fbpx
Mouvements de Manufacture : Est-ce vraiment si important ?

Mouvements de Manufacture : Est-ce vraiment si important ?

Un mouvement de manufacture ? Un argument que de nombreux amateurs jettent à leurs amis, et que de nombreuses marques mettent en avant dans leurs stratégies de communication, mais qui cache plusieurs réalités. Qu’est-ce que cela signifie exactement ? Et surtout qu’est-ce que cela implique ? Nous allons nous y attarder un instant afin que vous ayez tous les arguments en main lorsque votre beau-frère Daniel remettra le sujet sur la table au moment du dessert, le torse bombé et l’oeil fier, en se gaussant de votre 2824…

Un mouvement de manufacture : Qu’est ce que c’est ?

Un calibre de manufacture, littéralement, pourrait se définir comme tel :

Calibre de Manufacture (n.m)
“Un mouvement conçu en interne, produit, assemblé et réglé par la même maison qui apposera son nom sur le cadran. Un calibre unique, spécifique à cette maison et que l’on ne retrouvera pas dans un boîtier concurrent.”

IWC Portugaise Mouvement

La réalité est bien plus nuageuse. et c’est non seulement normal, mais cela fait aussi entièrement partie de la tradition horlogère, c’est même très sain. Laissez-moi m’expliquer… Bien avant que l’horlogerie suisse ne s’organise en deux groupes distincts regroupant la majorité des marques historiques, la fabrication d’une montre était partagée entre de nombreux sous-traitants spécialisés. La réalisation de chaque composant était confiée à celui dont c’était le métier : cadraniers, fabricants de boîtiers, d’aiguilles ou spécialistes de l’émail, mais aussi bien-sûr fabricants d’ébauches, de modules et de mouvements. On retrouve parmi eux les grands noms que nous connaissons tous que sont, Lemania, Valjoux, MartelVenus et ETA pour ne citer qu’eux.

L’avantage principal ? Un vrai recul sur la précision et la fiabilité de leur production pour des manufacturiers qui ont parfois produit les mêmes mouvements et ses déclinaisons  pendant de nombreuses décennies ainsi qu’une facilité d’entretien et de réparation sur le long terme. Nous allons y revenir dans un instant…

Un gage de différenciation, pas forcément de précision ou de fiabilité

C’est exact. Un mouvement de manufacture vous garantira une construction différente, un mouvement souvent plus esthétique et mieux décoré que celui de votre voisin de table, mais pas forcément plus précis, fiable ou robuste qu’un mouvement “off the shelf” qui fait ses preuves depuis 50 ans et tourne encore avec précision après avoir connu plusieurs guerres, des centaines de chocs, la boue et les immersions… et c’est tout à fait logique !

Lemania

S’il l’on ramène ce fonctionnement à la réalisation d’un film de façon imagée, être scénariste, réalisateur, producteur, acteur ou cameraman sont des métiers bien différents… et il n’y a qu’un seul Clint Eastwood. En horlogerie,  c’est pareil. Vous me suivez ? 

Bien entendu lorsqu’on se retrouve en face d’un calibre A. Lange & Söhne, Vacheron Constantin ou Patek Philippe, construction et finitions sont au rendez-vous, tout comme vous pourrez compter sans failles sur la fiabilité d’un mouvement Rolex pour vous accompagner tout au long de votre vie. Ce n’est malheureusement pas le cas de tous les calibres qui se revendiquent “in-house”. Il faut donc prendre le temps d’observer, de se renseigner et d’apprendre, d’aller voir plus loin avant de ne jurer que par ces dits mouvements de manufacture !

De nombreuses légendes aux coeurs de série ? Bien sûr !

L’exemple le plus parlant est celui des chronographes Rolex, équipés exclusivement de mouvements Valjoux, de 1920 à 1986. Un hasard ? Non. Developper un mouvement chronographe qui puisse être produit en série et réponde à leurs exigences de fiabilité et de précision, cela prend du temps. Plus de 50 ans en l’occurence pour l’un des acteurs les plus puissants de l’industrie. Je vous laisse donc imaginer ce que cela représente pour des maisons moins solides.

On retrouve donc ces mouvements de légende au coeur de nombreuses montres de légende mais aussi de noms parfois oubliés aujourd’hui, plus accessibles, encore sous le radar de collectionneurs et qui n’ont donc encore pas vu leur cote exploser… Elle ne sont pas moins intéressante si vous voulez mon avis…

On pourra donc retrouver le même Valjoux 72 au coeur d’un Rolex Daytona ou d’un Nivada Chronomaster. Des ébauches Valjoux étaient couramment utilisées par des noms aussi prestigieux qu’Audemars Piguet, Blancpain et Breguet, mais aussi Enicar et même Patek Philippe  (avec un travail de finitions plus couteux que le mouvement lui même, certes).

Omega Speedmaster Pre-Moon - Calibre 321

LeCoultre et les ébauches Martel ? Breitling et le Venus 178 ? Tudor et ETA ? Je continue ?

Parce que l’émotion ne s’explique pas aussi facilement : Une montre n’est pas qu’un calibre

Pas de jugement hâtif, donc, et les collectionneurs vous le diront tous : l’émotion qui se crée à la vue d’une pièce ne peut être réduite à son mouvement. C’est un subtil équilibre des proportions d’une forme de boîte, d’un design et  d’un cadran. Lorsque celui-ci se pare d’un petit ou d’un grand bout d’histoire et d’un mouvement sur lequel on peut compter, qu’il soit unique ou non, il se passe quelque chose !

Tudor Submariner 79090

Je nous propose donc d’arrêter ce snobisme “de manufacture” et de rendre à César ce qui lui appartient : Pour toutes ces bonnes raisons, reconnaissons la qualité de toutes ces ébauches et calibres qui nous ont apporté les plus grandes icônes de l’horlogerie. Shall we ? 

Je vous laisse en reparler avec votre beau-frère dans quelques années. Avec un peu de chance il aura compris !

9 réponses à “Mouvements de Manufacture : Est-ce vraiment si important ?”

  1. Greg dit :

    Et pourtant vous avez oublié l’une des plus importantes manufacturés qui, de plus, à fourni à Rolex ces calibres les plus élaborés: Zenith #ShameOnYou 😉

    • Jérôme dit :

      Cher Gregory,
      Pas un oubli cher ami ! On ne peux simplement pas être exhaustif en 800 mots pour illustrer une petite partie de cette grande histoire qu’est l’horlogerie.
      Mais je vous l’accorde, Zenith mérite d’être mentionné. C’est maintenant chose faite !
      Excellente journée à vous,
      Jerome

  2. GIACHINO dit :

    Bonjour
    Ok pour tout ce que vous expliquez avec beaucoup de justesse, mais vous oubliez selon moi un argument de poids, le prix pas toujours justifié d’une montre sans mouvement de manufacture !
    Développer et produire un mouvement de manufacture cela suppose du personnel pour la conception, des machines et des locaux pour produire les composants, du personnel encore pour la mise au point et l’assemblage. Logiquement cela doit conduire à un prix du mouvement nettement supérieur à celui d’un ETA de base, 3 aiguilles par exemple.
    Quand PANERAI a commencé son passage du mouvement acheté au mouvement manufacturé, le prix de départ de plusieurs milliers d’euros déjà, a augmenté de moins de 1000€ laissant un désagréable sentiment d’avoir payé trop cher la version non manufacturée.
    Il est vrai aussi que PANERAI n’a jamais été très clair sur l’origine de ses mouvements « exclusifs »
    C’est peut être un peu trivial, mais quant à payer cher, autant payer pour un mouvement manufacturé, sachant encore une fois les efforts de créativité et de production que cela représente.

    • Jérôme dit :

      Bonjour Gilles,
      Merci pour votre commentaire avec lequel nous sommes tout à fait d’accord.
      Nous avions laisser de côté exprès le facteur prix dans cette article orienté sur la signification et les conséquences de ces différents mouvements du point de vue du client final.
      Bien évidemment, et vous avez raison, le prix à son importance, et ne reflète malheureusement pas toujours les investissement développés en terme de production.
      Excellente journée, et merci de nous suivre !
      Jerome

    • Jacques dit :

      Bonjour, tout à fait d’accord avec vous Gilles! Aujourd’hui je pense que les principales discussions qui tournent à ce sujet sont liées aux tarifs, de mon point de vue, les meilleurs exemples sont Omega et Tag Heuer qui vendent des montres chères munies de mouvements qui sont certes très bons (cet article le démontre bien) mais qui sont aussi montés dans des montres beaucoup moins chères (parfois 10x moins chères, ex: Tissot).
      Il y a aussi la transparence qui compte, comme la plupart, j’ai découvert en m’y intéressant, que derrière beaucoup d’appellations de mouvements (calibres 11, Omega 321 etc.) se cache des mouvements Lemania, ETA et autres sauf que ce n’est jamais mentionné dans la doc ni sur les sites web fabricants, ce manque de transparence m’a clairement refroidi et quand j’en parle à des propriétaires de Tag Carrera et IWC portofino par exemple, ils sont persuadés de porter des mouvements maison… C’est ce flou volontaire que je n’aime pas!
      Ce que j’aime c’est la El Primero qui illumine mon poignet 🙂

  3. jb dit :

    très sympa ton article, Jerome. je suis bien d’accord avec toi, une montre, ce n’est pas seulement son mouvement mais un tout. dans mon cas, je préfère un mouvement manufacture mais je ne suis pas contre un ETA ou autre. Ce qui me gène c’est effectivement que certaines marques jouent la carte de l’ambiguïté avec des noms de mouvements qui sonnent maisons alors qu’en fait il s’agit d’ETA légèrement retouché. au dela de ca, quand on voit qu’un mouvement ETA élaboré coute max 200€ et qu’IWC (pour ne citer qu’eux) facture leurs belles plus de 5k€… ben j’avoue que je coince et je me demande s’ils ne prennent pas les gens pour des pigeons… le luxe….

  4. denis dit :

    bonjour a tous,
    ce qui revient à dire en clair qu il faut être, mais ce dans tout domaine, plus qu’avisé lorsque l on achète une montre d un prix dépassant celui du raisonnable ou d’une quartz, qui si elle n a pas la noblesse au moins elle a un avantage c est de donner toujours l heure correctement. bien regardons quand même, et là je n’ai pas assez de compétence pour validé le prix demandé, chez JEAGER, un tourbillon, un gyrotourbillon, un spherotourbillon, restent des mouvements qui n’appartiennent pas aux faiseurs de mouvements de série, là et seulement là, nous pouvons imaginer que le ramage vaudra le plumage et que le mouvement de manufacture a un sens réel. NON?. mais ce sont des mouvements de vitrine pour pouvoir vendre cher aussi d’autre modèles….attention pas de jugement hatif plus de 1200 mouvements de manufacture quand même!!!! Dans les autres cas de figures, il est évident que une grande majorité des habilleurs nous prennent pour des gogos de vache a lait.une marque a bien compris le virage, elle été un mouvement de manufacture et elle est devenue modestement une marque d’habilleur a des prix démocratiques, pourquoi ? parce qu elle a compris que le consommateur d’aujourd’hui hui n est plus celui d’hier et qu il demande ramage et plumage a des prix démocratiques sans pour autant concéder a l esthétique ou au bon fonctionnent fiable. internet oblige l info est disponible pour celui qui veux chercher un peu. bien a vous.Denis

  5. Article très très superficiel. Beaucoup d’effets de plume et pas de fond. Le “Turbo” (M6) de l’horlogerie, en somme. Du divertissement à la française. Il en faut…

    • Bonjour,

      Vous n’avez pas saisi l’essence du texte, qui est à blâmer ? Il est toujours plus simple de critiquer, c’est finalement ça le divertissement à la française !

      Cet article visait juste à dire que l’émotion que l’on peut ressentir en horlogerie peut aussi bien se produire sur une montre au calibre inconnu que sur une montre équipée d’un mouvement manufacture aux pièces anglées. Le mouvement manufacture ne fait pas tout.

      Excellente journée,

      Nicolas

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less