menu
search

Tudor Black Bay 36 : Élégance & robustesse, pour elle et lui

Julien, très cher et précieux ami des Rhabilleurs, aux compositions vestimentaires assumées d’un goût assurément floral, nous a récemment rapporté une anecdote amusante et si vraie à propos d’une marque pour laquelle nous ne cachons pas notre affection : Tudor. L’un de ses amis (#true story) a offert un magnifique cadeau à sa chère et tendre : la nouvelle Black Bay en 36mm. Wait for it… Une arrière pensée animait tout de même son geste ( ce qui n’enlève absolument aucun mérite à cet élan du coeur, grand et généreux), qui était de pouvoir, « de temps en temps », emprunter la montre de sa femme.

On saisit alors vite toute les émotions que soulèvent l’arrivée de cette nouvelle pièce dans la collection Black Bay : Une montre aussi à l’aise au poignet d’un vrai biker qu’à celui d’une jeune femme délicate aux fines attaches. Vous ne me croyez pas ? Nous avons fait le test.

Tudor Black Bay 36mm

Les raisons d’un beau changement

Le changement principal, vous l’aurez facilement deviné, se trouve au niveau de la taille du boitier. Tudor a osé, et Tudor a bien fait. Réduire la taille de boitiers que l’on a vu grossir au fil des années était un pari risqué au sein d’une industrie horlogère que l’on connaît souvent frileuse lorsqu’il s’agit d’être le premier à prendre un risque « de taille ». Retour à ne ouverture de boite de 36mm, sans perdre une once d’esprit de la collection Black Bay.

On se souvient que la collection Heritage est né en 2010 d’une édition combinant harmonieusement les codes iconiques de la marque à la rose. On retrouve aujourd’hui avec plaisir la belle minuterie et les fameuses aiguilles « Snowflake » ainsi que le tube noir en aluminum anodisé accompagnant la large couronne gravée de la rose.

Mais ce changement est aussi le moment de se poser une question. Que l’on ne se pose pas tous les jours quand on songe aux montres. Où sont les femmes ? (Patrick Juvet sors de se corps). Et bien les femmes ne sont pas très loin. Si cette montre plaît aussi beaucoup aux à la gente féminine, ce qui n’est pas étonnant, ce n’est pas que pour son ouverture plus modeste mais aussi pour la simplicité et la pureté du design qui se porte bien en toute occasion.

Pour certains d’entre nous, qui avons de fins poignets parfois incompatibles avec certaines pièces (mais pas seuleument, la nouvelle venue résonne à l’unisson avec nos désirs jusque là enfouis. La montre tombe juste à merveille sur nos poignets. N’étant pas non plus trop petite, ni  trop fine pour nos amis les bucherons, ceux aux poignets plus viriles en seront aussi ravis.

La Tudor Black Bay 36mm

Parlons peu, parlons boitier. Une boîte polie et onctueuse de 36mm, qualité Tudor, des cornes brossées : l’émotion est présente. Le fond est évidemment vissé. La couronne, pouvant faire songer à certaines « Big Crown » sans épaulement que nous portons en haute estime, est plus que bienvenue. Le sceau de la Rose Tudor tant regretté sur le cadran n’en a pas pour autant quitté la montre, trônant avec fierté sur la fameuse couronne. Notre boitier pourra effleurer les 150 mètres de profondeur.

Le cadran d’un noir profond, entièrement poli et laqué, est un clin d’oeil de la part de Tudor à ses montres de plongée iconiques des années 50. Avec plaisir. Les gros index viennent, tels de larges flocons, se poser sur ce cadran. Le tout est fini par une lunette fixe et lisse, pour clore cet ensemble avec sobriété et simplicité.

Notre plus belle surprise du dernier salon Baselworld abrite un mouvement Tudor 2824 automatique. Self-winding. Tudor ne cache en rien la provenance de ce mouvement, qu’elle a modifié, des ateliers ETA. D’où une réserve de marche peu élevée de 38 heures, mais la certitude d’un mouvement robuste et fiable. Un « workhorse » comme disent nos amis anglophones, qui a fait plus que ses preuves. Ce qui fait donc de cette pièce une très élégante mais néanmoins  véritable Tool-watch.

Deux choix s’offrent ensuite à vous : laisser à la montre son bracelet en acier ou son bracelet en cuir vieilli, ou alors opter pour le bracelet en tissu façon « Camo » (qui par sa structure n’est pas un Nato, je tiens à le préciser, vous connaissez notre amour inconditionnel pour les bracelets…) que l’on apprécie beaucoup. La boucle à ardillon qui reprend les courbes du blason Tudor vient compléter le charme de se bracelet tissu fabriqué en France dans la région de Saint-Etienne.

Tudor Black Bay 36mm - Bracelet tissu

Une montre mécanique à la fois habillée, sportive et résolument mixte qui respire l’âme de la collection Black Bay et de certains modèles iconiques de la marque aux aiguilles « Snowflake ». Comptez 2670€ pour le modèle avec le bracelet acier et 2370 pour le bracelet cuir. Une aubaine pour notre ami, qui peut ainsi profiter de la montre de sa femme, ainsi qu’a de nombreuses personnes (dont nous) qui attendaient secrètement  une telle pièce pour compléter la gamme.

Que vous soyez biker ou délicate fleur (j’ai cherché une rime de meilleur qualité, si vous avez mieux je suis preneur), essayez-la et vous verrez ! Vous serez surpris par sa polyvalence.

Et si en se faisant plaisir nous illuminions en même temps son visage d’un sourire… ne serait-ce pas là notre plus beau cadeau ?  Officiellement du moins…


Merci à Vanessa Moselle pour ces belles photos

Photographe : Vanessa Moselle
Modèle : Margaux
Styliste : Léa Zimmerman
Make Up : Laurie Villanova

3 réponses à “Tudor Black Bay 36 : Élégance & robustesse, pour elle et lui”

  1. Paul Thomas dit :

    Juste Superbe, merci! (la montre biensur :d)

    Dire que mon revendeur me dit qu’on dirait un « cadeau de première communion » alors qu’il ne l’a pas encore recue…

    Seul bémol, j’hésites encore et toujours depuis l’annonce du Basel World (BB36, BB classique ou meme seamaster), et ce n’est pas encore aujourd’hui que je vais pouvoir me décider… Aaaaaargh, le choix d’une première montre quand on sait qu’on ne peux en acheter qu’une…

    Merci pour vos articles, photos et revues en tout cas! je vous lis tous les jours…

  2. Max dit :

    A quand une Ranger en 36mm ? La nouvelle est très belle mais incroyablement grosse comparée aux anciennes Ranger/Explorer.
    Tudor a fait un premier pas vers des proportions moins « ostentatoires » si j’ose dire. Je suis sur qu’ils vont continuer…

  3. Encore une très belle revue de votre part pour une montre désirable. J’attendais d’ailleurs impatiemment que vous vous penchiez dessus.
    Et si j’en crois le succès qu’elle semble déjà rencontrer, cette montre est bien partie pour faire un carton.
    Un retour aux diamètres raisonnables était attendu par beaucoup (moi le premier) et c’est bien que des marques telles que Tudor y ait répondu.
    Une ranger en 36 mm ne me déplairait pas non plus …
    Cette BB 36 rejoindra certainement mon poignet dans les semaines à venir.
    Continuez à nous régaler avec des revues de ce niveau.
    Ludovic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less