fbpx
LES MONTRES DE JAMES BOND

LES MONTRES DE JAMES BOND Quand Seiko séduisait l'agent secret

Cette année-là, il paraissait pour la première fois, le public ne le connaissait pas, oh cette année, cette année-là ! Vous allez me dire 1962 et vous avez raison, vous allez me dire Cloclo et vous avez encore raison, vous allez me dire Pourquoi ? 

En fait de première fois, nous allons plutôt évoquer un espion anglais qui va inaugurer sa carrière au cinéma il y a 60 ans, Bond, my name is Bond, James Bond.

En 1962, James Bond contre Docteur No sort sur les écrans et c’est le début d’une saga cinématographique ininterrompue depuis lors.

James Bond est l’agent secret le moins secret sur terre ! Il roule en Aston Martin, ne bois que du Champagne Bollinger millésimé, descend dans les meilleurs palaces et porte des montres de luxe Rolex ou Omega depuis le milieu des années 90.

En ce qui concerne les voitures, nous l’avons vu faire des infidélités à Aston Martin mais être toujours au volant de bolides anglais (Lotus) ou allemand (BMW), il n’a pas bougé pour ce qui est du champagne même s’il boit toujours des martinis et récemment des bières Heineken (il faut bien financer la production), il descend toujours dans des palaces où bien sur le directeur de l’hôtel ne connait que lui et lui réserve sa meilleure suite.

Les montres de James Bond - Pierce Brosnan

Là où nous avons identifié un problème, c’est sur le choix des montres qui a entrainé notre espion préféré vers des garde-temps moins prestigieux.

Revenons quelques temps en arrière. Au poignet de Sir Sean Connery, on peut voir alternativement lors des différents Bond qu’il interprète, des Rolex Submariner, une Breitling Top Time customisé par Q et une montre Gruen Precision, rérérence 510 (montre propriété de l’acteur).

 L’intermède George Lazenby pour un seul Bond en 1969, ne changera rien, hormis un Chronograph Rolex pré Daytona référence 6238 en plus de la traditionnelle Submariner, rérérence 5513 cette fois. 

Georges Lazenby James Bond

Sean Connery reviendra pour son dernier Bond, Les diamants sont éternels. Il portera une Gruen Precision, certainement la sienne, ainsi qu’une perruque pour cacher sa calvitie naissante. Ce film est mauvais et Connery ne revenait que pour l’argent et cela était perceptible.

L’arrivée de Roger Moore va très vite changer la donne. Moore est un dandy, il considère Bond d’une toute autre façon et les années 70 réclame plus d’humour et de distance face à ce personnage un peu daté.

Dès son premier film, en 1973, Moore arbore à son poignet une montre Pulsar LED Astronaut P22900. Cette montre à Quartz à affichage LED (Light Emitting Diode) est un succès en ce début des années 70 et son prix est équivalent à une Rolex Submariner soit environ 390 dollars, une vraie somme, surtout pour une montre de ce type à cette époque. 

La montre est très visible au début du film, lors de la scène d’introduction du nouveau Bond et l’affichage de l’heure en chiffres rouges luminescents plutôt que via des aiguilles propulse 007 dans la modernité.

Cependant, James Moore Bond revient vite à ses premiers amours utilisant une Rolex gadget dotée d’un champ magnétique qui lui sauvera la mise au cours de ses aventures. Cette Rolex va aussi permettre à Bond de se libérer de ses liens lors de la scène finale grâce à la lunette de sa montre qui se révèle être un scie circulaire !

1974, Le Bond Moore suivant ne franchit pas le pas de la modernité et reste fidèle à sa Rolex Submariner pour affronter Scaramanga, l’homme au pistolet d’or qui porte une montre en or dont on ne sait toujours pas si c’était une Piaget ou une Rolex Cellini.

Les Rolex addicts auront remarqué que Roger Moore porte parfois sa Rolex 1680 date personnelle en lieu et place de la 5513 fourni par la production.

1977 marques un tournant dans la carrière de Moore en qualité de 007. « L’Espion qui m’aimait » est un film à très gros budget, qui sort trois ans après l’échec relatif de l’homme au pistolet d’or. 

Ce nouvel opus offre à Bond une partenaire magnifique en la personne de Barbara Bach (future épouse de Ringo Star) qui incarne une espionne Russe dont le petit ami a été tué par Bond au cours du pré-générique. 

Fini l’Aston Martin, Bond roule en Lotus Esprit dotée de gadgets époustouflant. Le point d’orgue est certainement la plongée dans la mer de la voiture qui se transforme en véhicule sous-marin, doté de missiles et autres torpilles.

Bond doit aussi se frotter à un des plus mémorables méchants porte flingue de la saga en la personne de requin. L’acteur américain Richard Kiel prête ses 2.18m et sa carrure imposante à ce tueur sans pitié.

Ce Bond est une réussite et un immense carton au box-office, il confirme Moore comme digne successeur de Sean Connery.

Mais que porte notre espion préféré à son poignet ? 

Une Rolex, une Omega, non une Seiko LCD Quartz, référence 0674 5009, acier, bracelet acier, fonction télex ! Oui fonction télex, vous avez bien lu.

Les montres de James Bond - Seiko Quartz ref. 0674.5000

Lors de la scène d’ouverture, Bond est en charmante compagnie et reçoit de sa hiérarchie un message imprimé qui sort de sa montre lui ordonnant de rentrer au plus vite en Angleterre.

Le ton est donné, ce Bond est bien dans son époque et cette Seiko bien que non étanche restera au poignet de 007 pendant toutes les scènes y compris lors du naufrage de la base du méchant du film,  Stromberg !

Cette montre est désormais collector et reste difficile à trouver en bon état.

1979, Star Wars vient de faire un carton planétaire et la production Bond modifie quelque peu ses plans. Il faut faire un Bond futuriste et surfer sur la vague du succès des films de science-fiction.

Moonraker va être ce film, un film truffé de gadgets et dont l’action se passe aussi bien sur Terre que dans l’Espace. Bataille de navettes spatiales, pistolets lasers, tenues de cosmonaute, l’espace est très tendance fin 70 et marque le début de l’aventure des Navettes spatiales Américaines.

Bond se voit doté d’une montre qui va encore lui permettre de se sortir d’une situation délicate car elle est dotée d’une charge explosive qui va permettre à 007 de faire sauter la porte d’une salle de réunion ultra moderne du vilain principal de ce Bond,  Hugo Drax (fantastique Michael Lonsdale).

La Seiko CLD Quartz M354 référence M354 5019 est visible tout au long du film lors de plans ou Bond enlève ou remet sa montre, ou bien consulte l’heure. Ces séquences sont souvent liées à des situations où Bond rentre ou sort d’un lit ou d’une chambre d’une des nombreuses Bond girls, et la montre se trouve très souvent en gros plan.

Les montres de James Bond - Seiko Quartz ref. M354.5019

Moonraker est un film à grand spectacle dont l’action sur terre se passe en grande partie en France. De nombreux acteurs et actrices françaises apparaissent d’ailleurs au générique dans des rôles plus ou moins importants.

1981, Nous changeons de décennies et tout doucement s’amorce une transition du tout digital vers un retour des montres à aiguilles. Bond porte ainsi deux montres lors de sa nouvelle aventure, « Rien que pour vos yeux » avec notre Carole Bouquet nationale qui joue une jeune femme Grecque dont les parents ont été abattus et qui cherchent à se venger tout au long du film.

La première montre est une montre de plongée à aiguilles, la Seiko Quartz Diver’s, référence 7549 7009 S60583, acier et or, bracelet caoutchouc, étanche à 600M. Cette montre est beaucoup moins visible à l’écran que la Seiko Duo-Display Quartz, référence H357 5040, acier, bracelet acier qui bénéficie grâce au département Q de la radio transmission.

Cette montre bénéficie du double affichage aiguilles et écran en haut du cadran. La section Q l’a bien sur équipé d’un écran LED et l’a transformé en montre connectée capable de transmettre des messages à 007. Cette fonction sera d’ailleurs utilisée par le MI6 afin de mettre en relation Bond et Margaret Thatcher alors 1er ministre du Royaume Uni.

Hormis la fin qui tourne un peu à la farce, Rien que pour vos yeux est un Bond beaucoup plus sombre où 007 tue de sang-froid, ce qui n’était jamais arrivé sous l’ère Roger Moore.

Jusqu’à présent les montres Seiko portée par Bond n’étaient étanche que par la magie du département Q (hormis la Diver 7549 7009), l’année 1983 apporte à 007 l’étanchéité nécessaire à cet homme qui passe une partie de sa vie dans l’eau lors de ses missions.

Le département Q va fournir deux montres à Bond pour ce nouvel épisode qui se passe en grande partie en Inde, voici « Octopussy « 

007 porte une Seiko Quartz LCD Sports 100, Référence G757 5020 acier, sur bracelet acier, étanche à 100M. Q a doté cette magnifique montre d’un détecteur capable de repérer un émetteur placé dans un objet. Ce dispositif va permettre à Bond de suivre l’œuf de Fabergé acquis aux enchères par le vilain de cet épisode, le Prince Kamal Khan. Un bip, un signal rouge qui clignote, c’est le signe que l’œuf de Fabergé est proche et 007 peut ainsi le localiser, ainsi que son démoniaque propriétaire.

Bond aura aussi l’occasion lors de cette aventure d’utiliser une montre dotée par Q de la vidéotransmission. Cette montre Seiko TV Watch LCD référence T001 5019 & 5000 (prototype) est dotée d’un boitier et d’un bracelet acier. Cette Seiko dont l’écran est relié à des caméras vidéo émettrices d’images, joue un rôle important dans deux scènes du film. Dans un premier temps c’est le 007 voyeur qui utilise le dispositif vidéo de cette montre dans un scène humoristique ou Bond zoom sur la poitrine de l’assistante de Q pour la faire apparaitre sur l’écran de la Seiko et dans un deuxième temps c’est lors d’une scène d’action où 007 survole la résidence de Khan à la recherche d’Octopussy. 

La Seiko en question restera dans sa version finale plus à l’état de prototype qu’à une montre TV telle que l’on peut l’imaginer aujourd’hui. Malgré son design séduisant qui peut faire penser à une Apple Watch, cette Seiko TV issue de la filiale Suwa Seikosha, une sous-marque Seiko-Epson, est très difficile à utiliser. La réception de la télévision nécessite l’utilisation d’un tuner récepteur extérieur pas vraiment miniaturisé et le système NTSC japonais n’était pas compatible avec notre PAL-SECAM Européen. 

Avec ce Bond, la production est allée très loin dans la montre gadget et un nouveau virage semble s’amorcer.

1985, c’est désormais un Roger Moore aux portes de ses 60 ans qui va endosser le costume de 007 pour la dernière fois. « Dangereusement Vôtre » est le dernier Bond de Moore et sonne la fin de collaboration entre Seiko et la franchise 007.

Depuis 1977 Bond ne porte pratiquement que des montres LCD au poignet, 1985, c’est le retour en force des montres à aiguilles avec deux modèles. 

Pour débuter le film, 007 porte le premier chronographe quartz à aiguilles, la Seiko 7A28 7020 doté d’un boitier et bracelet acier. Pas vraiment remarquée ni remarquable, elle restera une montre oubliée.

La suite du film donnera à Bond l’occasion de porter une Seiko H558, référence SPW001, boitier et bracelet caoutchouc. La montre est ultra sportive et ne convient pas vraiment à une utilisation hors scènes d’actions. Elle restera d’ailleurs difficile à remarquer avant l’arrivée des magnétoscopes et leur possible arrêt sur image. Cette montre qui a raté son entrée avec Bond se fera un nom grâce à Arnold Schwarzeneger qui la popularisera dans ses films Commando (1985) et Prédator (1987). Ce modèle plus connu aujourd’hui sous le nom d’Arni est très recherché et bénéficie d’une côte élevée.

La troisième montre portée par Bond dans le film devait être une Seiko mais Roger Moore gardera sa Rolex Datejust personnel or et acier, bracelet Jubilé. Cette montre est visible dans plusieurs scènes et aisément reconnaissable.

C’est aussi cette montre que portera Moore pendant toute la période de promotion du film.

Ce dernier Bond-Moore est surtout resté dans les mémoires pour sa chanson de générique par le groupe Duran Duran qui truste les charts de l’époque et un vilain extraordinaire interprété par un Christopher Walken en pleine forme. La prestation de Grace Jones en porte flingue du bad guy du film sera aussi très remarquée.

Bond reviendra en 1987 sous les traits d’un acteur plus jeune et plus viril, Timothy Dalton.

Celui-ci ne fera malheureusement que deux 007 et portera des Tag Heuer pour le premier avant un retour à la mythique Rolex  Submariner pour sa dernière apparition en qualité de Bond.

Depuis 1995 et l’arrivée de Pierce Brosnan, la franchise Bond est mariée pour le meilleur et pour le pire avec Omega mais c’est une autre histoire que nous vous raconterons une autre fois.

Une réponse à “LES MONTRES DE JAMES BOND”

  1. Alain dit :

    Bonjour,
    petit détail concernant le dernier Bond officiel avec Sean Connery : pour “Les diamants sont éternels”, il semble que les Broccoli (producteurs) aient franchement harcelés Sean Connery qui ne voulait plus du tout jouer ce personnage. Il a donc exigé un cachet énorme pour les dissuader, ce qui n’a pas marché. Il semble donc qu’il en ait reversé l’intégralité pour une association caritative anglaise.
    Possible qu’il ait fait la même chose pour “Jamais plus jamais”, son Bond non officiel…..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

Pochette d'ordinateur CHARLIE en nylon noir - JOSEPH BONNIE

Et si nous tissions un lien plus personnel ?

Rejoignez une communauté d'amoureux d'horlogerie : nouveautés, rendez-vous, évènements particuliers et de nombreuses surprises.

expand_less