Home Actualité Horlogerie

Speedmaster (Hi)story Part 1 : Pre-Moon

Nicolas
Le 18 mars 2017
L

L’émotion est grande, dans nos coeurs comme dans celui des pionniers astronautes, et du petit caillou qui lévite à quelques 380.000km de notre terre. Il y a là la volonté de rendre hommage à une grande montre, en plusieurs volets, pour faire honneur à la légende et à ses évolution. Un monde à part. Un monde fait d’Histoire, d’aventures humaines et de références.

La Genèse : Au commencement étaient les chronographes Omega

Avant de parler du joyau d’Omega, quelques lignes me semblent bienvenues pour parler du chronographe Omega.

Le premier Calibre chronographe Omega (19 »’CHRO) voit le jour en 1898, dans une version poussoir sur la couronne (montre de poche), et un totalisateur des trente minutes à midi. Une magnifique pièce cadran émail, minuterie de chemin de fer au 5eme de seconde. De bon augure pour la suite…

Mais la première montre bracelet chronographe mono-poussoir, équipée d’un calibre 18 »’P CHRO, n’arrive qu’en 1913. Large cadran émaillé, totalisateur des quinze minutes du chronographe à trois heures. Caractéristique très vintage début du siècle, des anses-fils plus que fines !

La suite est longue, et pleine d’icônes des chronographes, comme le fameux calibre 33.3 pour ne citer que lui, qui n’est pas sans nous émouvoir, avec ses boutons poussoir « Olive » tout en rondeurs. Les chronographes « petit format » arrive à ce moment, en 1932, lorsque Omega rachète Lémania, et l’on voit apparaître des totalisateurs de trente minutes (le fameux Calibre 28.9 CHRO).

Chronographe Omega Calibre 33.3

À partir de 1942, et l’apparition de Calibres comme le 27 CHRO, un compteur des douze heures du chronographe fait son apparition et précède le fameux Calibre « 321 » en 1946, qui vient s’en faire l’évolution sur certaines pièces du mouvement.

Par la suite, autres chronographes DeVille et Seamaster feront la renommée d’Omega, mais qui mieux que la Speedmaster pour illustrer ces chronographes ? Personne.

La Genèse bis : la naissance de l’Omega Speedmaster

Omega Speedmaster Pre-Moon - 1957

La vocation du Speedmaster lors de sa sortie en 1957 n’est pas d’aller chercher des échantillons de roche lunaire. C’est un chronographe sportif, avec son échelle tachymétrique externe, qui doit résister à des conditions d’efforts importants.

Le premier chronographe Speedmaster est une pièce unique. Pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la lunette tachymétrique est en métal. Et cela va vite changer avec la deuxième vague de Speedmaster à partir de 1959. Mais, surtout, et je pèse mes mots, l’aiguille des heures « fléchée » est l’une des sept merveilles du monde. Elle fait l’âme de cette Speed, tout comme les aiguilles « Alpha » des sous compteurs.

Les premières Speed, c’est aussi un mouvement. Le Calibre 321. Un coup de foudre. Un mouvement de chronographe roue à colonnes fabriqué par Lémania, avec des procédés très stricts d’une haute précision, afin de changer les pièces rapidement, et sans embuches.

La boîte est alors produite par la maison Huguenin Frères, au Locle même. Les calibres 321 seront pour la grande majorité emboités par cette entreprise du Locle. Mais La Centrale Boîtes produira aussi des boitiers pour la Speedmaster à un moment d’approvisionnement difficile pour Omega chez Huguenin, à priori. Même si Huguenin sera racheté par La Centrale Boîtes à terme.

Le second modèle, dès 1959, présente donc quelques petits changements. Bye bye l’aiguille fléché, bonjour aiguilles Alpha. On ne peut nier que cette nouvelle aiguille a évidemment son charme. Adieu aussi la lunette tout acier, pour accueillir une bague tachymétrique en aluminium noir.

La relation personnelle avec l’espace commence à ce moment précis. « Wally » Schirra, qui s’est illustré pendant la guerre de Corée et  heureux élu faisant partie du premier groupe d’astronaute « Mercury Seven », porte une Speedmaster référence « CK2998 » de 1961. Sa montre personnelle, tout comme une certaine Rolex Submariner 5512 portée par Steve McQueen.

A cette époque, elle n’est pas encore homologuée Nasa mais Wally décide de l’emmener voir du paysage lors de la mission Sigma 7. Neuf heures de bon « air » spatial. First Omega in Space, it is.

Quid de l’Omega Speedmaster Pre-Moon

Pre-Moon par ci, Pre-Moon par là. Il faut préciser ce que nous entendons par Pre-Moon. Nous parlerons d’une Pre-Moon quand le numéro de série de la Speedmaster date d’avant 1969. Simple, clair, efficace. 

1963 marque un léger tournant chez la famille Speedmaster. Cette année marque la sortie de deux modèles qui feront partie des bancs d’essais sataniques de la Nasa. La « Moon-Watch 1 » de 1963 est identifiable en un clin d’oeil. Les aiguilles bâton blanches, ainsi que la trotteuse luminescente fléchée, ont pris la place de « l’Alpha ». La lunette tachymétrique est désormais graduée de 500 à 60km/h. Dieu est dans les détails.

Et là, vrai changement. Mais aucun drame. L’introduction d’un boitier asymétrique, plus large du côté de la couronne et du bouton poussoir, pour protéger ce petit monde qui vit du côté droit du boitier. Et petit supplément d’âme oblige, un facettage « lyre » de ses cornes. Nuance même, à partir de 1965, les Speedmaster portent une ligne supplémentaire « Professional » en dessous de leur nom.

Omega Speedmaster Pre-Moon - Calibre 861

Parlons peu, parlons mouvement. Calibre 861 pour être précis. Il vient remplacer le calibre 321 en 1968, en apportant quelques changements. Tout d’abord le chronographe n’est plus roue à colonnes, mais à came désormais, pour plus de facilitées industrielles notamment. Ce Calibre est donc plus robuste que son petit frère, et plus performant. Sans élever les coûts…

La Lune, c’est pour la prochaine fois. Mais avant le voyage lunaire et la sélection de la Nasa que j’aurai plaisir à vous conter très prochainement, la Speedmaster avait déjà marqué les esprits par son esthétique, et le fait qu’elle ait évidemment été portée dans les premiers « voyages » spatiaux. L’engouement du « grand public » de l’époque n’était certes pas le même qu’aujourd’hui. Un petit pas pour l’homme, déjà un grand pas pour Omega…

Omega Speedmaster Pre-Moon