fbpx
TUDOR & la MARINE NATIONALE

TUDOR & la MARINE NATIONALE L'annonce d'un partenariat

En ces temps troublés, certaines nouvelles nous réchauffent le cœur plus que d’autres. Si je vous parle de la marque de montre Tudor d’un côté, et de la Marine Nationale de l’autre, à quoi pensez-vous ? N’allez pas chercher plus loin, vous avez probablement trouvé la réponse.

Nous venons en effet d’apprendre que Tudor se préparait à renouer avec son riche passé, et tout particulièrement son héritage naval. L’annonce d’un partenariat avec la Marine Nationale est donc clair, même si nous n’en savons pour l’instant pas davantage. Ce que l’on sait, en revanche, c’est que Tudor et la Marine Nationale se préparent certainement à faire une nouvelle annonce à l’automne prochain. Qui prend les paris ?

Revenons brièvement sur les liens entre les deux entités.

La première Tudor Oyster Prince Submariner apparaît sous la référence 7922 en 1954. Une icône aux 37mm de diamètre, celle à partir de laquelle toutes les pièces de plongée Tudor ont découlé. Nous vous en parlions lors d’une vente aux enchères qui avait vu le passage d’une Tudor Submariner 7922 ayant appartenue à André Laban, membre de l’équipage Cousteau.

Un an après la sortie de la Submariner Rolex, l’intention de Tudor est claire : offrir à la communauté des plongeurs autonomes professionnels un outil fiable et robuste, à un prix abordable.

Le premier lien qui unit Tudor à la Marine professionnelle se fait avec le G.E.R.S. (Groupe d’Étude et de Recherches Sous-Marines). Au début de l’année 1956, le G.E.R.S., alors basé à Toulon, reçoit des montres Oyster Prince Submariner pour les utiliser dans de vraies conditions, et en faire un rapport. Les montres livrées sont des références 7922 et 7923 étanches à 100 mètres et équipées respectivement de mouvements automatiques et manuel. Sans trop de surprises, l’étanchéité de ces montres est alors jugée « parfaite » et leur comportement « tout à fait correct » à l’époque.

Tudor Submariner 7922

La référence qui suivra, la Submariner 7924, au verre plus fin et l’étanchéité de 200 mètres, reconnaissable par sa couronne de plus grande taille, sera livrée au G.E.R.S. en 1958.

Un an plus tard, la référence 7928 fait son apparition et marque l’entrée de Tudor dans une nouvelle période. Elle a le visage que nous avons tous en tête, avec ses épaulements protège couronne, une taille de boitier montée à 39 mm, une lunette qui arbore désormais des crans plus visibles. Une montre qui sera produite du début des années 1960 jusqu’aux environs de 1968, une production plutôt longue, donc. Une pièce qui sera adoptée par la Marine nationale.

Tudor Submariner

La référence qui suivra, dans la même veine, est la 7016, qui fait son apparition en 1969. Une esthétique nouvelle qui marque la présence des aiguilles Snowflake, une demande de la Marine Nationale justement pour davantage de lisibilité. En 1974, cette référence 7016 sera la première montre de plongée Tudor à porter les gravures typiques des « M.N. ». Composées des initiales M.N. et de l’année de dotation en chiffre, ces gravures ont depuis quelques années suscité la folie des marchés.

La référence suivante, qui apparait en 1975 sous le numéro 9401, est la plus célèbre pour son utilisation par la Marine Nationale. La raison est simple, elle est toujours gravée des initiales M.N, mais elle se présente avec un magnifique combo cadran/lunette du célèbre bleu Tudor. On la trouvera tout d’abord avec ses aiguilles Snowflake, puis un peu plus tard avec une nouvelle configuration de cadran à index ronds et triangulaires et aiguilles Mercedes.

La version bleue sera celle choisie par la Marine Nationale pour les dotations à ses plongeurs. Ce modèle restera en production et sera livré à la Marine nationale jusque dans les années 80. Son utilisation, elle, s’étendra jusque dans le courant des années 2000, à l’école de plongée de la Marine nationale notamment mais aussi chez les nageurs de combat.

TUDOR & LA MARINE NATIONALE : RDV à l’automne prochain

Vous voyez donc les liens qui ont uni les deux entités, d’un côté la marque de montres Tudor, de l’autre la Marine Nationale, et que ce partenariat a été à l’origine de l’évolution d’un modèle iconique : la Tudor Oyster Prince Submariner.

Nous sommes comme des enfants à l’idée de ce que ce partenariat va pouvoir dans le futur dévoiler, et espérons au plus profond de nous que l’annonce de l’automne prochain convergera vers un nouveau modèle reflétant ces liens de longue date. Stay Tuned...

Une réponse à “TUDOR & la MARINE NATIONALE”

  1. Ouik dit :

    Un partenariat entre Tudor et la MN c’est vrai que cela est alléchant. Après Yema vient aussi d’annoncer un partenariat avec La MN et la sortie imminente d’un nouveau modèle ????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less