menu
search

Audemars Piguet SIHH 2019 : Mais que s’est-il passé ?

Code 11.59 by Audemars Piguet. Une référence mystérieuse qui résonne lorsqu’on a beaucoup d’imagination ou une appétence prononcée pour le marketing  et un design qui, de prime abord surprend et déçoit. Voilà ce que fut ma réaction initiale, ce matin à Genève en guise d’ouverture de ce SIHH 2019 en découvrant ce qui est pour Audemars Piguet, le lancement de collection le plus ambitieux depuis la Royal Oak de Gerald Genta.

Il n’est pas forcément toujours très judicieux de s’exprimer à chaud sur un sujet aussi sensible et personnel que la perception d’un design horloger pour un passionné. Qu’importe, nous sommes ici pour transmettre ce que nous percevons, ce que nous ressentons et ce qui nous procure de l’émotion, ou pas. Voici donc ce que nous pensons de cette collection qui ne semble être qu’à ses prémices…

Code 11.59 by Audemars Piguet : Une Collection, Six Nouveaux Modèles

Code 11.59 n’est donc pas qu’une nouvelle référence disruptive dans le paysage horloger des montagnes du Brassus. Il s’agit bel et bien d’une collection toute neuve, toute fraîche, qui après 7 ans de développement débarque d’entrée de jeu avec six références, et pas des moindres.

Audemars Piguet Code 11.59 SIHH 2019 - Selfwinding Chronograph

Une nouvelle boîte, sur laquelle nous reviendrons dans un instant, qui abrite tour à tour une trois-aiguilles-date à remontage automatique, un chronographe automatique, un quantième perpétuel, deux tourbillons, squelette ou volant, ou une répétition minute nommée « supersonnerie« .

Autant de nouveaux calibres Audemars Piguet développés pour l’occasion. Lorsqu’on parle de lancement horloger, « AP » a donc cette année vu les choses en grand. Une nouvelle collection sur laquelle la Maison mise gros.

Code 11.59 by Audemars Piguet : Un savoir-faire indéniable

Architecture de ces nouveaux calibres : impressionnante. Travail de finitions réalisé sur cette nouvelle boîte : indéniable. Audemars Piguet est donc toujours capable de faire de très belles choses. Les compétences horlogères sont là pour porter haut les couleurs d’un nom toujours synonyme de grande horlogerie.

257 composants et 70h de réserve de marche pour la 3 aiguilles, pas moins de 367 composants, 40 rubis, une roue à colonnes et une fonction retour en vol pour le calibre chronographe.

Je ne vous ferai pas l’affront aujourd’hui de vous expliquer en quoi le QP et son cadran en aventurine ou le tourbillon volant « Made in Le Brassus » sont encore et toujours de la très belle horlogerie. C’est même très évident lorsqu’on observe les multiples brossés de cette boîte, le travail de ces cornes soudées qui reposent sur le fond de boîte, la bande de carrure octogonale et les multiples chanfreins et détails polis à des endroits loin d’être toujours évidents.

Lorsqu’on s’attarde sur les cadrans, aiguilles, polices de caractères, index et proportions, c’est alors que pour beaucoup l’incompréhension se fait sentir…

Code 11.59 by Audemars Piguet : « Mais pourquoi un tel design ? « 

Il est donc maintenant temps de se poser ouvertement les questions qui brûlent les lèvres des amateurs de montres du monde entier depuis quelques jours déjà sur des choix de design que certains comparent à bien des choses existantes qui ne jouent pas vraiment dans les mêmes catégories…

De l’enfant illégitime d’une montre Emporio Armani et Filipo Loretti ou plus légitimement d’une Montblanc Time Walker qui souhaiterait s’intégrer à la famille De Béthune. C’est effectivement, et bien malheureusement, ce à quoi l’association de cette boîte et de ce cadran peut faire penser.

Audemars Piguet Code 11 59 Self Winding

Comment expliquer un design, surtout au niveau du cadran, qui soit aussi peu emprunt de l’héritage avant-gardiste d’une marque dont les cahiers débordent d’idées magiques et d’autant de détails à exploiter pour écrire un nouveau chapitre plein de sens ?

C’est une question à laquelle je n’ai aujourd’hui pas la réponse. Est-ce un design en réalité génial qui correspond aux attentes d’un marché cible dont la culture horlogère pré-2012 est inexistante ? Est-ce le fruit du travail d’un designer horloger dont les narines trop occupées à fabriquer des yogourts bulgares oubliaient de respirer ?

Audemars Piguet Code 11.59 SIHH 2019 - Selfwinding Chronograph

Peut-être est-ce simplement le fruit d’une équipe qui en essayant de trop bien faire, s’est égarée dans sa quête de simplicité ou d’un design « tendance« , né il y a sept ans et de calibres trop longuement attendus pour encore correspondre aux désirs d’un marché en pleine évolution ? Peut-être.

N’étant pas dans les petits carnets Audemars Piguet, je ne peux en avoir la certitude, mais c’est en tout cas une question que j’aimerais discuter avec les principaux intéressés.

Conclusion

Un ressenti face à une esthétique est une réaction très personnelle et subjective, c’est certain. Cela dit lorsqu’on s’intéresse à l’horlogerie, à son histoire, à ses designs historiques et à son évolution, lorsqu’on a eu entre les mains ce que l’homme a officiellement créé de plus abouti en terme de lecture et de mesure du temps, certains choix nous font tomber de haut et ce fut le cas aujourd’hui.

Audemars Piguet Code 11.59 SIHH 2019

Nous ne sommes pas pessimistes, au contraire, cette collection se nomme Code 11.59, comme l’instant qui précède une nouvelle ère et un nouveau départ. Nous attendons donc avec impatience que le soleil brille à nouveau sur les designs du Brassus qui furent un jour si novateurs, avant-gardiste et inspirés.

Vivement minuit et l’aube d’un jour nouveau.

7 réponses à “Audemars Piguet SIHH 2019 : Mais que s’est-il passé ?”

  1. Gregory dit :

    Bonjour et merci pour cette revue complète.
    Malheureusement, comme tant d’autres, vous oubliez à quel point la Royal Oak a en son temps était déconsidérée. Autrement dit le « choc » autour de ce design est tout a fait cohérent par rapport à toutes les nouveautés présentées par AP.
    Ensuite, pour ceux qui s’intéressent au patrimoine de la Maison, sachez qu’un modèle de 1951 issu de leur collection privé ressemble énormément à cette nouvelle collection. je peux envoyer la photo si vous le souhaitez.
    Je précise que je n’ai aucun lien avec la maison, mais que j’ai eu la chance de la visiter.
    Enfin, gageons que ceux qui ne l’aiment pas aujourd’hui l’adoreront demain.
    ultime question: Quel diamètre de poignet votre testeur ?

    • Jérôme dit :

      Bonjour Grégory,
      Je vous entends et n’oublie en rien le non-succès de la Royal Oak à ses débuts, dont le design disruptif présentait tout de même dès le départ des qualités d’équilibre indéniable. Une beauté non-conventionnelle certes, mais un raffinement subtil. Des qualités que beaucoup ne retrouve pas dans cette collection 11.59. Encore une fois c’est très personnel.

      Cette pièce de 1951 à laquelle vous faites référence m’intéresse beaucoup si vous souhaitez partager une photo (jerome@lesrhabilleurs.com).

      J’en doute terriblement pour l’instant, mais peut-être ce design me séduira-t’il demain. Pour le bien de la Maison, je le souhaite sincèrement.

      Enfin pour répondre à votre ultime question, mon tour de poignet est de 17cm.

      Bonne journée Grégory,
      Bien à vous,
      Jerome

  2. Tom dit :

    Le choc de la Royal Oak c’était justement par rapport à l’innovation apportée. Ici le choc est lié à l’absence totale de rupture. Ils auraient dû à mon sens soit opter pour la philosophie des pièces « classiques » de MB&F soit aller vers du Patek. Là, ils sont juste nulle part. Le seul juge de paix sera le nombre de pièces achetées par les clients finaux…

  3. Janssens Hugues dit :

    Je pense effectivement qu’ils ont abusé de yogourts bulgares. Et vu le résultat, ils devaient être périmés depuis longtemps. Gérald Genta doit se retourner dans sa tombe…

  4. SANZ dit :

    Bonjour,
    Alors pour ma part je trouve cette collection, en particulier celle que l’on voit en premier lorsque l’on n clique sur le lien, très très belle.
    Je suis un amateur de belles montres et bien entendu cela est très subjectif.
    Sans doute aussi de par mon âge (récent sexagénaire) ne suis-je pas en accord avec vous.
    Pour tout vous dire je n’ai jamais aimé l’octogonalité (ce n’est pas très français mais…) de la Royal Oak.
    Donc ce design me séduit vraiment, affaire de goût et de sensibilité encore une fois.
    Bonne journée à tous
    Thierry

  5. Emeric dit :

    Hello les Rhabilleurs.
    Merci de nous faire vivre le SIHH comme si nous y étions.
    Intéressante votre prise de parole sans langue de bois concernant cette nouveauté AP, qui n’est pas une révolution d’un point de vue esthétique, mais qui en est bien une concernant le positionnement et le marketing de la collection. Personnellement, je m’attendais à un design clinquant avec le teasing futuriste déployé. Et si finalement, le futur c’était du plus doux et que cette montre s’inscrivait parfaitement dans ce qui se profile pour l’industrie, qui doit revenir les pieds sur terre avec un focus sur du savoir-faire? L’avenir nous le dira. Pour le client qui aime AP en tant que marque de qualité horlogère, mais pas vraiment ce que la Royal Oak communique, alors voilà une belle alternative. Très risqué pour AP, espérons pour eux que ce ne soit pas un demi échec comme la Cellini de Rolex, mais si ça marche, des IWC, Montblanc, Breguet, Blancpain, Carl F Bucherer, ert… pourraient en faire les frais.
    Bonne fin de salon.

  6. Benoît Entringer dit :

    Bonjour,
    Il semble que de nombreux commentateurs ayant eu la chance d’approcher la Code 11.59 by AP (nom ridicule au demeurant) aient été très déçus. J’ignore s’il faut s’en alarmer. Pas nécessairement, il se peut que l’affection pour ces modèles n’apparaisse que graduellement.

    J’avoue être également assez perplexe. Pour l’instant, je réserve mon jugement, même si cette nouvelle gamme me paraît infiniment plus intéressante que les dernières nouveautés de chez Patek (Pilot Travel) ou Vacheron (Fifty Six).

    Quoi qu’il en soit, je pense que nous pouvons tous convenir que le cadran bleu fumé de la répétition minutes est fantastique.

    A très bientôt

    Benoît

    • FS dit :

      Une boîte merveilleuse avec tout le savoir-faire AP.
      Pas de Royal Oak 3, ceci est la nouveauté, et il fallait oser!
      Avec un bracelet à la hauteur du boîtier (et pourquoi pas un caoutchouc avec déployante…) ainsi qu’un guichet un peu ‘adapté’, la liste des commandes pourrait devenir très très longue.
      Certains choix font tomber de haut? C’est une opinion certes, mais personnellement, le cadran bleu du 3 aiguilles et celui de la supersonnerie me font rêver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less