menu
search

To Simon.

Certains ne le connaissent pas, d’autres ont vu passer quelques-uns de ses clichés pris derrière le viseur de son Leica préféré. Mieux encore, des chanceux (comme nous) ont eu la chance de partager quelques mots avec lui autour d’un diner, d’un bon cocktail ou simplement dans les couloirs d’un salon horloger où sa dégaine et sa bonne humeur vous rassuraient sur l’avenir de ce spécimen si spéciale qu’est parfois l’amateur de montres.

Il est parti bien trop tôt et laissera en nous une empreinte indélébile. To our buddy Simon.

Nous n’avons pas pour habitude de prendre la parole dans un cas comme celui-ci, mais là, c’est différent.

Lorsqu’une personne comme Simon (à prononcer the English way) s’en va, emportant avec lui autant d’espoir, de rage, de beauté d’âme et de cœur, mais également des valeurs que nous tentons de défendre quotidiennement ici, je ne peux m’empêcher de prendre le temps de vous parler un peu de lui pour que, pourquoi pas, il puisse vous inspirer tout autant qu’il l’a fait pour nous.

Il était en effet l’incarnation de tout ce que nous aimons chez le #watchgeek. Le vrai, attention ! Pas celui planqué derrière son matricule de Forumeur, frustré le jour, #hater la nuit. Non, non, non…

Aux antipodes de tout cela, il savait tout autant apprécier la coolitude d’une G-Shock à celle d’une vieille Sub, d’un pardessus chiné au flea market à celle d’une veste plus onéreuse mais parfaite pour compléter son look… d’une paire de converse à des boots cousus Goodyear fait main.

Cette vision que nous ne défendrons jamais assez, consistant à ne pas voir un objet par les seuls prismes de son prix ou de sa provenance, de ne pas le jalouser mais de toujours l’admirer avec des yeux d’enfants et, si possible, un jour l’obtenir.

Mais surtout de se laisser porter par l’émotion qu’il procure une fois en notre possession, se rendre compte à quel point il peut être le messager parfait de notre personnalité et de notre humeur, en s’accordant à perfection avec notre style du moment.

Quelques photos de son feed Instagram

Simon, lui, se jouait des codes, il aimait parsemer sa silhouette de couleurs vives et motifs variés : orange, camo, military green… sous toutes leurs déclinaisons. Il osait les associations sans se prendre la tête, il aimait les textures et n’avait pas peur du layering. Amen.

Amoureux des tocantes depuis bien longtemps, il avait choisi d’en faire son métier après une carrière plus « corporate » en animant la communauté Bell&Ross, à l’époque de gloire de la marque Française. Il était l’un des premiers à comprendre l’importance d’une telle tâche, à une époque où les réseaux sociaux commençaient à peine à se faire une place dans notre quotidien.

Il se détacha ensuite progressivement de cette mission pour devenir Freelance et développer ses propres projets.

Tout aussi passionné de photographie que de montres il a vite compris comment capturer l’essence de l’objet se trouvant devant son objectif. Leica Q à l’épaule, il n’hésitait pas à vous choper le poignet tout en criant « wait… don’t move! » poursuivi d’un « oh this is good Man. Look! ». Lorsqu’on lui demandait d’inverser les rôles, il se marrait et jouait le jeu sans hésiter.

Il y avait chez lui une force et une bonne humeur incroyables, même durant des temps aussi durs que face à une maladie aussi pernicieuse que ce cancer qui nous l’aura subtilisé en moins d’une année.

Au SIHH dernier il me livrait : « I’ve got this strange thing on my neck. It’s fucking scary Man ». Quelques jours après il nous annonçait le verdict des médecins.

Il s’est pourtant battu comme un diable, a documenté son combat au quotidien sur ses réseaux sociaux avec courage et dignité, toujours avec cette dérision si British que nous aimons tant.

Vous l’aurez compris, Simon était l’un de ces véritables amis que ce petit monde horloger nous a donné l’opportunité d’apprendre à connaitre et il nous manque déjà. C’est certain.

Mais comme toute vie ne s’éteint pas au constat médical d’un cardiogramme linéaire, la sienne restera présente dans chaque article que nous publierons, chaque photo ou vidéo que nous partagerons avec vous. Tout simplement parce qu’il faisait partie de nos sources d’inspiration.

Sa personnalité et ce don de ne pas se prendre au sérieux nous accompagneront au quotidien, tout au long de notre parcours. J’espère que vous aussi.

Je terminerais donc cet hommage par ses deux mots préférés : Peace out.

#FUCKYOUCANCER

 

3 réponses à “To Simon.”

  1. Guillaume dit :

    Bon courage à vous les gars.

  2. Ludovic dit :

    Un bel hommage!

    Bon courage dans ce moment!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less