menu
search

Seiko Marine Master SBDX001 : Dans la cour des Grands

Gentlemen, l’été est définitivement derrière nous en cette froide matinée d’octobre, c’est officiellement l’heure de célébrer avec élégance le retour des écharpes en cachemire et des gants en agneau.

Je vous l’avais promis lors de notre petit article de mise à jour sur Seiko (ici) il y a quelques semaines, je vous propose donc aujourd’hui d’ensoleiller votre journée en faisant un petit voyage dans le temps. Retournons donc en été pour passer une belle plongeuse à notre poignet, plongeuse qui nous accompagnera avec brio dans toutes nos aventures. Que vous soyez adepte des combinaisons néoprènes et des eaux profondes, ou que vous préfériez déguster un ceviche sans risque sur une plage de Cartagena avec votre chemise en lin porte bonheur, ne vous inquiétez surtout pas : une fois essayée, cette Marine Master ne quittera plus votre poignet !

Seiko Marine Master 300 - Focus

Pourquoi ? Simplement parce qu’au coeur de la catégorie très convoitée des “Tool watches” (pour les débutants, comprendre “Montres-outils” dont les qualités en milieu professionnel et caractéristiques techniques en font la beauté. De façon concise, aux antipodes de tout Bling-bling bi-ton, coating peu soignés et autres fantaisies purement esthétiques de goût douteux), je vous invite aujourd’hui à faire connaissance avec la reine des plongeuses du soleil levant, la quintessence des Divers japonais et une référence bien connue des amateurs de la manufacture nippone : La Marine Master 300m, référence SBDX001.

Tout d’abord, le soucis du détail apporté à la qualité de fabrication de la boîte est tout simplement impressionnante. Les cinq facettes dont sont composées les cornes, alternent subtilement polissage et brossé 12-6 (vertical), donc une esthétique qui crie la qualité sans renier ni mettre à mal son statut iconique de Tool watch prête à relever n’importe quel défi ! La construction monocoque du boitier est de très belle facture et taillée dans la masse (donc dépourvue de fond vissé), ce qui lui confère une étanchéité optimum. Coté aiguilles la même attention y a été apportée, brossées sur le dessus et polies sur les tranches, elles sont de vraies petites oeuvres d’art à part entière dignes d’être admirées sous tous les angles en fonction des reflets du soleil.

Le verre minéral légèrement bombé (Hardlex, de qualité supérieure) à été choisi pour ses qualités d’absorption des chocs (et sans doute aussi un peu du coût).

La lunette est en acier et recouverte d’une couche de laque d’un très bel effet, comparable esthétiquement à de la céramique, plus résistante aux impacts mais malheureusement pas autant aux rayures. Cette lunette unidirectionnelle se révèle dès qu’on l’actionne… les 120 clicks de cette lunette sans jeu rappellent ceux d’un coffre fort suisse haut de gamme et aideront sans aucun doute votre charmant bambin à gagner le plus doux des sommeils et à faire ses premiers rêves horlogers.

Seiko Marine Master 300 - Lunette

Les indices du cadran noir mat sont appliqués à la main, sertis et remplis de matière photo-luminescente (lumibrite) d’une belle et riche teinte crème qui ne cherche cependant pas à imiter un vieux lume comme le veut la tendance actuelle…

Seiko Marine Master 300 - Look

Le dessin du boîtier ainsi que l’essentiel des détails de la montre sont directement hérités de la célèbre 6159-7001 de 1968 qui fut en son temps la première montre de plongée Seiko équipée d’un calibre Grand Seiko à 36,000VPH… notable en effet, et c’est ici que l’héritage devient d’autant plus intéressant. En effet la machine faisant battre le coeur de cette belle plongeuse (et le mien par la même occasion) n’est autre que le calibre 8L35, version non décorée du calibre Grand Seiko 9S55. La décoration en soi n’ayant dans ce cas présent peu d’importance étant donné qu’une tool watch digne de ce nom ne serait de toute manière jamais équipée d’un fond transparent (Cela fragilise considérablement l’ensemble pour un motif purement esthétique, vous l’aurez compris ce n’est pas l’objectif principal du cahier des charges). La finesse et la qualité de ce mouvement de manufacture peuvent néanmoins stimuler le plaisir des yeux à n’importe quel instant lorsque l’on s’attarde à admirer les secondes qui passent… vous constaterez alors une respiration paisible, calme, d’une douceur incomparable qui n’est pas sans rappeler la trotteuse d’un chronographe El Primero. j’insiste sur ce point… je ne m’en lasse pas.

Revenons un instant aux dimensions du boitier dont l’épaisseur (15mm) pourrait effrayer les poignets sensibles. Les 44mm de diamètre annoncé (et vérifié) de cette reine des fonds marins se porte beaucoup plus aisément qu’une Panerai luminor par exemple, pour plusieurs raisons. Non seulement l’épaisseur de la lunette réduit considérablement l’espace dédié au cadran. Ensuite, la couronne (non signée pour respecter les caractéristiques historiques de la 6159) intégrée au boîtier et placée traditionnellement à 4h ne procure aucune gène même lorsque vous cassez votre poignet et portez votre montre peu serrée. Pour finir, le design du boitier en lui-même, dont les lignes replongent vers l’intérieur avant d’épouser votre poignet la rende très confortable. Elle n’en reste pas moins une pièce lourde et imposante si vous êtes un enfant de 8 ans ou l’heureux propriétaire d’une Piaget Altiplano que vous avez adopté dans votre quotidien peu aventureux.

Seiko Marine Master 300 - profil

Pour alléger l’ensemble tout en respectant la nature de cette aventurière aux fiers héritages historiques, nous recommandons bien sur une sélection de bracelets G10 (oui, on peut dire NATO aussi, ça à été popularisé et accepté, mais j’aime moins.) Gris amiral ou vert militaire de préférence, n’essayez pas de jouer à James Bond avec des bracelets multicolores, ce serait ne pas respecter sa personnalité… non la Seiko Marine Master n’est pas un énième clone de sub.

Si vous aimez les bracelets en caoutchouc on optera bien entendu pour un bracelet Tropic (“l’imprimé croisillons”) ou Isofrane (“les trous”) vintage de préférence. Si vous êtes un puriste, vous pourrez même vous mettre en quête d’un bracelet “gaufré” Seiko de 1968 et vous respecterez alors le combo original de la 6159.

Vous l’aurez compris et je ne le cache pas, je suis conquis par cette belle japonaise et l’aime encore comme au premier jour après nos longues années de mariage. Une chance pour vous cette Marine Master Référence SBDX001 est disponible en France (sous la marque des 2.000 EUR) depuis peu, après avoir été une exclusivité japonaise pendant près de 15 ans.

Alors allez-y, jetez vous à l’eau, et je n’aurai plus qu’à vous souhaiter de nombreuses années de bonheur.

18 réponses à “Seiko Marine Master SBDX001 : Dans la cour des Grands”

  1. Mauduit dit :

    Magnifique ! J’en possède une moi même mais je suis déçu que vous ne parlez pas et ne montrez pas le bracelet acier. Il est très confortable avec une boucle et sa rallonge de toute beauté. Pour une toolwatch, la boucle compte aussi ! Mais sinon, c’est comme vous le dites si bien, une pièce magnifique !

  2. paulmauduit dit :

    Magnifique revue ! Il faut aussi parler de la boucle sur son bracelet d’origine acier car comme vous le dites, c’est une toolwatch et la rallonge à crémaillère est de toute beauté. Possédant depuis un an ce modèle, j’ai retiré les Natos et je la porte uniquement sur son bracelet d’acier que j’aille dans l’eau ou sous mon costume. Merci les rhabilleurs et j’atteste, ‘le prix s’oublie, la qualité reste… »

    • Jérôme dit :

      Bonjour Paul,

      Vous avec raison, j’ai oublié de mentionner le bracelet acier et sa boucle déployante avec extension plongée. Je mettrai ça sur le compte du fait que je la porte moi-même au quotidien presque exclusivement sur nato ou caoutchouc depuis de nombreuses années.
      Malgré les qualités de ce bracelet acier cependant, je trouve personnellement qu’il n’est pas au niveau de la boite, comparativement à un bracelet oyster par exemple. Je n’ai jamais vraiment porté de bracelets acier de toute manière, c’est un goût très personnel.
      J’aime beaucoup l’extension plongée cependant.
      Bien à vous,
      Jérôme

  3. Anonyme dit :

    Très chouette article, j’attends pour ma part la nouvelle mouture (SBDX017) et j’ai craqué sur les natos en photos. Est il possible de connaître leur provenance?
    Merci

    • Jérôme dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire et votre intérêt pour ces bracelets.
      Ces bracelets natos font en fait partie d’une petite production personnelle, cousue main au coin du feu et pour l’instant encore au stade confidentiel et embryonnaire, mais qui nous l’espérons seront très bientôt disponibles à la vente sur notre site. Nous ne manquerons pas de le signaler lors du lancement, nous travaillons actuellement dessus. Nous les aimons aussi beaucoup.

      Sinon êtes vous vraiment certain de vouloir la SBDX017 ? A titre personnel je préfère exceptionnellement la couronne non-signée, plus de classicisme pour une montre sportive déjà très typée « outil ».
      Ce n’est évidemment que mon humble avis.

      Excellente soirée,
      Jerome

  4. Anonyme dit :

    J’avais initialement commandé auprès de mon AD préféré la SBDX001 mais suite à une incompréhension entre Seiko France et Seiko Japan celle-ci n’est plus disponible. Et comme je souhaitais faire un achat neuf sur cette pièce je me rabats pour le moment sur la 017, qui bénéficie du diashield.
    De plus à réception j’ai encore la possibilité d’abandonner la 017 si elle ne me convient pas et de me tourner vers l’occasion le cas échéant.

    Je vous rejoins sur la couronne, je fais partie de ceux qui ont fortement râlé à la découverte de ce x disgracieux. Mais j’ai entamé un travail sur moi pour accepter ce détail finalement pas si important après tout qui ne change pas les qualités intrinsèques de la montre. Et puis au pire des cas un coup de polissage devrait avoir raison de ce marquage en surface 🙂

    Pour le coup, je suis très impatient d’avoir des nouvelles de ces bracelets, je suis fortement intéressé 😉
    J’apprécie particulièrement les anneaux type zulu et les boucles un peu plus qualitatives que ce qu’on trouve habituellement.

  5. paulmauduit dit :

    Pour acheter une marinemaster ( SBDX001), c’est à Paris au Seiko Center rue Bonaparte qu’il faut vous rendre si vous êtes sur Paris. c’est là où je me suis rendu.

  6. Eric dit :

    Les index du cadran ne sont pas appliqués à la main et pour cause , le cadran est embouti !

    • Jérôme dit :

      Bonjour Eric,
      Merci pour cette précision et votre commentaire.
      Votre enthousiasme me laisse suggérer que vous savez de quoi vous parlez, je dois vous avouer cependant avoir un léger doute qui persiste! En êtes vous certain ?
      La montre est à mon poignet à l’instant même et en observant de très près le relief de ces indices sertis, il m’ont vraiment l’air d’être appliqués !

      Si vous souhaitez partager un lien de source fiable qui puisse m’aider à trancher, je suis preneur, et apporterai avec plaisir les corrections nécessaires si cet emboutissage du cadran s’avère confirmé.
      Bonne journée,
      Jerome

  7. In Arcadia dit :

    Je possède cette montre depuis plus de 2 ans maintenant et elle s’est imposée au fil du temps comme « MA » montre de tous les jours, malgré son poids et sa taille… J’en ai même revendu mon Omega Seamaster 300, et oublié toutes mes envies de plongeuses Rolex. C’est dire si la belle a du charme ! Après avoir essayé différent bracelets – notamment un magnifique Canotage en cuir vintage – je suis revenu au bracelet acier d’origine pour 2 raisons : l’extension plongée est super pratique pour gagner en aisance en saison chaude, comme pour choisir à loisir un porté lâche ou serré au quoitidien. La deuxième raison est que l’entre-corne de la MM300 est assez étroit (20 mm contre 22 généralement), et les autres bracelets que l’acier ou le caoutchouc d’origine paraissent un peu maigre, et manquent notamment d’épaisseur par rapport au boîtier, ce qui nuit à mon sens à l’esthétique générale. Mais chacun pourra trouver facilement la combinaison qui lui convient : les changements de bracelet sont particulièrement facile à réaliser soi-même sur une MM300, un avantage de plus pour cette superbe plongeuse !

  8. Anonyme dit :

    Désolé pour le doublon de commentaire

  9. Luc Frantzen dit :

    Bonsoir Jérôme,
    fier propriétaire d’une «petite» SKX 007 et je voudrais faire un «up-grading», elle est vraiment magnifique la SBDX001, mais plus produite entretemps, on la trouve toutefois sur internet.
    En ce moment j’hésite entre la SBDX001 et son successeur SBDX017, qui présente donc de petites améliorations … hormis la couronne, est-ce qu’il y a d’autres differénces optiques ?
    La SBDX017 serait plus résistante au rayures et c’est vrai que c’est une montre que je voudrais porter tous les jours, mais d’un autre la SBDX001 a un côté «collector»…
    J’hésite…. qu’en pensez vous ?
    Luc

    • Jérôme dit :

      Bonsoir Luc,
      Merci pour votre message, je comprends très bien l’attrait pour la Marine Master ainsi que votre hésitation, deux montres presque identiques sans l’être !
      La SBDX017 a reçu le traitement « Diashield » qui est assez impressionnant quant à la résistance aux rayures mais qui terni tout de même les finitions poli-satinées de la Marine Master que j’aime personnellement beaucoup ! Je préfère également la couronne non signée du logo prospex très sport, qui la conserve plus fidèle à son inspiration qu’est la 6159 de 1968.

      J’ai quotidiennement porté la mienne pendant de nombreuses années (SBDX001) et la large boîte monocoque est encore en excellent état.

      L’avez-vous déjà portée ? C’est une montre magnifique aux finitions et mouvement impressionnants, selon moi la quintessence de la montre de plongée japonaise. La seule et unique chose qui puisse ne pas être de tous les goûts est son épaisseur et son poids, mais n’est pas pas tool watch qui veut !

      Je ne sais pas si je vous ai aidé, je l’espère. Si vous voulez réessayer une SBDX001 avec un café avant de faire votre choix, n’hésitez pas !

      Cordialement,
      Jerome

      • Luc Frantzen dit :

        Bonsoir Jérôme,
        merci de votre réponse. Je m’en doutais qu’elle irait un peu dans ce sens là 🙂 mais cela me réconforte dans mon choix initial. C’est une montre que je voudrais réellement porter au quotidien pour mon propre plaisir (et que ce ne soit pas une «grande marque» suisse voyante est une bonne chose) et tant pis si elle souffre un peu … de toute façon le point réellement «faible» étant le verre et c’est le même sur les 2 modèles, si j’ai bien compris.
        Non malheureusement je n’ai pas eu l’occasion de la porter, l’épaisseur et le poids ne me font pas peur, mais c’est vrai que j’ai un petit poignet…. oh oui votre proposition est très très sympa, mais je n’habite pas à Paris, mais sur la planète Marseille 😉 et je n’ai pas prévu de remonter dans le grand nord prochainement … je vais essayer de trouver une SBDX017 sur place pour la tester sur mon poignet avant de passer commande. Par contre, si vous passez dans le coin et que vous avez envie, faites moi signe, je vous inviterais dans un bon resto.

        Luc

      • Luc Frantzen dit :

        Et pour finir…..
        Aujourd’hui c’est un beau jour pour moi…. heureux propriétaire d’une Marinemaster 300 (une 017 finalement) depuis quelques heures…. je rêvais de cette montre depuis votre article…..
        elle est magnifique !

        J’ai réussi à avoir une des dernières par la boutique SEIKO d’Aix, un grand merci à Sébastien, qui m’en avait parlé et me l’a mise de côté.

        Merci Jerome

        Luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less