fbpx
menu
search

LE MOCASSIN À PAMPILLES Mocassin pas si classique.

Je vous vois déjà frémir, blêmir et finalement tomber raide de frayeur. Vous avez correctement lu. C’est bien du mocassin à pampilles dont nous allons parler. Celui que les anglophones appellent “Tassel Loafer”. Souvent surnommé “mocassin à glands”, on s’accorde pour dire qu’il vaut mieux l’appeler “à pampilles” pour lui rendre la dignité qu’il mérite. Personne n’a envie d’avoir des “glands” aux pieds.

C’est un modèle de chaussures assez méconnu et souvent moqué, considéré comme totalement archaïque. “C’est pas un truc de vieux ?” m’a demandé un jour un ami. Je vous rassure, nous ne sommes plus amis ! (je blague) Ce modèle qui semble si archaïque est pourtant l’une des dernières créations “classiques” dans le domaine de la chaussure.

Mocassins à pampilles

Un mocassin modifié

L’origine du mocassin à pampilles remonte à la fin des années 40. Il n’y a finalement pas si longtemps. A cette époque, l’acteur Paul Lukas était la star du moment. Celui qui a son étoile sur la Walk of Fame de Los Angeles avait reçu l’Oscar du meilleur acteur en 1944 pour le rôle de Kurt Muller dans “Quand le jour viendra” de Herman Shumlin. 

A l’occasion d’un voyage en Europe, Paul acheta une paire de oxford dotée de lacets dont l’extrémité était terminée par des franges en cuir. De retour aux USA il demanda à la marque new-yorkaise “Farkas & Kovacs” de lui concevoir une paire de mocassins similaires dotée de pampilles sur le dessus.

Satisfait du résultat esthétique mais pas du chaussant il confia la chaussure droite à une seconde société new-yorkaise appelée “Lefcourt” puis la gauche à une troisième, la “Morris Shoemakers” basée à Los Angeles. C’est finalement vers Alden, dont je vous parlais récemment, que ces deux dernières sociétés se tournèrent pour exécuter le souhait de la star et créer le premier mocassin à pampilles.

Alden Mocassin à pampilles 563

Le résultat donna un mocassin doté de deux pampilles à franges décoratives et d’une lanière en cuir qui parcours le pourtour du revers, un peu comme sur une paire de chaussures bateau. Et voilà comment Paul Lukas fut en qualité d’initiateur le premier à porter des mocassins à pampilles et comme Alden hérita en 1948 de la paternité du “tassel loafer” un peu par hasard.

The Preppy Shoes

Rapidement, cette paire rencontra un beau succès dans la clientèle d’Alden. Elle est notamment devenue une paire emblématique du style “Ivy League” dans les années 50 et 60. C’est la chaussure des jeunes étudiants des grandes universités, des familles américaines aisées qui s’habillent chez Brooks Brothers et qui passent leurs vacances dans les Hamptons.

Elles devient une alternative à la “penny loafer” considérée comme moins habillée. C’est un marqueur de classe très puissant et ce n’est pas un hasard si Leonardo DiCaprio en porte une paire quand il interprète le rôle du jeune Jordan Belfort dans “Le Loup de Wall Street” de Scorsese.

Elle est aussi la chaussure portée dans les familles françaises “traditionnelles” et par les hommes politiques de droite. Il n’était pas rare de croiser Fillon, Sarkozy ou Balladur avec une paire aux pieds. Le marqueur de classe a bien traversé l’Atlantique.

Toujours portée par les amateurs passionnés du style “classique”, elle s’est discrètement frayée un chemin ici et là dans la mode masculine. On la retrouve un peu partout par petites touches et même twistée avec plus ou moins de goût par certaines grandes marques. La pampille a su conquérir les pieds des hommes.

CommeNT bien porter une paire de mocassins à pampilles ?

Il y a deux manières de porter une paire de mocassins à “glands”. La première est de la jouer “tra tra” à fond. D’embrasser le style classique avec un costume croisé ou un chino et une paire de chaussettes. On joue à fond cette carte et on assume. Et puis m**** on fait bien ce qu’on veut non !

Allez-y franchement, on peut même les porter avec un pantalon en velours et une Barbour pendant qu’on y est. On assume ce petit côté “mec de droite” peu importe les valeurs politiques qu’on porte. Le plus important est de mixer les cultures et de piocher ce qui est intéressant dans tous les styles uniquement parce que c’est élégant sans a priori ou idées reçues. La veste de travail 3 poches n’est pas plus celle des “mecs de gauche” que le mocassin à pampilles la chaussure des “mecs de droite ». 

La seconde manière est de la jouer contrepied. C’est personnellement comme ça que je la préfère. J’exploite à fond l’aspect traditionnel de cette paire pour équilibrer avec un jean brut, une veste militaire de surplus ou carrément une veste de travail.

Quoi de plus génial que de mixer ces deux pièces opposées dans les origines sociales ? J’aime porter mes mocassins sans chaussettes, mais pour cela il faut avoir une paire de qualité, doublée en cuir et dans laquelle on se sent très bien.

Mocassins à pampilles

Où acheter un bon mocassin à pampilles ?

Le modèle le plus emblématique sort bien sûr des ateliers d’Alden. Il existe dans plusieurs couleurs et cuirs. J’ai une préférence pour celui en daim qui donne une allure plus décontractée qu’un cuir lisse. C’est une très belle paire de chaussures et c’est aussi un beau budget.

Alden Mocassin à pampilles 563

La Cavendish de Crockett & Jones est une autre très belle paire lancée en 1995 sur la base de leur forme 325 et fabriquée en Angleterre. La paire est similaire à celle de chez Alden, avec leur chaussant que personnellement j’adore.

Enfin, pour un budget plus restreint et une excellente qualité, Malfroid fait un beau mocassin appelé “Goodwood” sur sa très confortable forme 275. C’est une paire fabriquée au Portugal qu’il est même possible de faire patiner à sa guise comme vous avez pu le voir sur plusieurs photos ici. Soyez créatifs !

Si vous voulez encore plus de détails sur la vie de ses mocassins que l’on aime tant, le site Cigar Aficionado avait fait ça très bien.

Serica Watches - W.W.W.

3 réponses à “LE MOCASSIN À PAMPILLES”

  1. Avatar Charles dit :

    Merci Arnaud
    Encore un article au top

  2. Avatar Chris dit :

    Oui un article sympa encore et oui on porte ce qu’ on veut comme on veut et ceux sont des beaux mocassin que ces mocassins à pompons moi j assume avec un jean brut une chemise et un 3/4

  3. Avatar Mornas Alexandre dit :

    Coucou les rhabilleurs de l’extrême,
    Très bel article qui tient la route😉, je vous suis quotidiennement et grâce à vous le père Noël m’a offert une belle sixty five « bico » que J’ai découvert chez vous.
    Merci à vous !
    Un petit article sur Paraboot serait super (c’est une marque que j’affectionne particulièrement)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less