fbpx
menu
search
Porsche 993 Turbo :

Porsche 993 Turbo : La 911 plus que parfaite ?

Sur le papier, l’équation semblait parfaite : 2 turbos, 4 roues motrices, 408 chevaux et le 0 à 100 Km/h en 4,5 secondes. La 911 type 993 turbo avait tout pour faire carrière. mais cela ne suffit pas pour entrer dans la légende. Ce qui n’était pas programmé d’avance par les ingénieurs de Stuttgart-Zuffenhausen, c’est le coefficient affectif de cette voiture refroidie par air. Elle est considérée aujourd’hui par bien des puristes comme l’une des Porsche les plus désirables entre toutes. Ont-ils raison ?

La rationalité n’explique pas tout. Surtout en matière automobile. Prendre du recul n’est pas la solution. Avant de cogiter sur les chiffres, d’examiner les dimensions, de disséquer la mécanique, il faut parfois passer à l’action.

Porsche 911 Type 993 Turbo - Roue

Porsche 911 Type 993 Turbo : La conduire pour la comprendre

La Porsche 911 type 993 Turbo fait partie de ces autos qu’il faut conduire pour comprendre. Passer derrière le volant permet de réaliser ce qui en fait la singularité. Efficace en toutes situations, elle se montre plaisante en toutes circonstances. A bien des égards, cette voiture cultive les paradoxes. Démonstrative, avec son gros aileron “turbo look”, elle se fait pourtant discrète dans le trafic, et seul un oeil expérimenté la remarque parmi la nuée des 911 en circulation.

Vive et musclée dans ses accélérations lorsque les deux turbos s’enclenchent, entravée si besoin par un freinage des plus mordants, elle se fait douce et docile en usage citadin. Taillée pour la piste, elle se fait confortable en ville.

Tous les ingrédients d’un collector

Introduite au salon de Genève en 1995, la 993 Turbo peut se vanter d’avoir marqué un tournant non seulement dans l’évolution des 911, depuis le lancement de cette gamme en 1963. Non seulement elle sera la dernière refroidie par air, mais elle est aussi la première Porsche de série équipée d’un moteur à double turbo, la 911 de série la plus rapide avec une vitesse maximale de 290 km/h, et la première 911 Turbo à transmission intégrale permanente.

Une transmission intégrale héritée des victoires du Paris-Dakar

Sur ce point, pour s’y retrouver et pour remettre l’histoire dans le bon ordre, il convient de rappeler ici que la première 911 à transmission intégrale fut présentée sous la forme du prototype 911 SC cabriolet en 1981, au salon automobile de Francfort. Si l’idée des 4 roues motrices ne passe pas au stade de production commerciale, les ingénieurs de Stuttgart n’abandonnent pas l’idée et développent une voiture de rallye : la 911 Safari, prémisses de la 959, sa supercar en version tout-terrains triplement victorieuse au Paris-Dakar 1986, notamment aux mains du pilote Jacky Ickx et de l’acteur Claude Brasseur.

Porsche 959

Sans oublier, ensuite, les dérivés Rallye Raid et Endurance (961). Il faut attendre 1988, et la 964 Carrera 4, pour voir au catalogue courant une voiture intégrale. Avec la 993, le dispositif connaît encore une évolution majeure. Le système se trouve allégé par rapport à la 964, avec un viscocoupleur placé en sortie de boîte de vitesses, un arbre de transmission creux logé dans un tube-carter central transaxle, un différentiel avant très compact et un différentiel autobloquant mécanique arrière.

Un antipatinage ABD complète le tout. L’intérêt majeur, c’est que ce système, conjugué à l’introduction de la caisse profilée et à l’adoption d’une suspension arrière multibras, améliore le confort et le comportement dynamique en réduisant la tendance au survirage. C’est la fin du fameux “effet sac-à-dos” typique des 911.

De quoi avoir envie d’exploiter la puissance disponible. Avec 408 ch, la 993 Turbo offre un niveau de performance très proche de celui de la Porsche 959, la supercar de la marque atteignant les 100 km/h en environ 4 secondes et, elle aussi, les 290 km/h. Pour y parvenir, la 993 met en œuvre deux turbocompresseurs, un par banc de cylindres. Effet d’aspiration garanti. Le moteur bi-turbo 3,6 litres délivre de série 408 ch.

À partir de 1996, une augmentation de puissance pouvant atteindre 430 ch était proposée, puis ce seront 450 ch à partir de 1998. Pas assez pour détrôner l’Aston Martin Vantage V550 contemporaine, mais suffisamment pour tenir la dragée haute à la Ferrari 456. Pour les amoureux du plein air, une petite série de cabriolets fut produite en 1995 par Exclusive, avec la désignation 911 Cabriolet turbo, affublés d’un aileron arrière énorme. Seuls 14 exemplaires trouvèrent d’ailleurs grâce aux yeux des clients de la marque.

Une voiture de course très BCBG

Pour les amateurs de versions plus radicales, l’usine Porsche proposa une série limitée musclée de 450 ch. Produite uniquement en 1998, à 345 exemplaires, la 993 Turbo S fait figure de grenouille dopée au sang de boeuf, parée de l’Aerokit II, avec des boucliers spécifiques à l’avant et à l’arrière, des écopes supplémentaires de refroidissement de freins et des aérations dans les ailes arrière, et d’énormes étriers de freins jaunes sous des jantes spéciales.

Autres signes de reconnaissance : un logo Turbo S sur le capot arrière, sur les caches centraux de roues, les seuils de portes et le volant. Tout dans la discrétion… L’habitacle n’était pas épargné, avec des inserts de fibre de carbone sur l’instrumentation et les poignées de portes. En comparaison, avec ses bas de caisse latéraux parfaitement intégrés, la 993 Turbo semble bien BCBG.

911 “Turbo look” : comment les reconnaître ?

Le gros aileron arrière est évidemment un faux ami puisque ce type d’appendice a pu équiper, de manière plus ou moins officielle et parfois de façon apocryphe, un certain nombre de 911, souvent avec un goût contestable. Dans le cas de la 993 Turbo, l’aileron devra être intégralement peint dans la teinte de la carrosserie, le rendant le plus discret (ou le moins voyant) possible.

L’amateur portera en outre son oeil sur le bouclier avant des 993. Trois prises d’air séparées et en supplément, dans la partie latérale inférieure, des ouïes pour le refroidissement des freins. Le doute n’est alors plus permis. ultime détail esthétique les clignotants sont blancs à l’avant et rouges à l’arrière.

Facturée à partir de 800 000 francs (80 briques, tout de même !), sans options, en 1995 – contre 1,3 millions pour la Ferrari 456 – la 993 Turbo offrait naturellement un niveau d’équipement digne de son standing et de sa réputation germanique avec une multitude d’attentions, allant des baquets en cuir à réglages électriques et mémoire, à la climatisation automatique, en passant par les airbags conducteur et passager de série ( le luxe, en 1995) ou les phares litronic et les nouveaux essuie-glace en position centrale.

Le prix de la qualité

Autant de qualités qui ont aujourd’hui encore un prix, puisque la fourchette moyenne pour une belle 993 Turbo, peu kilométrée, est entre 130 et 170 000 euros. La demande est de plus en plus forte et la cote augmente de 15 à 20% par an depuis trois ans. Un ticket d’entrée auquel s’ajoute un entretien régulier qui pourra se montrer un peu onéreux.

Porsche 911 Type 993 Turbo - Chopard Mille Miglia Cadran Argent

En effet, si, globalement la consommation est assez raisonnable, la crémaillère de direction, la transmission et l’embrayage doivent être révisés régulièrement car ils sont les premiers à accuser le coup de la puissance du véhicule. Les turbos sont fiables, à condition de bien respecter leurs phases de chauffe et de refroidissement. Leur étanchéité et celle de leurs durites doit aussi être surveillée, tout comme les guides de soupapes, au risque de s’exposer à des frais élevés de restauration pour les exemplaires dépassant les 100 000 km.

La dernière “vraiE” Porsche?

Produite jusqu’en 1998 à 5978 exemplaires, la Porsche 911 type 993 Turbo semble bien cocher toutes les cases. Heureusement, ses quelques aspérités viennent un peu ébouriffer son agaçant petit coté “première de la classe”. En contrepoint, cette jolie dame des beaux quartiers sait conserver son petit chic, après 20 ans passés, et ne verse pas dans les maquillages outranciers de certaines de ses soeurs. Bien que privée de l’aura sportive de certaines de ces glorieuses ancêtres, comme la 911 Carrera RS 2,7l, elle n’en est pas moins la Porsche 911 de série la plus aboutie et la plus équilibrée. Un surmoi heureusement maîtrisé.

Porsche 911 Type 993 Turbo - Avant

2 réponses à “Porsche 993 Turbo :”

  1. Avatar Guillaume L. dit :

    Superbe article de F. Brun, hyper complet ! j’espère qu’il y en aura d’autres 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less