fbpx
VIDÉO : A. LANGE & SÖHNE ZEITWERK LUMEN HONEYGOLD

VIDÉO : A. LANGE & SÖHNE ZEITWERK LUMEN HONEYGOLD Un saut de géant !

Zeitwerk, chez la marque de montres que nous chérissons A. Lange & Söhne, est une pièce d’art et de savoir-faire. D’art, puisque de loin, comme de près, avec ou sans loupe, les symétries, volumes, animations, nous régalent. Savoir-faire, puisque en creusant un peu plus derrière des sauts de disques, on comprend que c’est un pan entier de l’horlogerie qui s’ouvre à nous, avec ses défis, ses contraintes, et ses solutions. À la fin 2021, A. Lange & Söhne nous présentait la nouvelle Zeitwerk Lumen Honeygold, qui sera disponible en 2022. Aujourd’hui, à nous de vous la présenter plus en détails.

A. Lange & Söhne Zeitwerk Lumen Honeygold

A. Lange & Söhne Zeitwerk : 2009

La Zeitwerk apparait en 2009 chez A. Lange & Söhne. Une pièce à heures et minutes sautantes et affichage de la réserve de marche, dont le visage n’a pas changé en plus de 10 ans. Les seuls changements se rapportent à quelques ajouts, dans les différentes déclinaisons et complications qui sont venues habiter le visage de cette Zeitwerk. Je pense par exemple à la Zeitwerk Striking Time, que nous avions mis en avant par un parallèle avec le luthier Alexis Péan.

Mais on retrouve toujours notre petit masque central qui contient la lecture des heures minutes et de la “grosse” petite seconde à six heures, sans oublier la réserve de marche à midi.

A. Lange & Söhne Zeitwerk : la force constante

A. Lange & Söhne Zeitwerk Lumen Honeygold

Force constante. Voilà ce qu’il faut retenir quand on parle de la Zeitwerk chez A. Lange & Söhne. Il faut savoir que, contrairement à un mécanisme “classique”, celui de la Zeitwerk qui consiste à faire sauter des disques est beaucoup plus gourmand en énergie. On le savait rien qu’en regardant la réserve de marche de la Zeitwerk à l’origine et ses 36 heures. Une réserve de marche pas si faible quand on songe à ces disques qui sont en mouvement toutes les minutes et les heures. L’autre “complication” qui fait fonctionner ce beau petit monde avec une marche uniforme et permet une économie d’énergie, c’est la présence d’un échappement à force constante, ici permis par un système de remontoir intermédiaire.

Comment vous raconter ça simplement.

Avant toute chose, vous devez savoir que le nouveau calibre L043.9 qui équipe cette merveille présente désormais deux barillets et délivre la réserve de marche de 72 heures.

A. Lange & Söhne Zeitwerk Lumen Honeygold

D’un côté, l’énergie qui se trouve dans les barillets. De l’autre, l’échappement. Entre les deux, un remontoir intermédiaire, qui reçoit de l’énergie de la part du barillet toutes les minutes. Pour “stocker” cette énergie, le remontoir intermédiaire, et vous pouvez le voir sur les photos, est composé entre autres d’un ressort qui ressemble au spiral. En subdivisant ainsi la réserve de marche par cycles, le mouvement s’assure de délivrer en moyenne une énergie uniforme et donc d’assurer via l’échappement une précision accrue. Et quand l’énergie des deux barillets n’est plus assez suffisante pour tendre complètement le ressort individuel, la montre rend les armes.

Voilà toute la beauté et la simplicité d’un échappement à force constante.

A. Lange & Söhne Zeitwerk Lumen Honeygold

En 2021, la A. Lange & Söhne Zeitwerk n’est pas arrivée seule. Avec elle, une nouvelle finition Lumen, et une robe Honeygold. La finition “Lumen” n’est pas récente chez A. Lange & Söhne.

A. Lange & Söhne Zeitwerk Lumen Honeygold

La première montre du genre présentée en 2010 s’appliquait justement à la Zeitwerk “Luminous”. Cette pièce présentait, à la place du cadran semi-teinté noir que nous voyons, un cadran semi-teinté gris et surtout un boitier réalisé en platine. Désormais, ce spectacle d’obscurité et de luminescence des chiffres des trois différents disques a pris place dans un habit d’or Honeygold, toujours avec le même diamètre de 41,9 mm. Honeygold appartient exclusivement à A. Lange & Söhne et il s’agit d’un alliage secret de la marque, qui mélange à l’or classique de bons petits ingrédients qui rendent l’alliage notamment plus solide qu’un or lambda, mais lui offre également cette teinte douce et pas clinquante.

La messe est dite. 200 pièces de cette petite merveille proposées à 114.900€ exclusivement dans les boutiques de la marque. En ce moment en France, pas de boutique, mais il se pourrait que d’ici à sa disponibilité dans quelques mois, nous ayons une bonne surprise, croisons les doigts !

Pour davantage de contenus sur la Zeitwerk Lumen Honeygold, dont les mots justes d’Anthony de Haas, à la tête du développement produit chez la marque, il ne vous reste plus qu’à visiter le site de A. Lange & Söhne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

Chopard L.U.C Perpetual Twin

Abonnez-vous à la news des Rhabilleurs

Ne ratez rien de nos publications, soyez les premiers informés de nos événements

expand_less