menu
search

Pour une poignée de dollars : Ce qu’une montre ancienne vous offre pour le prix d’une Daniel Wellington

Constat effrayant le weekend dernier à l’aéroport de Barcelone. Entouré d’une quinzaine de personnes lors du traditionnel contrôle de sécurité qui précède l’embarquement, un employé zélé demande systématiquement à tous les futurs passagers de retirer leurs montres. Je dois bien avouer que je n’aime pas ça. Le pire restait pourtant à venir : sur une quinzaine de montre, plus de 10 étaient des « Daniel Wellington » ou clones de ces dernières. Entre une profonde tristesse qui m’envahissait et quelques larmes chaudes que je retenais, je ne pouvait pas m’empêcher de me demander : « Pourquoi » ?

Daniel Wellington

Est-ce simplement par mimétisme, pour faire comme tout le monde, ou par méconnaissance de tout ce que le beau monde de l’horlogerie peut vous offrir pour le même prix ou presque ? Sûrement un peu des deux, j’ose espérer que c’est d’avantage à une méconnaissance du produit, ce à quoi nous allons donc pouvoir remédier, ici et maintenant…

Préambule :

Quelques mots rapides avant de démarrer, nous n’avons rien contre Daniel Wellington, nous accordons même beaucoup de crédit au rôle joué par ce dernier dans le fait de remettre des montres aux poignets de nos jeunes têtes blondes en lieu et place d’un téléphone au fond de leur poche. Merci bien, c’est un excellent début. Maintenant, à notre humble avis, ce serait vraiment dommage d’en rester là. Il est temps de grandir les enfants et d’apprendre à aimer ce qu’un jour peut-être vous pourrez transmettre. Croyez moi, vous ne voulez pas qu’on se souvienne et de  vous au travers de votre Cluze ou Komono. Soyons sérieux.

Techniquement : Tellement plus

Encore une fois nous parlons ici de montres, anciennes principalement mais aussi contemporaines que l’on peut acquérir pour moins de 200 EUR. Je ne ferais à personne l’affront d’expliquer en quoi le coeur d’un Carillon Westminster est plus beau et plus intéressant que que celui d’une montre à quartz faite en Chine. Nous n’avons de toute manière pas besoin d’aller aussi loin pour constater une différence flagrante.

Nivada Grenchen Chronomaster Aviator Sea Diver Chronograph - Valjoux 92

Il suffit de prendre une « simple » montre mécanique à remontage manuel des années 30 ou 40 d’un côté et les pièces qui habillent majoritairement les poignets des 17-25ans de l’autre. Nous avons de grandes chances d’observer d’un côté un petit calibre de 17 rubis, heures, minutes et secondes, décoré ou non, et de l’autre une boîte presque vide à l’intérieur de laquelle se perdent un anneau en plastique, un petit circuit imprimé et une pile.

Ai-je vraiment besoin d’insister davantage ?

Historiquement : Tellement plus

Je vais être un peu dur, mais c’est au service de la bonne compréhension du point suivant. Disons que là où une montre vintage représenterait un témoignage durable de ce que le génie et la main de l’homme a fait de meilleur à une époque à laquelle une montre était un outil nécessaire dont la vie de son propriétaire pouvait dépendre, une montre DW ou associée ne serait qu’un symbole d’une production de masse et d’une société qui consomme sans plus vraiment savoir pourquoi…

J’ai été un peu dur, je vous avais prévenu. Ne m’en voulez pas, il fallait que ça sorte.

Esthétiquement : Tellement plus

Evidemment. Là ou d’un côté nous n’avons que des copier/coller de faux minimalisme scandinave que l’on achète pour mettre un bracelet Nato coloré, l’univers des montres anciennes ouvre les portes à une variété de tailles, de formes, de cadrans, d’échelles, de fonctions et de couleurs presque infinie. Devinez quoi ? On peut même changer de bracelet et y mettre un Nato ou un perlon ! 

Vente aux enchères "montres" Tajan - Chronographe Pierce

Simplement pour dire que nous sommes tous différents… pourquoi devrions-nous porter les mêmes montres ?

Vous portez actuellement une montre Daniel Wellington et ça vous fait réfléchir ?

Fort bien, voici quelques exemples et pistes pour commencer vos recherches !

Visez les marques oubliées…

De nombreuses marques horlogères suisses ayant plusieurs siècles d’histoire ont disparu juste avant ou pendant la crise du quartz des années 80. Nombreux sont ceux qui associent encore forcément l’horlogerie aux grands noms des maisons n’ayant cessé d’exister ou ayant été sauvées par des grands groupes, Swatch et Richemont en tête. Forcément, c’est souvent très bien mais cela nécessite tout de même généralement un budget plus important.

Arcadia - circa 1940

Arcadia, Cortébert, Caravelle, MuDu, Buren, Cyma, Chronographe Suisse, Record. Autant de pistes à explorer afin de trouver celle qui vous accompagnera…

…Pas forcément suisses…

Il n’y a pas que les suisses qui ont par le passé fait des montres dignes d’intérêt. Ne l’oublions jamais. Allemagne, Japon, Angleterre et France pour ne citer que ces quelques pays, cachent bien des trésors que beaucoup ne regardent même pas. De vieilles et magnifiques Seiko, Citizen, Smith, Mortima et Yéma se trouvent encore parfois lorsqu’il ne s’agit pas de modèles spécifiques pour à peine quelques dollars de plus que cette Daniel Wellington.

…et réapprenez à apprécier de plus petites tailles de boîtes

Il n’y a pas que le 44mm dans la vie, beaucoup l’ont aujourd’hui compris et c’est tant mieux. Si les boîtes de 37 à 40mm représentent toujours globalement le « sweet spot » de bien des amateurs, il ne faut pas négliger non plus les tailles inférieures de ce qui a représenté durant des décennies des tailles tout à fait acceptables pour des montres d’hommes. Un monde d’opportunités supplémentaires s’ouvre donc dès que l’on s’intéresse à des boîtes de 34 à 36mm d’ouverture dont certaines ont une présence vraiment magnifique, surtout montées sur les bons bracelets. Et je ne parle même pas ici pour vous mesdames, que vos fines attaches rendent encore plus aptes à porter de plus petites tailles.

Vous voyez, il y a tellement plus que la Daniel Wellington que porte toute la classe de Seconde B du Lycée Jean Mermoz, même sans en dépasser le budget. Avis donc à tous ceux qui pensent encore que l’horlogerie est une histoire de gros sous. Think Again.

Trouver cette pièce qui vous correspond dans le budget disponible est au contraire une histoire de patience, d’investigation et de connaissances. J’irais jusqu’à dire que c’est même beaucoup plus drôle et intéressant lorsque le budget n’est pas illimité… non ? 

10 réponses à “Pour une poignée de dollars : Ce qu’une montre ancienne vous offre pour le prix d’une Daniel Wellington”

  1. Nicolas dit :

    Bonjour,
    Et si après avoir été convaincu par votre article 🙂 je veux me procurer une montre ancienne, où puis-je dénicher ma perle rare ? Quelles sont les pistes à suivre ?
    Merci.

    • Jérôme dit :

      Bonjour Nicolas,
      C’est effectivement maintenant que la quête commence 🙂 Commencez par vous poser quelques questions pour savoir quel type de pièce et de calibre vous souhaitez. Epoque, taille, forme de boîte etc… ensuite vient la période d’apprentissage durant laquelle vous apprendrez un maximum sur ces montres en question afin de facilement repérer celles qui ne sont pas conformes pour ensuite seulement démarrer la recherche à proprement dite. La toile reste le meilleur moyen d’avoir accès à des pièces du monde entier, en commençant par le bon coin, ebay, Chrono24 et même instagram. Si vous souhaitez court-circuiter ces étapes, c’est possible en passant par un vendeur à qui vous accordez votre confiance.
      Bonne journée,
      Jerome

  2. Alain dit :

    Ca a l’air sympa, Daniel Wellington. Avez-vous un lien sur leur site ?

    Nan, j’déconne……….;)

  3. Aurélien dit :

    Bonjour,
    Votre article n’est pas aussi hargneux que bien d’autres de vos confrères sur les Daniel Wellington.
    Pour ma part, je ne porte pas de Daniel Wellington puisqu’elles sont partout et qu’elles ne sont pas de bonne qualité.
    En revanche et c’est là ce que vous n’avez pas compris, c’est que les Daniel Wellington font un carton au niveau de la sobriété. Les montres que vous présentez ne sont absolument pas sobres. Les « jeunes » (j’ai 23 ans) souhaitent majoritairement des montres simples dans le sens où il n’y a pas 36 000 cadrans ou complications. C’est bien là ce qu’à réussi cette marque.
    De plus, si l’on veut rester dans le budget, les montres automatiques fines ne sont pas légion …
    Bref vous l’aurez compris, Daniel Wellington vend peut être des produits bas de gamme mais sobre et c’est tout ce que demande la clientèle visée

    • Jérôme dit :

      Bonjour Aurélien,
      Détrompez vous, Daniel Wellington n’a inventé ni le bracelet Nato, ni le minimalisme d’une Calatrava 🙂
      Si c’est la tout ce que vous recherchez, il y a vraiment pléthore de très belles choses en la matière.
      Il vous suffit d’entrer sur google les mots clés « vintage + Calatrava + Style + watch » pour vous en rendre compte !
      Bonne chance,
      Jerome

      • Carné dit :

        Un facteur important je pense, c’est l’aspect « Neuf ». Quelqu’un qui n’est pas intéressé par les montres (pas de honte à ça, on a tous des domaines qui nous laissent de marbre et où l’on choisi par défaut plutôt que par passion)qui veut une montre neuve(a lui, ou a elle, et a personne d’autre avant), élégante, pas trop chère (+-100€) et disponible (bref qu’il peut voir dans sa rue commerciale préférée en allant en cours) il ne verra en boutique que des montres diesel avec complication assiette à dessert, des chronographes a quartz avec 18 sous cadrans, des montres recouvertes de diamants en plastique, et puis ces petites montres Dw et cie a quartz, fines, sobres, passe partout. Donc au moins les DW elles ont quand même un une notion d’elegance c’est pas si mal ! Et elles n’ont aucune concurrence c’est ça le problème. La Tissot swissmatic, seule alternative « horlogere » à ce style coute 4fois le prix…

  4. Kyoj dit :

    Orient bambino, seiko 5 des montres sportives ou élégantes,
    automatiques pour moins de 200€en neuf

  5. Kriko dit :

    Bonjour, en tant qu’amateur de jolies montres, je ne défendrai absolument pas les DW et autres clones, et je suis bien convaincu des qualités des montres anciennes.
    Cependant, quelques points qui peuvent freiner certains, moi y compris, pour l’achat de montres anciennes:
    -il y a une offre très diversifiée, mais soit on prend des « must have » connues et il faut y mettre un certain prix, soit il faut s’y connaitre;
    -il faut souvent prévoir une révision sur les montres anciennes; tous les horlogers ne sont pas qualifiés pour y mettre les mains, et cela peutr souvent doubler le prix de la montre. De plus les pièces ne sont souvent pas disponibles pour des mouvements anciens.
    -esthétiquement, les montres anciennes étaient souvent plaquées (or ou chrome). Personnellement, les plaquages qui on mal vielli sont rédhibitoires.
    Du coup, j’ai beau trouver le concept séduisant, mes vintage se résument à une Amphibia albatross radio room (que je porte souvent) et une Zenith XLtronic à diapason (que je ne porte jamais).

    Ceci dit non pas pour décourager les acheteurs de vintages, mais pour qu’ils y aillent en connaissance de cause.

  6. Yack dit :

    C’est pas cool de tirer a boulets rouge sur DW, il en faut pour tous les gouts et tous les budgets. Mettre une belle vintage certes plus avantageuse et moins banale c’est mieux quand c’est possible mais si c’est pour se faire raquetter devant le lycée par la première raquaille, autant garder une DW qui n’attire pas la convoitise. Le bon gout viendra avec les années et quelques finances moins light. Ne pas oublier que le centre du monde pour les ‘jeunes’ c’est le portable et le forfait qui va bien avec … Le reste n’est que fioriture. Perso, je guette les belles vintage sous les 500€, il y a vraiment des merveilles et j’apporte beaucoup d’attention à la montre du jour en fonction de l’activité prévue sur des prémiums ou des vielles gloires avec autant de plaisir. Je rajoute que mes vingt ans sont loin d’où ce raisonnement modéré.

  7. Hub dit :

    Bonjour,
    Il y a dix ans, c’est sans doute un étalage de Swatch que vous auriez vu devant le contrôle sécurité 🙂
    C’est certain que les vraies montres vintage ont un charme fou. Mais trouver une perle, pour un amateur lambda, est un chemin bien sinueux. Après des heures et des heures, des soirées entières de recherche sur le web sur près d’une année, j’ai mis temporairement le sujet en sommeil. Soit la marque est un tant soit peu connue, et/ou l’état de la montre très bon, et les prix s’envolent. Soit il y a visiblement un soucis avec le risque d’une facture importante pour la remise en état…
    Je comprends le succès de ces marques qui associent design, qualité et prix, mais regrette tout autant l’uniformisation qu’elles génèrent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less