fbpx
menu search

FAVRE-leuba deep blue Quand l’asymétrie apporte l’équilibre

Nous vous présentons aujourd’hui la Favre-Leuba Deep Blue 1ère génération. Une montre de plongée typique des sixties – comme on les aime– avec ce petit quelque chose dans le design du cadran qui fait la différence dans la foule des montres professionnelles de l’époque. Mais arrêtons-nous d’abord quelques instants sur l’histoire de la marque de cette montre.

Favre-Leuba Deep Blue

Favre-Leuba : Une maison ancienne

Favre-Leuba, ce nom ne vous est probablement pas inconnu, mais ne vient pas tout de suite à l’esprit lorsque l’on cite des maisons horlogères reconnues et établies depuis de nombreuses années. C’est pourtant en 1737 que le nom du fondateur Abraham Favre apparaît pour la première fois en tant qu’horloger indépendant au Locle. La marque n’est donc pas toute jeune et fait bien partie de ces grandes maisons historiques qui ont œuvré à l’essor de l’horlogerie suisse.

Histoire de la marque Favre-Leuba

La marque a également eu son lot d’innovations techniques qui lui ont permis de se distinguer dans les années 60. Notamment avec la montre Bivouac incorporant pour la première fois un baromètre anéroïde dans une montre bracelet, permettant de mesurer l’altitude et la pression atmosphérique. Un instrument utile aux grimpeurs aguerris affrontant les plus hauts sommets. 

Malheureusement, la crise du quartz à la fin des années 70 touche également la manufacture et la famille historique est contrainte de vendre la société qui passera de main en main sans jamais être réellement relancée. Ce n’est qu’en 2011 que le groupe indien Tata rachète les droits de la marque, ce qui n’est pas si étonnant quand on sait que la marque était fortement présente en Inde au début du XXème siècle.

Mais revenons un peu à nos moutons : la présentation de la Deep Blue.

Favre-leuba Deep Blue    

Cette pièce apparaît en 1963, c’est la deuxième plongeuse de la marque après la Water Deep en 1960. D’un diamètre de 39mm, nous sommes bien en présence d’une montre outil, dite professionnelle pour l’époque, d’autant plus qu’elle était réputée étanche à 200m. Le design de la boite reprend les codes esthétiques typiques d’un diver des années 60 avec de belles cornes légèrement biseautées, une couronne vissée large pour faciliter la préhension et une belle lunette en acier pour les toutes premières versions –dites mk1- ou en bakélite pour les suivantes –dites mk2.

Favre-Leuba Deep Blue

La montre est équipée d’un calibre automatique de manufacture, le FL1152 disposant de 21 rubis et de l’affichage de la date.

Un cadran atypique

Mais sa vraie originalité – et son charme – réside selon moi dans son cadran. En effet, ses longs indexes peints de radium (ou tritium sur la mk2) à 12, 3, 6 et 9h créent une sorte de cross-hair. De plus, ils ne permettent pas de positionner les calligraphies à leur endroit habituel sur le cadran. Ce qui oblige à inscrire la marque et le nom du modèle à 10h et 4h, créant ainsi une forme d’asymétrie singulière qui distingue la Deep Blue de toutes autres plongeuses et lui donne son caractère propre. La date participe également à cette asymétrie en étant positionnée à 4h30 et contribue étrangement à l’équilibre du cadran en répondant au sablier – symbole de la marque- lui-même placé à 10h30. Les aiguilles ne sont pas en reste avec de belles flèches pour l’aiguille des minutes et celle des secondes.

Favre-Leuba Deep Blue

Le cadran est d’une couleur assez particulière qui oscille entre le gris métallique et un bleu acier. On peut également croiser quelques références avec un cadran blanc. Si le côté pile est séduisant, le côté face n’est pas en reste avec une belle gravure représentant le sablier de la marque.

Pour les amoureux de plongeuses des années 50-60, la Deep Blue est donc une belle proposition qui permet une petite touche d’originalité grâce à cette charmante asymétrie. Les personnes ayant un attrait pour des pièces plus funky pourront se tourner vers des itérations apparues dans les années 70 présentant des cadrans aux couleurs pop. A chaque décennie ses propres codes.

Un grand merci à Frédéric de chronographes.net pour nous avoir prêté son poignet et sa très belle Favre-Leuba Deep Blue. Un véritable passionné qui tient un blog sur ce qui lui plaît dans l’horlogerie, que je ne peux que vous conseiller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less