fbpx
menu search

Pasha de Cartier Le grand retour de la collection

La Pasha de Cartier fait partie des montres dont je rêvais étant plus jeune, la voyant aux poignet de femmes renforçant un charme déjà présent, et au poignet d’hommes donnant quelques clés pour comprendre leur personnalité. La Pasha n’est en effet pas une montre, dans mon esprit, qui convient à n’importe qui. Elle demande le style de vie qui va avec, que je relie avec des vacances sur la riviera aussi bien qu’une vie active dans une grosse ville, le bronzage en plus. Surtout, on la trouvera aussi pertinente sur le poignet d’une jeune femme que sur celui d’un homme dans la sagesse de l’âge feuilletant les pages du Var matin sur la terrasse du Chantilly à Toulon.

Cette année, la collection Pasha fait son grand retour chez Cartier, dans plusieurs tailles et finitions. Présentations.

Pasha de Cartier 2020

pasha de cartier : entre légende urbaine et réalité

Ceux qui se sont penchés sur la question auront forcément entendu parler de la légende urbaine qui circule quant aux débuts de la Pasha de Cartier. Elle aurait été initialement créée spécialement pour le Pacha de Marrakech au début des années 1930. Thami El Glaoui de son nom, nommée Pacha de Marrakech en 1912, ayant survécu à deux Sultans et chargé de toutes les affaires avec la France. On le surnommait la Panthère noire : les liens avec Cartier sont trouvés.

Mais jamais personne ne trouva substance a faire de cette légende une réalité.

Pasha de Cartier 1985

La réalité, c’est une création en 1985 par Cartier, qui voulait investir le segment des montres de sport. On connaît l’histoire, depuis la création de la Royal Oak d’Audemars Piguet en 1972 et d’une Nautilus chez Patek Philippe en 1976. Son identité, on la perçoit en un clin d’oeil, se rapporte à la géométrie et le carré dans le cercle et ce protège couronne à chainette caractéristique.

35 ans après, la Pasha de Cartier fait son grand retour en conservant son identité et en se présentant à l’image de Cartier aujourd’hui.

pasha de cartier : le come back

La Pasha revient aujourd’hui avec deux tailles : 35 et 41 mm. N’allons pas d’office chercher quelle montre est pour femme ou pour homme, la collection s’est toujours revendiquée unisexe. Pour le reste, c’est une histoire de gout, et de savoir si vous préférez l’acier à l’or jaune, les diamants à une lunette polie simple ou un squelette face au cadran classique.

Pasha de Cartier 2020

Nous avons eu l’occasion d’avoir la version acier 41 mm au poignet. Pour être franc avec vous, mon premier contact avec la montre a été celui de la surprise. La surprise d’un ressenti global un peu décevant probablement dû à un cadran aux proportions trop importantes, à un fermoir très basique et une préhension de la couronne pas si facile. Pourtant, on retrouve tout ce qui a fait la renommée de cette légende chez Cartier, et même un rapprochement au design original. On à plaisir à observer le carré dans le cercle, la typographie des index, la date à quatre heures (seulement sur le modèle avec 41 mm de diamètre), le protège couronne et sa petite chaîne.

Alors, qu’est-ce qui pèche ?

Comme d’habitude, une question de proportions. Jetez un coup d’oeil à la Pasha originale de 1985, et maintenant à cette nouveauté 2020. Il manque à mon avis un ingrédient principal : l’espace. Originellement le carré et sa minuterie chemin de fer étaient plus petits, ce qui permettait de laisser respirer le cadran et d’insuffler de l’espace entre les index cardinaux, les chiffres et le même carré central. Dans la version 2020, le carré est plus imposant, collant les index avec les chiffres, ce qui perturbe mon oeil.

L’autre détail qui me chagrine se rapporte à la couronne. À mon gout pas assez préhensible, et on ne peut pas dire que mes doigts soient spécialement de gros calibre. Je déplore aussi qu’une version avec lunette tournante n’ait pas vu le jour, même si la lunette et son poli miroir font toujours leur effet sur ce modèle des collections Cartier.

Pasha de Cartier 2020

On retrouve tout ce qui peut nous plaire sur une Cartier moderne. Les finitions sont au rendez-vous, du protège couronne décoré d’une pierre et sa chaîne qui peuvent subtilement dissimuler des initiales, en passant par la praticité d’un bracelet facilement mis à taille qui se retire pour laisser au choix du cuir, ma préférence personnelle, ou le bracelet dans le métal de votre choix, acier, or jaune ou or rose. Par un regard au dos de la montre, on peut observer à travers une glace saphir le joli mouvement maison à remontage automatique calibre 1847 MC. Délivrant 40 heures de réserve de marche. Sans oublier l’étanchéité conservée à 100 mètres, ce qui permet le bain sur la plage privée du Majestic à Cannes.

Un avis mitigé, donc, pour une pièce que j’ai toujours apprécié pour l’avoir vue plus jeune ça et là sur les poignets de personnes que j’apprécie. À mon sens, il y a des points qui auraient dû être plus largement pris en compte pour arriver à un bon résultat. L’esprit n’en est pas moins là pour ceux qui aiment la Pasha. Une pièce disponible à partir de 6.250€ pour le modèle en 35 mm et 6.800€ en 41 mm.

PASHA DE CARTIER : caractéristiques techniques

Diamètre : 35 & 41 mm

Calibre : Mouvement de manufacture 1847 MC

Boitier : Acier, or rose ou or jaune

Réserve de marche : 40 heures

Glace : Saphir

Étanchéité : 100 mètres

Bracelet : Acier, or ou cuir

Prix : A partir de 6.250€ pour le modèle 35 mm et 6.800€ pour 41 mm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less