fbpx
Seiko Presage

TUDOR BLACK BAY GMT Le choix de Tone

Tone, c’est l’homme à la voix tranquille que l’on avait le plaisir de recevoir dans le premier épisode de la saison 2 du podcast FIGURES. C’est aussi l’animateur de l’émission télévisée TOP GEAR France, amoureux de musique, d’illustration et, d’autres beaux sujets. Il est passionnant, émouvant, étonnant. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de passer un bon moment avec lui, tout se passe ici, et là :

Ce podcast n’est autre que la conclusion logique d’une relation initiée il y a plusieurs années. Depuis une première rencontre il y a plus de 10 ans, nos chemins s’étaient à nouveau croisés grâce à des évènements organisés par Tudor.

Tone n’est pas “geek” horloger, vous l’aurez compris. Mais il ne sort que très rarement sans une montre et il aime l’objet montre pour son design, l’imaginaire qu’il déclenche dans son esprit ainsi que son côté amulette. Pour le comprendre plus en détails, je vous laisse écouter le podcast.

La dernière fois que nous croisions son chemin, il y a quelques jours, avant qu’il ne prenne le large le temps d’un weekend à bord d’une somptueuse McLaren GT, il arborait au poignet sa Tudor Black Bay GMT.

Une très jolie montre que nous avions le plaisir de découvrir lors du salon Baselworld de 2018. On se souvient à l’époque de l’engouement pour cette pièce, un bon mouvement pour Tudor qui donnait un coup de fraicheur au design “pepsi” en l’appliquant à un design propre à l’identité Tudor. Quand on songe à la raison d’exister de Tudor à la création de la marque, celle de produire des montres similaires à Rolex mais motorisées différemment et donc moins chères, on se rend compte que la marque à la rose a connu sa Submariner, Oyster Prince et autres Day-Date, mais jamais de version de la célèbre GMT-Master Rolex.

Le Tone & sa Tudor Black Bay GMT

Finalement, des années après l’envol de Tudor dans sa propre identité, l’idée de proposer son GMT fait sens et est un clin d’oeil historique que nous apprécions.

Cette Tudor Black Bay GMT reprend le boitier de la Black Bay 41 que l’on connaît : 41mm d’ouverture d’une boîte aux finitions polies et satinées et aux chanfreins bien présents. L’aiguille des heures reste “snowflake”, les secondes aussi et même l’aiguille rouge indiquant le second fuseau horaire a le droit à son flocon. C’est très propre.

L’absence d’épaulements nous fait évidemment penser avec délectation à une bien connue référence GMT-Master 6542 et les couleurs de cet insert de lunette “Pepsi” fonctionnent extrêmement bien sans prendre à aucun moment des airs de faux-vintage. L’insert est mat, c’est la première chose à noter et c’est une très bonne nouvelle pour une tool watch qui n’a pas pour vocation première de briller en soirée. Et pourtant, ces deux teintes qui se partagent la lunette sont respectivement celles de la Black Bay Blue et de la Black Bay Burgundy. On reste donc très Black Bay, aucun doute.

Là où Tudor fait fort, c’est qu’il embarque dans cette nouvelle boîte non pas un calibre “générique”, mais bel et bien un mouvement de manufacture certifié chronomètre par le COSC, j’ai nommé le calibre MT5652 avec fonction GMT et 70h de réserve de marche. On ajoute à cela que cette Black Bay GMT est étanche à 200m comme une véritable montre de plongée et nous avons entre les mains une pièce qui va partout avec grâce. Même, et surtout, à bord de la nouvelle McLaren GT qui file avec à son bord, un Tone émerveillé j’en suis certain.

Le Tone & sa Tudor Black Bay GMT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less