fbpx

PIAGET POLO SKELETON Une mise à nue en légèreté

Alors que nous découvrions il y a peu des pièces exceptionnelles squelettes du patrimoine Piaget, ainsi que les nouveautés Watches & Wonders de la marque, le moment est venu de faire plus ample connaissance avec la nouvelle Piaget Polo Skeleton. A première vue une montre qui dévoile tout, mais qui pour en arriver là a parcouru un véritable chemin de pensée, de design et de micro-ingénierie.

Piaget Polo Skeleton

Le squelette : tout un art

Piaget a présenté il y a un mois environ, la version squelette de sa montre Polo. Comme vous pouvez vous en douter à la vue des deux montres, la Polo d’un côté, et sa version squelettée de l’autre, il n’a pas suffit de prendre la première, d’enlever de la matière pour avoir par magie la deuxième. Non, c’est un peu plus compliqué que cela !

Le premier réflexe, du côté des designers et des ingénieurs de Piaget, a probablement été de réfléchir à ce qui fait l’identité de la Piaget Polo. Pour en retranscrire au mieux l’essence dans une version squelettée. On retient ici la forme ronde de son boitier comme celle de sa lunette ronde, son cadran de forme coussin et la finesse de son profil. Sans oublier quelques autres éléments, comme la forme des aiguilles.

Et puis, tant qu’à faire, si une nouvelle montre se développe depuis l’esprit des designers et ingénieurs chez Piaget, autant accompagner cette prouesse squelettée d’une belle dose de finesse ! Sur cette Polo Skeleton, le boitier est plus plat de 30% par rapport aux versions existantes, et il a fallu pour cela faire évoluer le mouvement qui s’y dévoile.

L’art du squelettage en horlogerie n’est pas un fait nouveau, mais remonte à quelques siècles. Cela provenait souvent d’un horloger, qui, de manière individuelle décidait de réaliser un exemplaire fou d’une de ses montres. Le plaisir de la démarche ? Offrir aux béotiens et aux amateurs un peu de transparence dans la vie du mouvement, tout en en profitant pour démontrer sa maitrise en matière de savoir-faire. Car ils sont nombreux à se faire beaux devant les yeux des spectateurs.

Pour percer les secrets du mouvement, donc, l’horloger ajoure patiemment les platines et les ponts. Tout en ayant au préalablement étudié le bon volume de matière à retirer (avec un ingénieur de préférence) pour ne pas perturber le bon fonctionnement du mouvement et sa robustesse. Ajourer donc, mais également biseauter les bras de certaines roues, tout en apportant parfois des polis, d’autres des brossés, ou encore angler tout ce qui peut recevoir ce traitement. Un vrai travail que l’on peut admirer à l’oeil nu.

PIAGET POLO SKELETON

De la transparence, des courbes et des jeux de lumières, voilà l’effet escompté. Je dirais même que l’image d’une cité aérienne miniature a toute sa place dans cette réalisation aux accents presque futuristes.

Piaget Polo Skeleton

Pour se faire, Piaget ne s’est pas appuyé sur le mouvement de sa Polo classique (le 1110S) mais s’est fondé sur le calibre Piaget 1200P. La raison se trouve dans deux éléments, l’absence de petite seconde, de date et surtout la présence d’un micro-rotor qui permet, contrairement à une masse oscillante classique, de laisser davantage de visibilité sur le mouvement et à travers. Ce calibre 1200P, on le trouve logiquement sur les montres de la collection Altiplano, reconnues pour leur finesse extrême, comme en témoigne l’épaisseur de ce mouvement de seulement 2,35 mm. Une base qui a servi par le passé à créer des versions squelette Altiplano.

Sur la nouvelle Piaget Polo Skeleton, on trouve le mouvement 1200S1, une déclinaison du 1200S. Parmi la foule de détails que l’on peut prendre plaisir à observer, voici de quoi vous occuper : le blason de la marque gravé sur la masse oscillante, des roues cerclées et satinées soleil, une platine et des ponts satinés soleil, anglés également, des pieds de vis borgnes (regardez attentivement l’arrondi poli du pied de vis), des fentes anglées. Voilà qui devrait vous rassasier.

Une fois le mouvement déshabillé, Piaget l’a rhabillé dans un boitier en acier de 42 mm de diamètre et à l’épaisseur contenue de 6,5 mm. On retrouve les formes qui nous plaisent originellement dans la Polo, la lunette ronde et son brossé horizontal, ainsi que la minuterie, le seul “morceau” du cadran qui perdure au-dessus du mouvement, dans sa forme coussin. Sur cette forme de rehaut, on trouve la minuterie donc, ainsi que des index pointes biseautés et brossés vertical, qui rappellent ceux de la Polo classique, plus acérés cependant. Détail intéressant, on retrouve la forme des aiguilles glaive, ici squelettées.

Piaget Polo Skeleton

A noter, depuis les nouveautés présentées lors de l’édition digitale de Watches & Wonders 2021, Piaget propose la Polo Skeleton dans de nouveaux boitiers en or 18 carats, avec au choix pas du tout, un peu, ou des diamants à la folie.

Une pièce qui démontre les savoir-faire de Piaget quand on parle de hautes finitions horlogères et de finesse d’exécution, de légitimité dans la mise à nue des mouvements et que je ne peux que vous encourager à voir en dehors des écrans. Le bracelet en acier qui est proposé avec la montre mériterait de gagner en finesse et en chute pour s’associer de la meilleure des manières avec la montre, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Piaget Polo Skeleton

Caractéristiques techniques

Boitier : Acier

Diamètre : 42 mm

Épaisseur : 6,5 mm

Verre : glace saphir des deux côtés

Cadran : Bleu, pour la partie minuterie ou gris sur la version au mouvement finition gris

Etanchéité : 50 m (si une personne ose la mettre sous l’eau)

Mouvement : Piaget 1200S1

Réserve de marche : 44 heures

Bracelet : Acier ou alligator (vert ou bleu selon la version)

Prix : 29.400€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less