fbpx

Dornblüth & Sohn Une initiation à la marque

Dornblüth. Une marque confidentielle et pourtant pleine de beauté. Aujourd’hui dans le magazine, Dan prend la parole pour présenter une marque qu’il connaît sur le bout des doigts.

Dornblüth Quintus Auf & Ab

Tout commença en 1959, quand l’horloger Dieter Dornblüth, après avoir passé trois ans à l’école d’Erzgebirge pour approfondir sa maîtrise du domaine, reçut en réparation une montre de poche de la marine allemande, un Beobachtungshurh, dont la qualité de fabrication le rendit songeur.

Montre de poche de la marine allemande "Beobachtungshurh"

Durant tout le processus de restauration de cette pièce, au cadran argent sterling, à la grande petite seconde à 3 heures et à la réserve de marche à 9 heures, Dieter en tomba amoureux et redoutait le moment où son propriétaire viendrait la récupérer, ce qui arriva.

Dieter s’assit alors à son établi et commença à dessiner des plans, qu’il eut juste le temps de terminer quand le devoir l’appela à Kalbe, en Saxe Anhalt. En effet, tout juste diplômé maître-horloger, il eut l’opportunité de reprendre l’atelier de Paul et Elsa Beckmann.

Trop occupé pour donner une suite à son vieux rêve, les plans du projet furent laissés dans l’un des tiroirs de l’atelier. Le succès était tel qu’il fût rapidement impossible pour Dieter de créer son propre calibre et sa propre vision du Beobachtungsuhr.

Cependant, en octobre 1999, au 60ème anniversaire de Dieter, son fils Dirk, lui-même devenu horloger, présenta à son père une montre en acier de sa création basée sur le calibre GUB 60.3.

Dieter évoqua alors avec Dirk son vieux projet qu’il avait gardé secret pendant 40 ans. Père et fils se mirent alors à discuter d’un projet de calibre et de montre, remettant au goût du jour son désir.

Leur cahier des charges était assez précis. Ils choisirent dans un premier temps d’utiliser une base Unitas pour sa basse fréquence à 18’000 alternances par heure, mais tellement retravaillée qu’on en eût crû un mouvement de manufacture. Ce calibre était également un choix évident pour sa capacité à incorporer la petite seconde à 9h et la réserve de marche à 3h si chère aux fameux Beobachtungsuhr des origines.

Le calibre devait être décoré selon les standards de qualité allemands : chatons en or, aiguilles bleuies à la flamme, visserie bleuie, coq de balancier gravé, platine ¾ , réglage fin par col de cygne, double soleillage sur les roues de couronne, gravures manuelles à l’or jaune du nom de la manufacture et des numéros de série. Les deux hommes se mirent en outre d’accord pour prouver que l’art horloger ne nécessitait pas forcément de machines à commandes numériques dernier cri mais que l’on pouvait toujours travailler à l’ancienne avec un haut niveau de finition manuelle et l’utilisation de machines du siècle dernier.

Cependant, maintenir cette qualité artisanale impliquait de réduire les volumes de production, limités à quelques dizaines de pièces par mois, pour une production totale de 120 à 180 montres par an.

La 99.2, premier modèle de la marque et réinterprétation fidèle et complètement artisanale du Beobachtungsurh, était née.

La gamme s’étoffa ensuite de diverses variantes, toujours sur le thème du chronomètre de marine.

La 99.0 avec petite petite seconde vit le jour peu après, suivie plus tard par sa petite sœur la 99.1, avec grande petite seconde obtenue par un savant jeu sur les trains de rouages.

La base Unitas était tellement souple d’utilisation que les deux hommes s’aperçurent qu’il était facile d’incorporer des modules de complication. C’est ainsi que la 99.3 vit le jour avec réserve de marche à 12h, quantième par aiguille à 3h et grande petite seconde à 3h.

La gamme s’élargit également pour incorporer des montres à seconde centrale, comme la Zentrumsekunde ici illustrée :

Ou le fameux Régulateur à seconde centrale, l’une des pièces maîtresses de la collection courante.

Cependant, fascinés par l’utilisation de la Croix de Malte dans les montres de poche de précision telle qu’évoquée par l’horloger Hermann Sievert, les deux hommes et leur équipe commencèrent à ébaucher un mouvement conçu à 90% en interne, le Q-2010, qui fut présenté en grande pompe pour les 50 ans du vieux rêve de Dieter en 2009. Le principe de la Croix de Malte reste assez simple : il s’agit de maintenir une tension régulière dans les ressorts et rouages du mouvement pour garantir une précision constante, que la montre soit pleinement ou peu remontée.

Le Q-2010 fut présenté en trois aiguilles, mais également dans une variante avec une réserve de marche à 12h dans un boîtier aux dimensions modestes et habillées de 38.5mm.

Aujourd’hui, la marque se concentre sur la réduction des diamètres, convertissant ses modèles à base Unitas aux dimensions généreuses de 41.8mm à des diamètres plus raisonnables : ainsi, un boîtier inédit de 40 mm aux nouvelles cotes a été présenté en 2019 pour les 20 ans de la marque, qui se consacre également au développement de sa gamme manufacture, de même que la Kraftzwolf à grande date et cachant une ingénieuse réserve de marche dans le chiffre 12.

Une gamme de montres de voyage, la Weltzeit a complété les nouveautés :

On ne pourrait évoquer Dornblüth sans parler des merveilleuses personnalisations offertes par la marque. Le principe reste simple : bien des options sont disponibles à condition de respecter l’identité de la marque. L’atelier a ainsi recruté un cadranier offrant une gamme inédite de cadrans en céramique où toute couleur est disponible sur simple demande. Ainsi, la marque a récemment sorti un cadran en céramique vert semi-translucide, ou encore saumon.

Il est possible de rehausser son cadran avec des appliqués de différentes couleurs jouant avec la lumière, de choisir la couleur du rhodiage de sa platine et de sa visserie, comme ici avec une visserie brune et un dorage à l’or jaune rappelant les mouvements patinés des anciens goussets, ou des gravures additionnelles de votre choix. Ou encore de choisir un cadran gravé où les chiffres arabes sont comme creusés, s’inspirant des plus anciens chronomètres de marine :

 En fonction du montant du chèque, des boîtiers en métaux précieux (or rose ou platine) ou en bronze sont adaptables.

Il est même possible de suggérer à Dirk et son équipe ses propres idées de complications pouvant être ajoutées plus tard au catalogue. Des collectionneurs dont votre serviteur réclament un chronographe dont il se murmure qu’il serait en préparation, Dirk ayant trouvé des ébauches anciennes sur lesquelles il envisagerait de travailler…

Certains forums comme Cronotempvs ont soumis à Dirk un projet de montre à multicomplications finalement produite en petites quantités.

Pour conclure, une dernière bonne surprise est le prix pour des montres aussi artisanales et exclusives : à peine le prix catalogue d’une Rolex pour une 99.0, une offre de rêve, même si les tarifs peuvent vite monter pour des cadrans en céramique spécifiques…

Dornblüth Quintus Auf & Ab

Vous aurez ainsi une montre qui, même si elle est un peu moins parfaite qu’une montre plus industrielle dont le processus de fabrication ne ressemble guère plus à l’image que l’on se fait de l’horlogerie traditionnelle, déborde d’âme, finition manuelle oblige. Cette montre sera faite pour vous, selon les techniques les plus anciennes, selon votre cahier des charges. Et cela, même les plus grandes marques, les plus grands noms, Patek, Audemars, Vacheron, ne l’offrent plus, ou à des tarifs stratosphériques !

Pour l’instant, pas de listes d’attentes, même si les récentes vidéos de certains blogueurs tels que @watchfinder ont considérablement fait augmenter la visibilité de la marque. Profitez-en !  Ainsi, en acquérant une Dornblüth, vous rejoindrez une communauté d’amateurs amoureux d’horlogerie indépendante de qualité, très abordable et n’hésitant pas à échanger sur sa passion. N’hésitez donc pas à contacter sur Instagram @tobewatched, @aguytowatch, @rubenarutyunov ou votre serviteur @ds_watch pour la France, ils se feront une joie de partager !

Donc, qu’attendez-vous ?

Pour retrouver toutes les informations sur l’histoire, les actualités et les modèles de la marque (en allemand bien sûr), n’hésitez pas à parcourir le site de la marque.

Une réponse à “Dornblüth & Sohn”

  1. Avatar Zimmermann dit :

    Vos approches et commentaires sont pertinents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less