menu
search

Constance Tournier : les montres, dans toute leur splendeur.

Nous aimons les montres pour bien des raisons. Des raisons qui se mêlent pour chacun de nous dans des proportions différentes. Certains seront davantage sensibles à l’histoire de ceux qui les ont portées et d’autres à l’extrême raffinement d’une micro-mécanique bien huilée. D’autres encore s’éblouiront devant une esthétique et des proportions d’un équilibre à la fois complexe et d’une apparente simplicité, en bien souvent moins de 40mm de diamètre. Les coeurs sensibles et les regards affutés vont beaucoup aimer ce qui suit.

Tous ces grands designs horlogers aujourd’hui historiques ont un point commun. Ils sont nés, comme leur nom l’indique, d’un dessin. D’un coup de crayon à main levée, imparfait. D’une succession de courbes et de lignes droites posées sur papier et d’une idée dont l’exécution fit naître une certaine magie.

En observant ces dessins, je me dis que c’est à cette magie que rend hommage Constance Tournier, jeune illustratrice et étudiante de l’Ecole Boulle. Laissez-moi vous présenter…

Constance Tournier Drawings - Patek Philippe Nautilus 5712

Aux origines du trait : un talent, une formation & un ami

Derrière chaque projet, il y a une histoire. Evidemment. Le trait est précis, la technique est maîtrisée. L’émotion passe et l’illusion bien réelle lorsqu’on s’éloigne de quelques pas. Des textures, des ombres et de la profondeur. L’hyper-réalisme des dessins au crayon graphite créés à coup de 150 heures chacun est saisissant. A tel point qu’on se demande parfois comment il a pu naître de la main d’une artiste si jeune. Constance à en effet tout juste 20 ans. Ca n’a pas grande importance, mais ça nous rappelle tout d’un coup qu’à son âge, et encore aujourd’hui, nous ne brillons pas particulièrement au Pictionary. C’est comme ça.

Publicité

20 ans, mais déjà 5 ans d’Ecole Boulle derrière elle. Attirée par le design, l’architecture et l’art en général, passionnée de dessin, c’est naturellement qu’elle s’oriente très jeune dans cette direction. On dit souvent que les femmes sont plus mûres et savent ce qu’elles veulent, je vais sérieusement commencer à le croire… 

Les cours et le dessin ont toujours été pour Constance une passion, un hobby qui occupe une grande partie de son temps libre, une base solide de travail. Sa formation commence par l’apprentissage de la menuiserie en siège et se poursuit aujourd’hui en Etudes et Réalisations d’Agencements. Vous cherchez le lien avec le dessin de montres ? Si je vous dis tracé de courbes à main levée, dessins de plans techniques et compétences artistiques, vous voyez où je veux en venir ? Exact, les ingrédients du succès sont ici tous réunis…

Constance Tournier Drawings - Rolex Submariner 5513 Meters First

« Mais attendez. Elle est blonde, jeune et jolie et dessine des montres, elle est vraiment parfaite !« . Tout doux les garçons, ne vous emballez pas.

Au risque de décevoir les femmes qui nous lisent, qui aiment la mécanique et les belles montres (ainsi certainement que quelques jeunes hommes) l’idée de dessiner la première Speed grand format est venue d’un homme. Désolé. C’est bien son ami, Augustin, qui lui en fit la demande, sans d’ailleurs forcément savoir que l’exercice allait autant lui plaire…

Constance Tournier - Augustin Reyé

Quelques photos partagées plus tard et les internets commençaient déjà à faire leur travail. Il n’en fallait pas davantage pour qu’ils comprennent que le format et le travail de Constance avaient vraiment quelque chose…

Une approche « simple » et diablement efficace

Pas de multi-technique ici, pas de couleurs vives ni d’interprétation street art ou rétro. Ni Steve McQueen ni James Bond ne pointent le bout de leur nez en toile de fond. Et c’est bien ce qu’on aime. Il n’y a ici qu’une seule star : la montre. Son design, les courbes de ses polices et ses proportions, qu’on observe ici reproduits dans les moindres détails dans un format original de 50 x70cm. De quoi poser son regard pendant un long moment et mieux comprendre le génie de ceux qui sont derrière les dessins qui font toujours autant rêver.

Lorsqu’on s’intéresse un peu trop aux montres et à leur design, lorsqu’on souhaite comprendre le pourquoi d’un équilibre qui fait mouche, on développe certainement une forme de pathologie, j’en suis conscient. Une attention furieuse aux moindres détails, essentielle, tant la plus petite fraction de millimètre change absolument tout. Le respect des cotes originales était primordial. Il apparaît ici avec la plus grande rigueur.

Constance Tournier Drawings - Rolex Submariner 5513 Meters First

C’est donc bien l’alliance de ces grands formats à la précision d’un dessin technique qui permet d’en prendre plein la vue et de redécouvrir ces modèles mythiques dans les moindres détails. Le travail à main levée, les reflets et les lueurs des mines grasses sur un papier beaux-arts de 240g confèrent quant à eux ces imperfections et cette vie que l’on peut donc avec grand plaisir accrocher chez soi.

En résumé

Du très beau travail qui change de ce que l’on voit d’habitude. Pas d’approximation, mais aucune froideur non plus. De nombreux détails mais une âme. Les reproductions sont également de grande qualité, ainsi que le papier.

Alors pour tous ceux qui souhaitent étudier de près les courbes du « S » de Speedmaster, comprendre la taille des index sur un cadran de 5513 et se souvenir de l’époque à laquelle ces montres sont nées, nées des coups de crayons d’artistes qui dessinaient sans ordinateurs et tâtonnaient jusqu’à trouver leur équilibre : soyez les bienvenus dans le monde de Constance et Augustin.

Il y a même une excellente nouvelle pour les aficionados de la Rolex Daytona. Si les associations de la référence 6263 et du surnom « Big Red » sonnent à vos oreilles comme une douce musique, un nouveau dessin est disponible dès aujourd’hui en pré-commande. La dernière touche de rouge fut appliquée hier, il ne manque plus que les phases de numérisation à plat et d’impression de 63 tirages signés et numérotés et vous pourrez l’observer dans les moindres détails depuis votre canapé.

Constance Tournier Drawings - Rolex Submariner 5513 Meters First

Je ne sais pas pour vous, mais en voyant Constance dessiner et reproduire fidèlement ces classiques, je crois que j’aimerais terriblement la voir un jour nous livrer son propre dessin. Pas forcément tout de suite, bien sûr, mais je pense sincèrement qu’un tel coup de crayon et la fraicheur d’un regard qui n’est pas cadré par une formation horlogère trop pesante pourraient bien nous donner d’excellentes surprises. Le message est passé…

En attendant ce moment, la collection actuelle est disponible ici :

Redécouvrir la magie d’un design en grand format

4 réponses à “Constance Tournier : les montres, dans toute leur splendeur.”

  1. Bensoussan dit :

    Impressionnant ! Et dire qu’elle à 20 ans… Elle devrait intégrer les plus belles maisons et dessiner les futures icônes horlogères ! Elle en a le talent…

  2. Benoit dit :

    C’est tres beau mais pas tres original… Julie Kraulis fait cela depuis longtemps et j’ai l’impression que cette jeune femme a ete tres largement inspiree. Aucun probleme a cela mais je pense que vous devriez (auriez du?) mentionner Julie Kraulis ainsi que ce trend ne d’Instagram et autres reseaux sociaux qui supportent le developpement et le partage de la passion horlogere.

    • Nicolas dit :

      Bonjour Benoit,

      Merci pour votre message. Pour être honnête avec vous, je n’ai jamais entendu parler (tout comme les personnes qui ont participé à cet article) de Julie Kraulis. J’ai donc été voir son travail, qui je dois l’avouer est aussi très beau. Mais qui n’a pas grand chose à voir dans la mesure où Julie dessine des montres qui ont vu du temps et pris les marques de leur(s) porteur(s), et elle y insère toujours un élément artistique (Submariner façon océan et rayons du soleil perçants). De plus, elle se consacre à des séries courtes et son prix de vente se positionne souvent autour de 1000€. Elle s’adresse donc à mon avis à de différentes personnes que Constance.

      Cela n’enlève rien à son magnifique travail, mais je doute fort que Constance ait copié son travail. J’imagine qu’avant Julie il devait aussi y avoir des personnes dessinant des montres, et cela ne fait pas d’elle une copieuse !

      Excellent dimanche,

      Nicolas

      • Benoit dit :

        Bonjour Nicolas,

        Merci d’avoir pris le temps de repondre. Vous noterez qu’a aucun moment je n’ai parle de copie… et c’est bien volontaire. Il n’y a aucun mal a etre inspire par un autre artiste. Je voulais juste amener a ce bel article davantage de « contexte » dans le sens ou l’artiste n’est pas unique ou la premiere (et a mon humble avis, Julie Kraulis n’est pas non plus la premiere ou la seule).
        Encore une fois, je ne souhaitais en rien retirer quoi que ce soit a la qualite du travail de Constance et encore moins me plaindre de l’aspect plus abordable de ses creations.
        Excellente semaine et continuez de publier d’aussi beaux articles sur ce domaine qui nous passionne et nous rassemble.

        Benoit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less