fbpx
BLANCPAIN Tribute to Fifty Fathoms No Rad

BLANCPAIN Tribute to Fifty Fathoms No Rad La Fifty No Rad du XXIe siècle

Blancpain va aujourd’hui faire quelques heureux. Pour tous les amateurs de l’histoire de la plongée dans la seconde moitié du XXe siècle, il est certain que la marque a eu un rôle prépondérant. La Fifty-Fathoms, présentée en 1953 pour des plongeurs professionnels uniquement, apparaît une dizaine d’année plus tard dans une version “civile” où la capsule “no rad” pour signifier une montre exempt de radium. Aujourd’hui, Blancpain présente la Tribute to Fifty Fathoms dans une édition limitée à 500 exemplaires qui revisite le modèle historique tout en s’en inspirant largement. Nous avons eu la chance de l’avoir entre les mains et de vous la présenter aujourd’hui.

Blancpain Tribute to Fifty Fathoms No Rad

Blancpain & la Fifty Fathoms

À la fin de l’année 1952 est créée la première unité de nageurs de combat en France. Cette unité est le fruit d’une coopération entre la marine et les services secrets français. Pour la marine, cela deviendra plus tard le « Commando Hubert » quant aux  services secrets, aucun nom n’a réellement été donné. A l’époque on l’appelait le SDECE, créé par, entre autre, Bob Maloubier, notre James Bond national.

On le sait alors, les plongeurs ont besoin d’avoir un minimum de matériel pour mener à bien leurs missions, et les ordinateurs de plongée n’existent pas. A savoir : une montre, un profondimètre et une boussole. Pour combler le manque de matériel efficace de l’époque, on soumet le projet à des manufacturiers compétents. Fred Lip est d’abord approché, mais cela ne l’intéresse pas. En revanche, Blancpain accepte de suivre ce projet.

Blancpain n’était alors qu’une petite maison horlogère Suisse située à Villeret. Si la décision positive est prise, c’est probablement que son patron d’alors, Jean-Jacques Fiechter, était un passionné de plongée. Il est donc réceptif à la demande de la marine et fait distribuer ses montres par le biais de deux réseaux différents. Comme l’explique si bien Romain Réa dans la Minute de l’expert qui y est consacrée, il existera des Blancpain “LIP” car la marque acceptera de les distribuer.

Le premier modèle Fifty-Fathoms est présenté à Bâle en 1954 et présente pratiquement toutes les spécificités d’une montre de plongée moderne : une lunette rotative bidirectionnelle et bloquante pour mesurer le temps d’immersion, un boîtier étanche, des aiguilles et index luminescents (sur toute la lunette également) pour faciliter la lecture sous l’eau et dans l’obscurité la plus totale.

Pour pouvoir lire correctement les informations sous l’eau, les Fifty-Fathoms avaient reçu une très belle couche d’éléments radioactifs, dont du Radium vous vous en doutez. Pour les versions civiles qui apparaissent un peu plus tard au début des années 1960, Blancpain décide d’ajouter la mention et la capsule “No Radiations” à six heures. Aussi un moyen marketing intéressant pour montrer que “oui, c’est bien elle qui équipe les plongeurs” et plaire à une nouvelle catégorie de consommateurs, comme aux plongeurs non professionnels.

C’est cette version même qui nous intéresse aujourd’hui dans le nouvel exercice proposé par Blancpain.

TRIBUTE TO FIFTY FATHOMS No Rad

En 2010 déjà, Blancpain avait remis au goût du jour une Fifty-Fathoms “No Radiation”. Même si le clin d’oeil y était, il faut admettre que la montre présentée aujourd’hui est un cran au-dessus en terme de ressenti.

Blancpain Tribute to Fifty Fathoms No Rad

Qu’est ce qui fait de la Fifty-Fathoms une montre au visage unique ? Tout d’abord son cadran noir duquel se détachent de gros index. Des index ronds, un de forme losange à midi, rectangle à six et neuf heures. Ici, Blancpain a choisi une couleur de Super-Luminova “old radium” pour les recouvrir. Une teinte beige, certes, mais également associée à un ton orangé, offrant ce rendu si caractéristique que l’on retrouve sur les pièces historiques nourrie au radium des années 1950. La signature de cette pièce, vous l’aurez compris, se trouve dans le logo “no radiations” à six heures qui donne de la couleur au cadran en nous rappelant l’histoire de la montre.

On retrouve une teinte similaire sur les chiffres et repères de la lunette. Une lunette très importante historiquement car breveté avec un système de lamelle/ressort (elle était bidirectionnelle) qui permettait de la maintenir pour que les temps de plongée ne soient jamais faussés, afin d’éviter la catastrophe. Autre fait intéressant, la lunette à l’époque est entièrement luminescente, et pas seulement son repère principal, ce qui la rend davantage lisible. Sur cette nouveauté Tribute, l’esprit de la lunette originale a été respectée, bien que devenue unidirectionnelle. Tous les repères sont luminescents, et on peut apprécier le magnifique rendu de l’insert en saphir légèrement bombé.

On pourrait penser que la date est de trop, mais, même pour les amateurs de “no date” elle respecte à mon avis assez l’harmonie générale. En se souvenant toutefois que des versions avec date existaient déjà lors de la présentation de ces montres au cours des années 1960.

À l’intérieur de ce boitier résistant à 300 mètres de pression, on trouve le calibre Blancpain 1151, un mouvement à remontage automatique équipé d’un spiral en silicium (pratique pour éviter le magnétisme, donc) et offrant 100 heures de réserve de marche, soit 4 jours de sérénité. On remarque sur le rotor une ouverture en forme de cartouche, un clin d’œil à certains garde-temps historiques de la collection, dont la toute première Fifty Fathoms. On remarque que ce mouvement avait déjà été utilisé sur la Blancpain Fifty-Fathoms Barakuda en 2019.

Blancpain Tribute to Fifty Fathoms No Rad

Pour avoir eu la montre en main et au poignet, ses 40,3 mm de diamètre et son épaisseur convenable de 13,2 mm, la sensation est très agréable, l’harmonie est bonne et la taille juste ce qu’il faut. Sans oublier un bracelet Tropic aussi très doux une fois porté. Seul petit bémol à mon goût, la présence de la gravure Blancpain sur la carrure du boitier qui n’apporte rien si ce n’est une mention ostentatoire, mais qui pourtant apparaît sur toujours plus de modèles.

Une montre proposée en édition limitée à 500 exemplaires disponible dès aujourd’hui en boutique, qui j’en suis certain ravira de nombreux amoureux de cette pièce mythique de a marque, proposée à 13.180€.

Blancpain Tribute to Fifty Fathoms No Rad

Blancpain TRIBUTE TO FIFTY FATHOMS NO RAD

Caractéristiques techniques

Diamètre : 40,3 mm

Épaisseur : 13,23 mm

Boitier : Acier

Calibre : Blancpain 1151 à remontage automatique

Réserve de marche : 100 heures (grosso modo 4 jours)

Glace : Saphir

Étanchéité : 300 mètres

Bracelet : Tropic

Prix : 13.180€

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less