menu
search

MeisterSinger Black Line : Le côté obscur du mono-aiguille

Ces deux dernières années ont été fortes en nouveautés et en renouvellement chez MeisterSinger. Après nous avoir présenté en 2017 la toute nouvelle montre de plongée mono-aiguille avec ses heures sautantes, l’édition 2018 de Baselworld a elle aussi été marquée par des nouveautés cohérentes avec le développement de la marque. Je pense notamment à la nouvelle Métris qui par son côté vintage et ses belles proportions et finitions à clairement marqué notre esprit, et à cette Grande lune astronomique poétique précise pendant plus de 120 ans.

Meistersinger Blackline

L’autre nouveauté cette année se trouve dans une toute nouvelle approche DLC des montres iconiques qui décorent les collections MeisterSinger et qui pour l’occasion changent radicalement de peau sans quitter d’une once l’esprit MeisterSinger.

MeisterSinger Black Line : quid du DLC

Prenez quatre modèles iconiques chez MeisterSinger. Aller, je vous aide : Circularis, Classic N°3, Perigraph et Salthora Meta. Donnez leur une finition DLC noire et changez quelques éléments du cadran pour en faire des pièces empruntes de modernité et de sportivité. Il n’en faut pas plus pour créer une nouvelle ligne chez MeisterSinger : la Black Line.

MeisterSinger Black Line Circularis Power Reserve

Le DLC, pour ceux qui savent partiellement de quoi il s’agit, signifie « Diamond Like Carbon ». Vous n’êtes pas plus éclairés je le sais. Il s’agit d’un procédé élaboré sous vide grâce à la technique PVD qui vient superposer des couches minces combinant la structure du carbone graphite à celle du diamant et une quantité variable d’hydrogène. Très très simple.

Avant que certains ne crient au scandale en disant qu’il s’agit uniquement d’une décoration, laissez-moi préciser, après ce que je viens de vous expliquer, que la couche de DLC se distingue donc par sa résistance à l’usure et son coefficient de frottement très bas. Maintenant, vous savez.

MeisterSinger Black Line : les modèles.

Les quatre modèles Circularis, N°3, Perigraph et Salthora Meta se sont donc vues habillés de couches de DLC noir. Un noir mat qui vient introduire un véritable changement esthétique et donc indéniablement de vrais changements sur les autres éléments constitutifs des montres de la Black Line.

Black Line – MeisterSinger Circularis Power Reserve

Un modèle que nous avons pu découvrir avec plaisir lors de l’édition 2014 de Baselworld et qui après une déclinaison automatique en 2016 revient aujourd’hui avec une réserve de marche accompagnée un mouvement maison à remontage manuel MSH02 délivrant plus de 120 heures de réserve de marche. De quoi tenir 5 jours.

La Circularis se caractérise avant tout par sa réserve de marche, affichée grâce à une aiguille rouge dans un compteur à neuf heures. Aiguille rouge rappelant l’extrémité de la mono-aiguille et qui s’accorde vraiment bien avec la couleur crème de celle-ci et des autres index.

MeisterSinger Black Line Circularis Power Reserve

Comme je le disais, faire du DLC pour faire du DLC, c’est une chose, mais chercher à accorder la montre à son nouvel habit est une tout autre chose. Ici, le cadran est noir mat et tous les index crème, sans oublier la date à trois heures elle aussi homogène avec les autres éléments puisque dévoilant des chiffres rouges sur fond crème.

Meistersinger Blackline - Fond de boîte et mouvement double-barillets

Les détails sont poussés jusque dans les ponts du mouvement visibles par le fond saphir, revêtant eux aussi le noir mat du DLC. Et ça fait une grosse différence. Vous remarquerez par la même occasion le double barillet qui équipe cette Circularis. On aime.

Une pièce proposée sur son bracelet en cuir brun clair vieilli pour l’occasion.

Black Line – MeisterSinger Perigraph

Perigraph, où le disque de date ne se cache plus.

En effet, on retrouve au sein de cette collection Black Line notre chère Perigraph, où l’on peut lire la date par un indicateur à midi et un disque de date entièrement visible. Ce qui participe à la géométrie de la montre dans plusieurs dimensions !

Comme ses consoeurs, cette Perigraph mélange le noir mat à la couleur crème que l’on retrouve sur les index, la minuterie, les différentes écritures ainsi que la mono-aiguille terminée par une pointe de rouge. Et comme le rouge ne vient jamais seul, il est accompagné de son indicateur de date, rouge lui aussi.

MeisterSinger Black Line Perigraph

Au dos, un plus classique mouvement automatique ETA 2824-2 ou Sellita 200-1 fera battre comme à l’habitude le coeur de cette Perigraph à l’habit noir.

Meistersinger Blackline

Une pièce proposée sur son bracelet en cuir brun foncé vieilli pour l’occasion.

Black Line – MeisterSinger Salthora Meta

Je finis avec ma préférence à moi. Ayant toujours eu un faible pour les heures sautantes, et ayant toujours apprécié cette complication chez MeisterSinger, je suis heureux de voir qu’elle se pare aussi de ce noir mat DLC très germanique.

Meistersinger Blackline - Salthora

La touche de rouge est très subtile et c’est là son charme. On la retrouve à 3, 6, 9 et 12 heures sous la forme d’un simple trait intégré à la minuterie. Le trait est plus long et large à midi pour porter naturellement le regard vers la fenêtre d’heure sautante où les chiffres sont couleurs crème sur fond noir mat. Pas un hasard. Vous remarquerez que toujours l’écho et fait sur l’extrémité de la mono-aiguille des minutes (et pas des heures cette fois!).

MeisterSinger Black Line Salthora Meta

Tout comme la Perigraph, elle est équipée d’un solide 2824-2 ou Sellita 200-1. L’heure sautant n’étant pas incluse dans ce mouvement « simple », il a fallu y ajouter un module d’heure sautante. Logique.

Une pièce proposée sur son bracelet en cuir brun foncé vieilli pour l’occasion.

Ces montres sont livrées avec des bracelets en cuir aux teintes différentes. Seul bémol sur ces bracelets, même s’ils s’accordent bien avec les pièces, sont très épais et mériterait de gagner en finesse !

Meistersinger Blackline

Des pièces toujours bien réalisées, qui n’ont pas simplement reçu un vague traitement noir mais qui donne je trouve à ces MeisterSinger relativement classiques un twist moderne et une belle once de caractère et de sportivité.


Ces pièces sont disponibles chez nos amis de chez Ocarat et pour ceux qui veulent aller les essayer et les voir de plus près, ça se passe du côté de chez Emile Léon ou Forges dépendant de votre localisation géographique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less