menu
search

Baselworld 2018 : Oris Goes His Own Way

La maison indépendante de Hölstein n’a jamais aussi bien incarné son nouveau slogan « Go Your Own Way » et se place clairement à la pointe de la tendance actuelle qui consiste à voir plus fin et plus contenu. Boîtes de 36mm, entre-cornes de moins de 18mm, la marque propose cette année des pièces historiques et élégantes qui feront sans doute crier certains marchés. En ce qui nous concerne, c’est frais et ça fait vraiment du bien. Voici un petit tour des nouveautés Baselworld 2018 que nous avons préférées.

Baselworld 2018 : Oris Diver Sixty-Five 36mm

Coup de coeur cette année chez Oris, la version de la montre de plongée que nous connaissons maintenant très bien, dans sa taille originale de 36mm. Bingo. La boîte est fine, la montre est belle. Monté sur le bracelet en acier qui s’affine à la boucle, elle semble tout droit sortie du passé. Une montre de plongée que ses nouvelles proportions rendent des plus élégante. En retrouvant sa taille historique, le Diver Sixty-Five se dissimule à nouveau parfaitement bien sous une manche de chemise et prendrait même des allures très « Bond », porté avec un beau costume. Ce n’est évidemment pas pour nous déplaire.

Baselworld 2018 - Oris Diver 65 Blue

Une taille qui séduira évidemment davantage les amateurs de montres anciennes et proportionnées que les poignets qui poussent de la fonte 5 fois par semaine. Je le conçois. Une option qui devrait également séduire les femmes, à qui, pour une fois, on ne se contente pas de proposer une montre munie d’un cadran mother of pearl, d’une lunette sertie de diamants et d’un bracelet en alligator rose. Merci Oris. 

Un diver aux codes esthétiques très typés années 60 avec un beau bracelet en acier à chute, réellement riveté qui est maintenant disponible en 3 tailles, pour tous les goûts et les poignets : 36mm, 40mm et 42mm. Les Divers Sixty-Five d’Oris sont déjà de grands classiques proposés à un excellent rapport qualité / prix. Personnellement, je ne peux qu’applaudir des deux mains quant à la direction récemment prise par la marque.

Prix public conseillé sur bracelet acier :
Diver Sixty-Five 36mm : 2.000€
Diver Sixty-Five 40mm : 2.100€
Diver Sixty-Five 42mm : 2.100€

Baselworld 2018 : Un Chronoris Orange mécanique

Pas de panique quant à ce sous-titre. Il ne s’agit pas ici d’une boîte en céramique orange, mais uniquement de quelques index et d’une trotteuse centrale très seventies qui contrastent efficacement sur un cadran profond. Ce design iconique hérité des années 1970 que l’on connaît bien et que l’on apprécie déjà beaucoup revient donc cette année avec un nouveau cadran aux combinaisons de couleurs différentes.

Baselworld 2018 - Oris Chronoris Style

Les proportions de ce boîtier « lugless » sont toujours aussi agréables et le brossé soleillé du dessus de la carrure comparable à celui d’une Omega Speedmaster Mark II. La grande trotteuse, orange elle aussi, semble quant à elle empruntée à une Speedmaster « Ultraman ». Ce n’est évidemment pas pour nous déplaire.

Aiguilles bâtons et index luminescents complètent ce tableau fait pour la course, mais qui passe également très bien, comme on peut le voir, une fois sorti d’un siège baquet, aussi bien sur un bracelet cuir que sur textile.

Dernier petit détail plaisir, l’action de ce rehaut interne gradué tournant est bien ferme et respire la qualité. Nous l’utiliserons exactement comme la lunette tournante de notre Submariner, pour mesurer toutes sortes d’évènements pas vraiment importants ou nous motiver à coup de challenges en nous imposant des deadlines. On trouve  toujours…

Prix public conseillé :
Oris Chronoris Date 39mm : 1.550€

Baselworld 2018 : Oris Big Crown s’affine également

Oris reprend également les aiguilles cathédrale et le design bientôt centenaire de sa Big Crown dans des tailles plus contenues de 40 et 34,5mm pour un résultat plus que plaisant avec différentes couleurs de cadran disponibles pour certaines éditions limitées.

Baselworld 2018 - Oris Big Crown Wristshot

Descendre une ouverture de boîte à 36mm pour une montre d’homme, pour une marque qui a longtemps habitué ses aficionados à de très épaisses montres de plongée, c’est en 2018 pour le moins osé. La proposer en 29mm, c’est véritablement « Go Your Own Way » et proposer enfin, à nouveau aux femmes de véritables produits horlogers dont les codes ont du sens. C’est pour moi la plus belle des manières de leur dire qu’on pense à elles.

Nous n’avions pas de jolie fille avec nous cette année pour les photos, nous n’avons donc photographié que la version en 40mm. Ne vous inquiétez pas, ces nouvelles tailles me donnent déjà l’idée d’un article prochain illustrant ô combien les femmes n’ont pas besoin d’alligator blanc pour être féminines et que les montres oversized ne mettent pas forcément en avant des valeurs d’indépendance et de confiance en soi…

Mais je m’égare à nouveau, mes excuses… Je garderais donc mon argumentaire pour ce prochain article et terminerais par vous dire combien j’apprécie personnellement ces nouveautés historiques, humbles, mixtes et horlogères.

Prix public conseillé :
Oris Big Crown 29mm : 1.300€
Oris Big Crown 36mm : 1.500€
Oris Big Crown 40mm : 1.500€

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

3 réponses à “Baselworld 2018 : Oris Goes His Own Way”

  1. Thomas dit :

    J’aimerais savoir si Oris est encore un fabricant de montres de plongée pour amateurs et professionnels?
    J’aimerais savoir aussi s’ils souhaitent ouvrir toutes leurs archives pour savoir quoi ressortir comme modèle vintage, à chaque nouvelle saison?
    J’espère qu’Oris n’est pas devenu une marque de vêtement?

    -C’est quoi la tendance cette année? Faire plaisir aux hipsters, même s’ils ne veulent plus du tout qu’on les appellent comme ça!

    -Ah oui?
    -Oui, ils veulent être déclassés, sans identité

    -Et il faut faire quoi pour leur plaire? Euh, en ce moment, ce qui les intéressent ce sont les petites montres pour des tous petits poignets, avec des petites boites, des petits bracelets, et des petits cadrans bien patinés comme si c’était très très ancien, rempli d’histoire tout ça.
    -Oui, comme ça les gens qui les portent se sentent plus riches intérieurement, tout ça.
    -?
    -Oui, avec du vécu, une histoire, une culture…. De toute façon c’est comme ça!
    -Oui, avec la petite barbe de quelques jours qui a vécue tout ça.
    -Oui
    -Ba, on y va alors?! On va faire croire que c’est pour femme pour pas se griller complètement, non?
    -Et au fait les nouveaux designs, qu’on avait pour la super plongeuse qui va hyper profond, on en fait quoi?
    -Ba on en fait rien, t’as qu’à mettre ça à la poubelle. Il ne faut pas vexer nos clients vintage!
    -La cohésion dans la collection, c’est essentiel
    -Ah oui, Vintage, Vintage, Vintage!!!
    -Oui!
    -Et puis on est pas les seuls, Breitling a carrément retiré ses ailes.
    -Tudor, il fait quoi?
    -Ah Tudor, il dort! Non, en fait il dort pas du tout, il rêve à tous les modèles qu’ils pourraient rééditer.

    -Et ça va durer longtemps tout ça?
    -Ba tant que c’est à la mode, on continue!
    -Oui, mais, c’est pas vraiment une mode. C’est les gens qui ont évolués. Je veux dire, ils en ont marre de toujours plus gros, toujours plus fort, tout ça!
    -Ils veulent se souvenir, d’où ils viennent, leurs parents, leurs grands parents (la guerre, la montre qu’on garde toute une vie), le coeur de la montre, son âme. Marre de consommer n’importe comment. Il veulent donner du sens à leur existence!
    – Oui, ben écoute, on va laisser ceux qui nous achètent faire ceux qu’ils veulent, parce que pour nous, ce qui compte c’est quand même et toujours de vendre un maximum
    – Oui, ben dans ce cas là c’est pareil pour les voitures, faut pousser Ferrari et Porsche a rééditer ces vieilles voitures! c’est beau les vieilles Porsche!
    – Ah non, je crois que eux, ils ne sont pas aussi cons
    – Oui, et on va faire revivre Elvis, alors?

    • Jérôme dit :

      Bonjour Thomas,
      Merci pour votre commentaire sous forme de dialogue fort inspiré !
      Je ne pense pas qu’il faille être aussi manichéen, au contraire. Oris propose toujours des montres de plongée professionnelles, épaisses et avec de grandes ouvertures. La collection Aquis avec la Depth Gauge et la Great Barrier Reef par exemple ainsi que la ligne ProDiver.

      Les amateurs de pièces proportionnées et de boîtes plus fines ont été laissés de côté ces dernières décennies, je ne vois donc personnellement aucun mal à recréer pour eux ces pièces aujourd’hui, surtout lorsque la taille historique est respectée. Après tout, ces premières montres de plongée se portaient très bien sous l’eau à moins de 45mm de diamètre non ? Donc pourquoi rester figé sur une tendance au gros et à l’épais qui a tout juste 25 ans ?

      Je pense justement que les deux types de produits peuvent cohabiter en collection, c’est même très sain.

      Vous n’êtes évidemment pas obligé d’être d’accord, je dois simplement faire partie de ceux qui pensent que la perpétuelle course à la nouveauté fait beaucoup de mal à l’horlogerie et trouvent plus abouti le design d’une Porsche 356 que celui d’une Boxter 🙂

      Excellente journée,
      Jerome

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less