fbpx
MArque française vs montre française

MArque française vs montre française Une différence majeure

Dans l’univers en soi que représente déjà le paysage horloger en France, il faut savoir distinguer d’un côté ce que représente une marque française et de l’autre une montre Française. Si l’envie m’est venue de vous parler de cette réflexion que nous sommes plusieurs à avoir en tête au bureau, la raison est simple : la confusion entre montre française, marque française et Made in France est trop souvent de mise.

Qu’est-ce qu’une marque Française ? Cette première définition ne devrait effrayer personne. Une marque française est une marque imaginée en France, dont le siège social est implanté en France, et qui paie ses charges et ses impôts en France. Jusque là, des formalités légales simples. On connaît ainsi de nombreuses marques françaises que nous apprécions et dont nous sommes fiers, et toutes ne sont pas dans la conception et fabrication de produits finis.

Baltic Aquascaphe Dual Crown
Illustration avec la Baltic Aquascaphe

Pour une montre française, en revanche, la tache se corse un peu. On pourrait tout d’abord penser, et à juste titre, qu’une montre française n’est autre qu’une montre produite par une marque française. Cela représente, par une transitivité d’idée, une pensée admise. Oui mais, et là se trouve toute la subtilité, cela ne signifie en aucun cas un label “Made in France” et encore moins que la montre ait été produite en France.

En France, les règles ne sont pas les mêmes pour une paire de chaussure, un T-shirt, ou une montre. Pour ces dernières, 45% de la valeur doit être produite en France pour recevoir le précieux sésame. De plus, le prix de revient unitaire, s’il n’intègre pas les frais de transport, prend en compte les frais généraux ou de recherche et développement. Quand on connais les écarts de salaire entre un ouvrier chinois et un styliste parisien, on comprend que faire du Made in France fabriqué à l’étranger n’est pas si compliqué. Et qu’il s’agit même d’une chose commune.

Yema Superman Heritage 1963
Illustration avec la Yema Superman Heritage 63

Pour avoir un point de comparaison, prenons le Swiss Made. Pour recevoir le précieux label, il faut que 60% de la valeur du produit soit générée en Suisse, que le développement technique soit fait en suisse tout comme le prototype de la montre en question, et enfin le mouvement doit être suisse ainsi que l’emboitage final. Cela permet en général d’assurer une bonne partie de la valeur en Suisse. Cela veut aussi dire qu’une partie de la production peut être réalisée ailleurs et que certains composants comme le boitier et le cadran peuvent avoir vus d’autre pays avant d’atterrir en Suisse pour un assemblage final.

Ce que je veux dire en vous expliquant tout cela, c’est dans un premier temps qu’une marque française n’implique pas forcément une montre française. Et dans un deuxième temps qu’une montre française n’implique pas une production française… loin de là. Alors que certaine marques françaises s’emploient à ne rien produire en France, tout en recevant le label Made in France, il faut distinguer d’autres marques qui elles effectuent certaines étapes dans l’hexagone et un assemblage final qui rassure en terme de fiabilité et de contrôle.

Et puis il y a des entreprises qui poussent le “Made in France” un peu plus loin, comme la marque de montre Pequignet, qui agit à Morteau depuis 1973 et qui malgré quelques tumultes tente de se tailler une place qu’elle mérite. Même s’il reste du chemin, notamment dans sa notoriété et son facteur “cool”, la marque est une des très rare, si ce n’est la seule aujourd’hui à pouvoir se targuer de représenter une véritable marque d’horlogerie qui fabrique la majorité de ses composants en France.

L’idée n’est absolument pas de jeter la pierre à ces marques françaises qui ne font pas produire, ou très partiellement, leurs montres en France. Parce qu’on sait qu’aujourd’hui, pour une marque qui se lance dans ce secteur et souhaite produire en France, les coûts engendrés seraient colossaux et ne favoriseraient aucunement l’envie de se diriger vers cette solution. Heureusement, certaines d’entre elles assemblent leurs pièces en France, étape importante qui demande du soin et permet aussi un contrôle qualité souvent plus poussé grâce à une proximité. Certaines autres encore font réaliser des finitions sur des cadrans, des mouvements, des boitiers et/ou des bracelets en France. D’autres encore font du Swiss Made. Bref tout est possible.

Serica 5303 - La nouvelle montre de plongée Serica
Illustration avec la nouvelle Serica 5303

Il s’agit surtout dans cet article d’éduquer celles et ceux qui sont d’éventuels clients à ne pas penser à tort qu’un label “Made in France” veut dire que le produit, ici une montre, a été fabriqué en France. Si le label Swiss Made est quelque peu plus noble car il incorpore plus de valeur et d’étapes importantes à l’intérieur du pays pour avoir une véritable légitimité, tout n’est pas forcément Suisse non plus. Quand on achète, donc, il faut savoir ce que l’on veut, et pouvoir se renseigner sur une marque en particulier sans se laisser guider par un marketing parfois douteux. Également de pas se voiler la face en pensant que l’on peut acheter une véritable fabrication française horlogère à moins de plusieurs milliers d’euros…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less