fbpx
ALLEMANO TIME A 1919 SP GMT

ALLEMANO TIME A 1919 SP GMT Revoir la jauge

Interprétant à sa manière le thème des régulateurs et des compteurs anciens convertis en instruments horlogers, la marque turinoise Allemano y apporte un certain charme italien. Original et de qualité, le modèle A 1919 SP GMT retient l’attention.

La GMT d’Allemano est destinée au voyage. Mais pour quel voyage dans le temps est-elle vouée ? Bien sûr, le généreux diamètre de 44 mm de son boîtier rond en acier inoxydable 316L est au goût du jour. Mais, dès la prise en main, et encore plus en l’ajustant au poignet grâce au solide (un peu trop épais et droit à notre goût) bracelet de cuir pleine fleur piqué sellier aux coupes bords francs, cette montre donne une impression troublante. L’absence totale de cornes donne le ressenti de proportions peu communes et instille une hésitation. Est-ce bien une montre ? Ou alors un instrument de précision, peut-être un compteur ancien, dont on s’équipe tel un scaphandrier d’autre fois ? La réponse est à la croisée des chemins. Le cadran apporte ses premières réponses, tout en rebattant les cartes.

Allemano Time A 1919 SP GMT

Certes, le fond du cadran assume une teinte coquille d’œuf très évocatrice des jauges de pression des machines à vapeur. Impression renforcée par le chemin de fer de minuterie et par le marquage dans la partie basse du logo de la maison, aux codes graphiques très « début de siècle ». Le XXème bien sûr. Mais l’apposition, dans une typographie moderne et rouge, de l’indication GMT vient corriger la donne et souligne la fonctionnalité des quatre aiguilles. Si trois sont noires, une est rouge. Elles méritent d’être distinguées par typologies. Celles dévolues à l’indication des heures et des minutes conservent un dessin très proche des indicateurs d’antan, tandis que les flèches très nettes et rectilignes de celle des secondes et de celle donnant l’indication du second fuseau horaire (la rouge, bien entendu) choisissent un traitement volontairement plus moderne. La date, indiquée dans un guichet à trois heures, n’a rien de mièvre non plus. Dans la partie haute du cadran, un marquage « Fabbrica Italiana » revendique pleinement les origines de la pièce, au point de ne pas trahir la présence d’une robuste et efficace motorisation suisse, avec le calibre Sellita SW 330-1 à remontage automatique, doté de 42 heures de réserve de marche.

Si les montres, ou plus exactement les « Misuratore del Tempo » (« compteurs de temps », en italien) selon le vocable de la maison, n’apparaissent officiellement qu’en 2019, Allemano peut aisément faire remonter son histoire familiale à 1856. Concepteurs de charpentes métalliques lourdes – un matériau de construction alors en plein essor – Giuseppe Allemano se diversifie rapidement en concevant des machines à vapeur pour la construction des routes. Le contrôle de la pression de la vapeur étant l’élément technique essentiel pour le bon fonctionnement de ce type de véhicules, le jeune ingénieur développe ses propres jauges, manomètres et instruments de mesure. Une activité annexe qui va devenir l’un des fers de lance de la jeune maison lorsqu’éclate le premier conflit mondial. En fournissant ses compteurs et manomètres pour équiper divers matériels militaires, notamment les premiers sous-marins et des avions, la famille Allemano se taille une certaine réputation en la matière. Mais le contrat de fourniture qui fera date est celui conclu avec Fiat, juste après la guerre.

Dès 1919, le Torpédo Fiat 501, la première voiture de grande série en Italie, est équipée de compteurs Allemano. C’est précisément cet instrument de tableau de bord qui est aujourd’hui la source principale d’inspiration des trois collections de montres, avec notamment le détail significatif de la forme des aiguilles. Dix ans plus tard, en 1929, lorsque l’entreprise, rebaptisée Allemano F. & Figli par Felice Allemano, passe aux mains d’une nouvelle génération, tout est en place pour lui offrir un large développement dans le secteur des instruments de mesure très demandés par les industries mécaniques en plein développement, que ce soit dans les airs, sur terre ou sous les mers. Des développements florissants qui se poursuivent jusqu’à la fin des années 60, avec des partenariats étroits noués avec l’industrie lourde, le secteur de l’énergie, l’automobile ou l’exploration sous-marine, l’une des spécialités d’excellence de l’entreprise dans les années 80.

Allemano Time A 1919 SP GMT

Bien sûr, tout comme le quartz japonais devait changer la donne de l’horlogerie classique, la micro-électronique asiatique et les calculateurs viendront perturber le marché des compteurs et autres instruments de mesure, jusqu’à leur retour en grâce au milieu des années 90. Revendiquant ses savoir-faire, l’entreprise Allemano, bien décidée à renaître de ses cendres, a fait le choix de faire de son héritage une force d’avenir et de s’appuyer sur l’identité visuelle très forte de ses manomètres anciens pour prendre le virage de l’horlogerie en 1999.

Trois collections principales (Man, Day et GMT) structurent l’offre de cette jeune marque turinoise qui a même développé son propre laboratoire de certification pour éprouver ses produits et les doter de ses propres standards de garantie. Pleine d’ambition, la griffe s’est déjà offert le luxe de parrainer divers événements, notamment la Coupe des Dolomites, un rallye de voitures historiques en vue, mais aussi de proposer deux séries limitées : l’une en collaboration avec le football FC Turin, baptisée Il Grande Torino, l’autre en partenariat avec la marque italienne de motos MV Agusta. De quoi mettre la pression.

Allemano Time A 1919 SP GMT

ALLEMANO TIME GMT

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Diamètre : 44 mm

Boitier : Acier 316L

Calibre : Sellita SW 330-1

Réserve de marche : 42 heures

Glace : Saphir

Étanchéité : 5 Bar (un peu dommage de ne pas pousser un peu plus loin pour une montre sport)

Bracelet : Cuir pleine fleur italien marron ou noir piqûres Sellier coupé bords francs 

Prix : 2.690€

Une réponse à “ALLEMANO TIME A 1919 SP GMT”

  1. Benoît dit :

    J’aime bien cette approche. Elle n’est pas sans rappeler une autre création italienne, le Manometro de Mazzuoli, qui avait eu un grand succès en Italie il y a une dizaine d’années, avant de disparaitre des radars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less