fbpx
menu search

Benchmade 535 Bugout Dans la poche de... Jérôme

Présenter en cette période de confinement l’histoire de ces objets qui partagent notre vie et que nous sommes heureux d’avoir auprès de nous. Que ce soit à cause d’une valeur sentimentale ou d’une utilisation quotidienne purement fonctionnelle, ou mieux encore, en alliant les deux.

Coucher de Soleil

Un exercice d’autant plus intéressant qu’en écrivant ces lignes, je ne me trouve ni chez chez moi à Paris, ni auprès de ma famille en Alsace. C’est dans la campagne limousine que nous nous sommes confinés, invités par un ami proche. Excellent choix en effet que de s’enfermer au bord d’un étang, entouré par la nature. Tout cela pour dire qu’en ce lundi 16 mars, sentant la décision tomber, je préparais un sac en 20 minutes et me dirigeais vers la Gare d’Austerlitz pour monter dans un train bondé sans même pouvoir acheter un billet, sans savoir quand je rentrerai. Nous ne le savons toujours pas.

Il est alors d’autant plus intéressant de voir ce que l’on considère comme “essentiel”, ce qu’on emmène avec soi en priorité.

Mon “Bugout Bag” s’est donc composé de 3 pantalons, 3 t-shirts, une vieille chemise en denim, 2 pull en cachemire et 3 sur-chemises. Des sous-vêtements évidemment et la paire de chaussures que je portais en quittant mon domicile. Ajoutez à cela une bonne bouteille de Sake, un appareil photo, quelques photos de famille, quatre montres réunies dans une marmotte et deux couteaux de poche. Le tour était joué. Dans ma poche, justement, le Benchmade 535 Bugout.

Benchmade 535 Bugout

Profitons-en d’abord, pour un instant rendre hommage à Les de Asis, charismatique fondateur de la coutellerie Benchmade qui nous quittait il y a à peine plus d’un mois.

Les couteaux Benchmade, toutes lames confondues, du célèbre Balisong aux lames fixes, comptent aujourd’hui parmi ce qui se fait de mieux en la matière. Mais ces créations, dans leur beauté fonctionnelle et design classique créent une forme d’émotion qui les mettent d’emblée, pour moi tout du moins, au-dessus de beaucoup d’autres.

Un couteau, une lame. Un outil que l’on n’a plus forcément pour coutume de porter sur soi, pourtant une habitude que je conserve depuis mes jeunes années. Pour son aspect pratique, bien sûr, mais aussi beaucoup, avouons le tout de suite, par plaisir et par amour de l’objet.

Alors bien sûr, depuis le couteau suisse au nom gravé offert par mon père pour mes 7 ans, il y a eu certaines évolutions et de nombreuses lames. Ce Benchmade 535 m’a en l’occurrence été offert par mon frère jumeau, en décembre dernier, lors d’une visite en Colombie.

Benchamde Bugout 535BK

Si l’on dit que le meilleur des couteaux est celui qui se trouve dans sa poche lorsqu’on en a besoin, alors ce petit Benchmade est un concurrent sérieux. Très sérieux même. Laissez-moi vous expliquer pourquoi…

“Bugout” est une expression anglo-saxonne qui signifie “partir précipitemment, sans attendre”. A postériori, c’est exactement ce que j’ai été amené à faire ce fameux lundi. Une tactique bien connue des soldats qui consiste à partir sans se retourner en quelques minutes en emportant de quoi survivre plusieurs jours en complète autonomie. Le Benchmade 535 Bugout répond donc à ce cahier des charges.

Benchamde Bugout 535BK

Un des pliants les plus légers du marché… et pourtant

Avec ces 52,45g tout mouillé, le manche en Grivory de 10,72cm abrite une lame en acier S30V de 8,23cm. Belle surprise ! Pour les amateurs, le CPMS30V est un acier aux nombreuses qualité. Sa dureté de 58-60 HRC lui permet de conserver longtemps son tranchant et possède également une excellente résistance à la corrosion et aux impacts.

Benchamde Bugout 535BK

Une fois ouvert, même s’il lui manque à mon avis un petit centimètre pour être vraiment parfait, la prise en main est très agréable. Ce n’est pas un “petit couteau”. Il n’y a surtout aucun jeu, ni latéral, ni dans l’axe et le centrage de la lame est absolument parfait. La qualité de fabrication qui fait la réputation de Benchmade saute aux yeux.

L’épaisseur de cette lame n’est quant à elle que de 2,29mm au talon, ce qui lui confère d’excellentes qualités de coupe et en fait simultanément le meilleur ami de la découpe de fruits, comme celui de l’attaque létale en pleine nuit. Une polyvalence qui ne peut laisser indifférent…

Une lame qui peut être au choix, lisse ou crantée, en finition satiné, micro-billée. Le couteau en question est une édition limitée réalisée en collaboration avec le site américain BladeHQ. La lame lisse en S30V est donc ici recouverte d’un revêtement DLC noir, comme les plaquettes. Un look “tactique” qui dissimule encore davantage la présence de cette lame.

Benchamde Bugout 535BK

Le système de blocage breveté Benchmade, l’Axis Lock, est quant à lui un plaisir parfaitement ambidextre. Il est même complètement addictif et l’on se retrouve rapidement, après une rapide prise en main, à jouer d’une main, faisant ainsi sauter la lame, ouverte puis fermée, avec la délectation d’un garçon de 10 ans.

Mes amis et collègues ne pourront d’ailleurs qu’attester de ce bruit caractéristique qui résonnait sûrement un peu trop souvent au bureau…

Pour conclure…

Ce Benchmade Bugout est donc un couteau très performant dans une enveloppe extrêmement légère et ergonomique. Si ce n’est un matériau un peu plus dense pour les plaquettes et ce centimètre supplémentaire permettant au pommeau de s’asseoir sans effort au creux de ma main, c’était un sans faute que la vie à la campagne me permet a nouveau d’apprécier quotidiennement.

Benchamde 535BK

Egalement lien permanent avec ce frère éloigné et plaisir d’enfant toujours renouvelé. Décidément, je ne suis pas près de m’en séparer…

5 réponses à “Benchmade 535 Bugout”

  1. Avatar LEROY Cyril dit :

    Quitte à parler couteau, c’eut été intéressant de le faire à Coutellia (Festival international du couteau d’art et de tradition)…
    L’année prochaine ?!

  2. Avatar Dominique dit :

    Bonjour, merci pour l’article. En sus du joli couteau, il y a un tres joli stylo sur vos photos . Vous pouvez nous en dire plus svp ?

    Merci

  3. Avatar Theophyle dit :

    Très beau hommage au bugout. Le tien est magnifique, deplus le nouveau matériau des plaquettes est plus résistant que le grivory des anciens. Pour ma part mon bugout bleu avec lame satin ne me quitte jamais. En attendant le 940 Osborne avec des plaquettes flytanium en laiton

  4. Avatar Robin dit :

    Bonjour, je vous découvre aujourd’hui à la lecture de cet article. Le bugout est effectivement un excellent couteau qui s’oublie complètement dans la poche, mais redoutablement efficace (surtout quand vos témoins débarquent dans la soirée et vous disent de prendre quelques affaires pour partir en EVG… ;-).

    Quant au plaisir de porter et d’utiliser un couteau de poche… je le partage moi aussi depuis mes plus jeunes années. Je l’accompagne toujours d’un Victorinox, pour les petits outils pratiques au quotidien.

    Merci pour ce bel article. Je reviendrai vous lire sur d’autres thèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less