Home Montres Vintage Focus

Omega Seamaster ‘Gold Cap’ : Elégantes, fiables & encore abordables

Nicolas
Le 7 juin 2018
C

Chers amis, quelques lignes aujourd’hui pour vous parler d’une montre que j’affectionne tout particulièrement et qui fait partie des pièces que nous défendons corps et âme pour leur grand niveau de fiabilité et d’esthétique, face à un prix qui ne vient pas apporter maux de tête et rupture de plan épargne logement. Il s’agit de deux Seamaster ‘Gold Cap’ des années 60 disponibles sur Joseph Bonnie.

Omega Seamaster : Un brin d’histoire

Quand l’on recherche une pièce en particulier, qu’il s’agisse d’en faire la 60ème montre de sa collection ou la première, il est toujours important d’avoir en tête un contexte, une époque, une histoire.

Il faut savoir que le passé de l’Omega Seamaster est intimement lié avec la Seconde Guerre mondiale. En effet, l’ambition d’Omega était d’étendre au public “civil” des montres qui avaient rigoureusement servi les forces militaires de la Royal Air Force pendant ces quelques terribles années.

Omega Seamaster Ad

Des montres qui ne souffraient de la moindre imperfection et qui partageait l’effort de guerre. Résistance à la poussière, aux variations de températures, à l’eau. Sans oublier une lisibilité irréprochable et une fiabilité dans leur utilisation. Idée louable et merveilleuse donc que de changer quelque peu les designs pour le grand public sans toucher à la fiabilité de ces pièces.

Omega commence donc la production de ces Seamaster en 1948. D’ailleurs, vous avez pu observer la réédition des deux modèles originaux lors du dernier salon Baselworld. Deux Seamaster automatiques, l’une côté de la caractéristique “Chronomètre”, l’autre pas. Une résistance démontrée, des joints “O” qui font leur preuve et une identité visuelle bien marquée. Le début d’une longue et belle histoire.

Omega Seamaster ‘Gold Cap’

Je veux vous présenter aujourd’hui deux Seamaster du milieu des années 1960. Pas juste pour vous dire qu’elles sont magnifiques, mais principalement pour vous montrer de quoi elles sont faites et leur évolution par rapport aux modèles originaux.

La première, ma petite favorite, est une Seamaster de 34mm datant du début des années 1960.

Omega Seamaster Circa 1965

 

J’ai eu un moment de surprise lorsque j’ai mesuré la montre, pensant sincèrement qu’elle avoisinait davantage un 36mm. La preuve qu’un cadran soleillé bien lumineux et une belle ouverture peuvent faire de grandes choses en terme de présence. Le boitier est plaqué or 40 microns sur la face ainsi que la carrure. Comparé aux boites des premières Seamaster, celle-ci est davantage arrondie, principalement au niveau des anses.

Ce cadran est d’une belle sobriété. Un logo Omega en applique, des index bâton facettés composés d’onyx au centre, ce qui leur donne une belle identité historique, survolés par des aiguilles dauphines elles aussi facettées. L’oeil avisé remarquera que la fenêtre de date est entouré d’un cadre doré lui-même facetté. Dieu, comme toujours, est dans les détails.

Pour faire battre le coeur de cette montre, un Calibre 565 appartenant à la famille ‘27.9’. Il s’agit d’un calibre automatique battant à 19.800 alternances créé par les équipes techniques d’Omega en 1965. Un mouvement appartenant à une famille qui a vu de nombreux mouvements produits, permettant ainsi au coeur et à l’âme d’être légers, car il y a beaucoup de pièces de remplacement.

L’autre Seamaster elle est similaire dans la plupart des points, mais est résolument plus moderne dans ses formes et son design. Pourtant, le mouvement qui l’équipe est le même, et elles ont été produites quasiment au même moment.

Omega Seamaster Circa 1965

Au premier coup d’oeil on remarque deux choses. Tout d’abord, le boitier est davantage arrondi et les anses paraissent plus courtes. Alors que le boitier a aussi pris un millimètre. Les aiguilles bâtons sont composées d’une partie noire (surement en onyx) ainsi que d’une partie luminescente. Allant de paire avec les petits points luminescents au niveau des index.

Deux pièces proposées au prix de 1290€ sur Joseph Bonnie. Un prix juste pour des montres historiques, fiables et robustes, dans un bel état de surcroît. De quoi commencer en horlogerie avec brio, ou continuer avec pertinence sur une déjà belle lancée…