Home Actualité Horlogerie

Ulysse Nardin : Un retour aux sources qui lui va si bien (Part 1/2)

Jérôme
Le 10 juin 2017
J

Je vous parlais il y a quelques temps déjà d’un séjour enneigé durant lequel j’ai eu le plaisir de découvrir une vieille Maison horlogère qui était passée sous mon radar. Faute. Cette grande et belle Maison, c’est celle fondée par Ulysse Nardin il y a bientôt deux siècles. Une marque et des créations à la pointe de la technologie et de la précision chronométrique depuis ses origines. Un héritage lourd chargé d’exploits, de médailles d’or et de grandes aventures à bord des vaisseaux des plus grandes marines marchandes et militaires du monde.

Ulysse Nardin - Marine 1846

La marque revient aujourd’hui sur le devant de la scène avec 4 modèles en hommage à son passé et qui tranchent véritablement avec les créations des 30 dernières années. Ne vous trompez pas, il ne s’agit pas ici de ré-édition basiques de pièces historiques, même si l’inspiration vient évidemment du passé. De nouvelles références aussi classiques par leur esthétique qu’elles sont techniques par la complexité et les matériaux utilisés pour la fabrication des calibres. Une association qui ne pouvait bien évidemment pas nous laisser indifférents tant il s’agit pour nous de la direction à prendre pour l’horlogerie de demain.

Dans ce premier épisode consacré à ce retour aux sources, nous allons nous pencher sur 2 références marines bien distinctes, le Diver Le Locle et la Marine 1846. Deux pièces signature qui traduisent bien les valeurs de la marque et que je porterais personnellement avec un plaisir non dissimulé…

Ulysse Nardin Marine 1846

L’héritage des chronomètres qu’Ulysse Nardin a pendant longtemps fournis aux marines du monde entier n’est pas à chercher très loin. Un cadran en émail grand-feu signature de la maison et les historiques aiguilles et index en chiffres romains des chronomètres de marine d’époque.

Ulysse Nardin - Marine 1846

Un modèle d’inspiration similaire était déjà sorti chez Ulysse Nardin en 1996 et on peut dire que cette nouvelle référence en est le digne héritier. Un boîtier à l’ouverture légèrement revue mais qui à 41mm reste contenue. La lunette cannelée lui va toujours aussi bien.

Côté mouvement, rien de vintage. Le Calibre UN-118 à remontage automatique est un mouvement de manufacture entièrement créé et produit en interne. Ce mouvement dispose d’une réserve de marche de 60 heures et d’un réglage rapide de la date dans les deux sens (bien plus technique et pratique que ce que sa dénomination ne peut laisser suggérer…). Bien évidemment chez Ulysse Nardin, l’omniprésence du silicium confère à la pièce une excellente résistance magnétique.

Ulysse Nardin - Marine 1846

Sur le fond de boîte sont gravés sobrement les 18 médailles d’or reçues par Ulysse Nardin pour ses chronomètres de marine, comme une piqure de rappel, que la précision chronométrique, pour eux, ne date pas d’hier…

Ulysse Nardin - Marine 1846

Ulysse Nardin Diver Le Locle

Si cette montre de plongée est inspirée d’un modèle de 1964, que nous avons eu la chance de découvrir lors de notre visite du musée de la maison, sa technologie est une pure création de 2017, tout comme la Marine 1846.

C’est également un mouvement de manufacture, le UN 320 qui anime ce diver aux caractéristiques revenues des grandes aventures sous-marines des sixties. Echappement et spiral en silicium pour une reserve de marche de 48h. Nous ne sommes plus dans le passé, c’est certain.

Bien évidemment équipée d’une lunette tournante unidirectionnelle crantée et d’index recouverts de super-luminova, la lisibilité est parfaite et sa relativement grande ouverture de boîte de 42,2mm ne se fait pas sentir. Tout d’abord parce que la boîte est fine, et ensuite parce que, comme avec la majorité des plongeuse, la présence de l’épaisse lunette réduit l’ouverture de cadran, et donc la présence de la montre au poignet. Photos à l’appui.

Notre avis

Un chronomètre de marine et une plongeuse ressurgissent du passé d’Ulysse Nardin pour notre plus grand plaisir ! Deux pièces aux esthétiques assumées et intemporelles et qui perpétuent un héritage marin des plus légitimes. Bingo. Associez à cela deux mouvements de manufacture satisfaisants aux contrôles de qualité les plus exigeants et vous aurez selon nous ce que nous appelons de “vraies belles montres.”

Ulysse Nardin - Diver Le Locle

Je peux déjà en entendre certains s’offusquer d’une étanchéité limitée à 100m. Il est vrai que pour des pièces marines, pousser le bouchon un peu plus loin ne nous aurait pas choqué non plus. D’un autre côté, lequel d’entre nous ira pousser les limites de ces pièces ? Pas moi. Les prises de position esthétiques et l’héritage glorieux laissés par ses aïeux ainsi que les calibres de manufacture sont bels et bien les attraits principaux de ces pièces. Nous sommes même très heureux que ces nouvelles créations ne se soient pas transformées en monstres d’épaisseur pour s’aligner sur les normes des divers professionnels en vigueur aujourd’hui.

Voici donc deux pièces qui représentent à mes yeux deux très beaux exemples de ce que l’horlogerie peut faire de plus beau en associant des designs et des influences historiques et intemporelles avec ce que la technologie moderne et les savoirs-faire contemporains ont de meilleur. Avec des prix de vente frôlants tous les deux avec la barre des 10.000€, ce n’est évidemment pas une pièce que vous verrez à tous les poignets. Tant mieux. C’est aussi le prix de l’exclusivité et du savoir-faire d’une grande Maison historique.

Je vous propose de nous retrouver dès la semaine prochaine pour la deuxième partie de ce coup de coeur qui n’est pas terminé et qui sera lui consacré à la Classico Paul-David Nardin et à la Classic Perpetual Ludwig. Stay tuned…


Ulysse Nardin - Diver Le Locle

Chemise Hast, Veste en Denim Edwin et Sacs Bleu de Chauffe