Home Actualité Haute Horlogerie

De Bethune : des OVNIs qui plaisent

Nicolas
Le 23 mai 2017
N

Nous vous parlions il y a une semaine de la marque horlogère indépendante Speake-Marin. C’est une nouvelle prise d’oxygène pour nous, que de parler à nouveau d’horlogerie indépendante. Bouffée d’oxygène que nous souhaitons vous faire partager. Parce que les indépendants proposent une interprétation de l’horlogerie très particulière, en réalisant d’abord ce qui leur fait réellement plaisir. La vocation n’étant évidemment pas de plaire à tout le monde, mais que certains se sentent marcher sur la même corde que ces horlogers. Aujourd’hui, je souhaiterais vous parler plus en détail de De Bethune, et de son bleu étoilé si profond.

De Bethune : les origines

De Bethune, c’est d’abord la rencontre de deux hommes. D’un côté Denis Flageollet, de l’autre David Zanetta.

Denis Flageollet, comme Obelix et sa potion magique, est tombé dedans quand il était petit. Son terrain de jeu se résume vite autour de son père et de son grand père, concentrés sur leurs établis, et apprenant au jeune Denis les fondamentaux de l’horlogerie. C’est pourquoi il commence jeune à comprendre des mécaniques complexes et à toucher de près à quelques horloges et vieux réveils. Mais sans machines, avec des outils plus primaires comme des limes et des tours horlogers. Ce n’est qu’en formation qu’il approchera des machines plus techniques, ce qui suscitera son intérêt, sans toutefois lui faire oublier les “vrais” outils. Puis, plus tard, un déclic. La prise de conscience du travail des “pères fondateurs” de l’horlogerie dans certaines pièces de collection, et l’envie d’exploiter ce savoir-faire ancien avec les technologies les plus récentes.

De Bethune - DB25 Milky Way

David Zanetta complète de la meilleure des manières son ami et associé Denis. Avant de commencer cette aventure, il était vendeur et collectionneur de montres anciennes depuis les années 70, puis collaborateur avec une entreprise travaillant pour certaines grandes marques suisses.

C’est donc en 2002 que les deux hommes fondent De Bethune, avec une belle complémentarité entre d’un côté le maître horloger, et de l’autre le curateur, passionné et collectionneur.

L’âme De Bethune

La meilleure façon de résumer l’âme De Bethune est de partir de la racine de la marque : le nom. Pourquoi De Bethune ? Pour moi, ayant fait mes études dans le Nord de la France entre Douai et Lille, De Béthune est le nom d’une grande famille originaire de l’Artois (région de France sous l’Ancien Régime) et Béthune celui d’une ville. Je vous vends la mèche sans vous la vendre réellement : il y a un rapport. François-Annibal de Béthune. Né au milieu du XVIIe siècle, il est fervent représentant de cette grande famille ainsi que de son pays pendant la Guerre de Hollande où il est officier de la Marine Royale.

De Bethune - DB25 World Traveller

Au-delà, il était aussi sensible à la noblesse de l’horlogerie. Et a apporté quelques innovations majeures (sur les échappements entre autres) reprises largement par les horlogers de l’époque, tout en restant digne des traditions du passé. De Bethune se “résume” donc à de l’innovation très poussée, à la fois sur les organes principaux des mouvements, mais également sur les matières. Tout en n’oubliant jamais l’horlogerie des pères fondateurs.

En plus de quinze ans d’existence aujourd’hui, De Bethune peut être fière d’avoir déposé plus de 10 brevets, avoir façonné 13 calibres et présenté en premier plus de 15 innovations mondiales. Une réussite indéniable.

Les innovations sur les mouvements

De Bethune concentre une grande partie de ses forces au choix des matières et à leur traitement. Encore une fois, plus que n’importe où, Dieu est dans les détails. Pénétrer les ateliers De Bethune, c’est entrer dans le royaume du silicium, du titane, et de nombreuses autres matières. Le balancier (qu’ils produisent entièrement, comme l’échappement)) est travaillé en silicium, cela va de soi, et le spiral a été l’objet de la plus grande attention, et de quelques brevets. Mais les bonnes recettes savent rester secrètes…

La signature De Bethune est aussi visible quand on retourne la montre. On remarque la présence d’un double barillet intégré au mouvement. Ces deux barillets sont auto-régulés, afin de permettre la libération d’une énergie constante en permanence, et De Bethune a innové encore une fois en créant un procédé de réduction des frictions associées à cette libération d’énergie.

Mais, tels certaines pièces confidentielles jadis enfermées sur Fort Knox en plus de l’or, il faut protéger ce mouvement. ‘Triple Para-chute’, ça vous parle ? Oui, ils adoptent le vocabulaire Action-Man. Le mouvement est protégé par une structure composée de ponts protecteurs en titane, ainsi que d’un système d’absorption des chocs.

Si on parle de complications, De Bethune a également développé son propre Tourbillon, étant le plus léger du marché. Il pèse 0,18 gramme pour 64 composants. Je vous parle d’Ovnis pour une bonne raison.

Le travail des matières

David, Denis et toute l’équipe ne se concentrent pas uniquement sur l’innovation apportée au mouvement. Une des choses les plus importantes qui les anime est en rapport avec le travail de la matière. À la fois sur les matériaux eux-mêmes, mais également sur la façon de les construire et de les façonner.

De Bethune - DB25 Milky Way

Regardez attentivement cette DB25. Perdez-vous un instant dans cette ‘Spherical moon’ en relief sur le cadran, dans ce ciel d’un bleu glacial composé d’étoiles de la Voie lactée. Un vrai voyage, une véritable parenthèse poétique à chaque fois que l’on se penche sur son garde temps. Cette lune en relief, en deux hémisphères, est composée d’une partie en palladium et d’une autre en acier bleuie à la flamme. Cette lune, tout comme les aiguilles et la composition de ce cadran bleu, vient apporter un effet trois dimensions à la montre. Les aiguilles donnent l’impression de survoler le cadran, n’étant pas seulement qu’une impression car elles sont façonnées sans ce sens, et subissent une légère distorsion.

On ne peut aussi être qu’en admiration devant le travail du boitier, qu’il s’agisse de la DB28, la DB25 ou encore la carrure futuriste façon avion furtif de l’armée américaine de la DW5. Les cornes sont squelettées, et sur la DB28 notamment la boite est mouvante, posée sur un double axe.

De Bethune, marque horlogère indépendante, représente donc la quête constante de la perfection, qu’il s’agisse d’innovations horlogères sur les organes primordiaux de la montre que sur les matières utilisées à la confection du monde qu’abrite le boitier. Si l’on devait résumer De Bethune en une phrase, qu’ils utilisent d’ailleurs, ça serait sans hésiter : “Ne pas faire plus, mais faire mieux”. Une phrase qui, peut-être, pourrait servir dans le monde de l’horlogerie en général. 

 De Bethune - DB25 Milky Way


Merci à Ekso Watches Gallery pour ce beau moment en compagnie de pièces magnifiques