certain nombre, et qui montre aussi Longines à l’écoute. Je pense qu’il faut aujourd’hui, contrairement à 2007 seulement, année ou elle fait à nouveau une apparition remarquée, penser plus que jamais que la Legend Diver n’est pas une ré-édition trainante mais davantage une pièce revenue après un long moment d’absence et qui correspond à la montre de plongée chez Longines, avec son visage fidèle, et tous les autres détails qui ne sont ni plus ni moins que les évolutions techniques de Longines au fil des années. Pour le côté réellement “récent”, Longines a sa Hydroconquest, mais dans son aspect patrimonial et long-terme, la montre ultime de plongée Longines n’est autre que la Legend Diver.

On pourra bien entendu accepter que dans un futur proche, quelques éléments graphiques, davantage que la couleur du cadran, soient revisités pour proposer un visage un peu moins ancré dans le passé avec une typographie des chiffres et des lettres clairement en référence avec les années 1960.

Longines Super Compressor Diver

Longines a d’ailleurs présenté quelques nouveautés Legend Diver cette année que je vous présenterai très prochainement. Et voilà qui vous servira de base solide pour comprendre les évolutions de ce modèle si cher à Longines et qui la représente dignement quand on vient à parler de montres de plongée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less