fbpx
menu search
Une humilité couronnée : La passion horlogère du Dalaï Lama

Une humilité couronnée : La passion horlogère du Dalaï Lama

Avis à nos amis franco-français pour qui Rolex est synonyme de luxe ostentatoire et d’étalement de richesse, symbole de pouvoir porté par les grands de ce monde… Faux. Merci. Je ne m’égosillerai pas aujourd’hui à crier haut et fort combien les montres Rolex (je ne parle pas ici des pièces serties ni des cadrans léopards fabriqués à la demande par certains clients fortunés aux goûts discutables) figurent, avant toute autre chose, parmi les plus pures expressions de fonctionnalité, de lisibilité, de robustesse et de précision que le monde horloger ait jamais connu.

Des montres de sport qui durent une vie, des pièces pensées pour être portées au quotidien, quelle que soit la situation. Je vais même rajouter que leur positionnement prix est extrêmement raisonnable, si l’on considère la qualité de leur production sur une durée d’utilisation intensive et prolongée. Je ne parle ici que de votre vie, pas même de celle de vos enfants et petit-enfants… même s’il y a de grandes chances pour qu’elles finissent un jour entre leurs mains, ou mieux, à leurs poignets…

Tenzin Gyatso : Le XIVème Dalaï Lama

Je me contenterai aujourd’hui de vous présenter l’exemple d’un homme, certes un grand de ce monde, mais avant toute chose un guide spirituel connu pour son humilité et pour ses actions toujours pacifiques pour préserver l’héritage culturel et spirituel de son peuple, menacé d’extinction. Je parle bien sûr de Tenzin Gyatso, le XIVème Dalaï Lama en vous parlant aujourd’hui non pas de politique, car nous ne sommes pas ici pour cela, mais bien de ses montres couronnées qui, non, n’ont rien d’ostentatoire.

Tenzin Gyatso - XIVe Dalai Lama

Oublions un instant le leader spirituel, voulez-vous ? Il faut d’abord connaître et s’intéresser à la passion de l’homme depuis son plus jeune âge pour la mécanique  en général, la mécanique de précision en particulier. Le jeune homme passait ainsi une grande partie de son temps libre, lorsqu’il n’étudiait pas les textes ou faisait l’expérience de pratiques méditatives, à ouvrir, démonter et remonter les objets à sa disposition : radios, projecteurs et même les 3 modèles de voitures circulants alors au Tibet, mais aussi et surtout les montres, même s’il avoue lui-même ne pas toujours avoir réussi à toutes les remettre en état de fonctionnement. Ce n’est qu’un détail.

Plus de soixante-dix ans plus tard, on comprend que cet intérêt pour la micro-mécanique et l’horlogerie a eu le temps de grandir. S’il n’avait pas été destiné à être un guide spirituel et politique pour son peuple, il est certain qu’il aurait été un excellent horloger. Il s’occupe d’ailleurs apparemment toujours lui même de l’entretien et des révisions de ses montres.

Tenzin Gyatso - XIVe Dalai Lama - Rolex

Sans le connaître personnellement (hélas), je pense que l’on peut s’accorder à dire, sans extrapoler, que le Dalaï Lama est un homme de valeurs, mû par des principes de bonté, de don et d’humilité. Les montres qu’il porte ? Deux montres Rolex, symboles pour ceux qui savent regarder, de fonctionnalité, de sobriété et de longévité. j’irai même plus loin au risque d’être incompris pas certains : d’humilité. Car oui, dans cette gamme de prix, croyez moi on peut trouver bien plus clinquant, mais difficilement plus fiable et plus solide.

Quelles sont ces célèbres montres ? Nous connaissons actuellement au Dalaï lama trois montres principales : Deux montres Rolex qu’il porte régulièrement dont on ignore la provenance exacte, ainsi que la désormais célèbre montre de poche Patek Philippe, référence 658 en or jaune qui lui fut offerte par le Président américain Franklin Delano Roosevelt en 1943. Il possèderait selon ses dires une quinzaine de pièces au total, certaines que malgré mes recherches je n’ai pas réussi à identifier, d’autres qui seraient des copies achetées au marché de Lhassa il y a bien longtemps et sur lesquelles il fit ses premières armes d’apprenti horloger, mais les voix diffèrent. Nous nous contenterons donc aujourd’hui des trois pièces formellement identifiées.

La Patek Philippe Réf. 658 offerte par F.D.Roosevelt

Cette Patek Philippe référence 658 produite à 15 exemplaires entre 1937 et la fin des années 50 n’est rien de moins qu’un quantième perpétuel avec phase de lune couplé d’un chronographe rattrapante et d’une répétition minute… Excellent choix Monsieur le Président, vous étiez un homme de goût, c’est certain. Peut être légèrement dans l’excès pour la grande majorité des garçons de sept ans, pas pour le jeune Tenzin, qui plus de soixante-dix ans plus tard, en prend toujours le plus grand soin.

Patek Philippe ref. 658Crédit photos : Patrick Leahy

Détail historique amusant, la montre ne lui a pas été remise des mains du Président Roosevelt, qui bien évidemment n’a pas fait le déplacement jusqu’à Lhassa en 1943, mais par une délégation de l’OSS (ancêtre de la CIA pendant la seconde guerre mondiale) composée de deux agents. Ces agents étaient le Lieutenant Brooke Dolan et le Capitaine Ilia Andreyevich Tolstoï. Tolstoï n’était autre que le petit-fils du célèbre comte et écrivain russe Lev Nikolayevich Tolstoy et futur Colonel de l’U.S. Army qui mènera quelques années plus tard les missions secrètes de recherche d’uranium en Chine intérieure. Si cette pièce ne représente pas pour vous un grand bout d’Histoire ainsi qu’une belle histoire, je ne sais vraiment  plus ce qui vous ferait plaisir…

Cette célèbre montre a d’ailleurs refait surface le 14 juin dernier, lorsque le sénateur américain Patrick Leahy profitant d’une visite du Dalaï Lama à New York en a partagé les photos inédites sur son compte Twitter. On peut constater que la montre de poche aux multiples complications est dans un état cosmétique absolument parfait.

Rolex Day Date & Datejust : Deux montres couronnées, en toute humilité

Au quotidien,le Dalaï Lama est souvent vu arborant une Rolex DayDate en or jaune au cadran lapis lazuli, qu’il porte au poignet gauche avec son mâlâ, le plus souvent sur des bracelets acier élastiques d’entrée de gamme, boîte positionnée sur l’intérieur du poignet. Sacrilège selon certains ? Il en a pourtant fait une signature sans le vouloir.

Ostentatoire diront à nouveau d’autres ?  Absolument  pas. Au contraire même, si l’on connait la signification des couleurs bleu et jaune dans le bouddhisme tibétain : le bleu représente le ciel, et symbolise la perspicacité, la vision spirituelle. Le jaune quant à lui, représente la terre et symbolise le monde réel et l’expérience quotidienne que nous en faisons. Quel meilleur choix pour un guide spirituel bouddhiste que de faire cohabiter les deux, comme un constant rappel de leur inséparabilité ? Je n’y vois personnellement aucune incohérence, bien au contraire.

Rappelons tout de même en passant à tout catholique qui souhaiterait lui jeter la première pierre, que le Pape Jean-Paul II, autre saint homme apprécié de tous, avait d’ailleurs lui aussi sa Rolex Day Date or et acier. Vous voyez, ce n’est pas incompatible, tout va bien.

La deuxième montre que l’on connaisse au Dalai Lama est également couronnée et il s’agit d’une Datejust en or et acier qu’il porte toujours, aux dernières nouvelles, sur le bracelet jubilé d’origine que lui envierait d’ailleurs très certainement un bon nombre de hipsters en retard qui viennent de découvrir le confort de ce bracelet légendaire… mais je m’égards à nouveau. Mes excuses.

Sans en connaître la provenance exacte, nous savons que ces deux montres, qu’il porte avec plaisir, lui ont été offertes, par qui, je l’ignore. Qui que vous soyez, dirigeant d’entreprise, Gouvernement ou ami, ce sont des choix de cadeaux éclairés et nous vous en félicitons. Bravo, il n’aurait certainement pas porté une cravate avec le même plaisir…

Notre avis sur la question ?

Tout cela pour rappeler, évidemment, que couronnes et humilité ne sont pas incompatibles, bien au contraire. Dès lors que l’on oublie un instant ce nom, si souvent mal interprété  dans notre mère patrie, il ne reste qu’un objet fonctionnel, sans artifice et extrêmement bien fini ainsi qu’un mouvement perpétuel au battements réguliers faits pour durer. Un esprit sain dans un corps sain, si je puis le formuler ainsi.

Je nous souhaite d’ailleurs à tous de pouvoir affuter notre corps et notre esprit de la même manière, sans artifice, sans jugement et en toute humilité, bien entendu. Allez, assez bavardé, on se remet au travail…

Tenzin Gyatso - XIVe Dalai Lama Les crédits  de toutes les photos de sa Sainteté le XIVème Dalaï Lama appartiennent à leurs propriétaires respectifs

5 réponses à “Une humilité couronnée : La passion horlogère du Dalaï Lama”

  1. Avatar BURGERT Jean dit :

    Lorsque l’excellence horlogère rencontre la voie du bouddhisme, les antagonismes s’effacent. Toutes les photos, judicieusement choisies, donnent à ce texte enthousiaste une chaleureuse consistance. Du très bon travail !
    Bravo Jérôme.

  2. Avatar Tom W. dit :

    Excellent article – un plaisir à lire, merci!

  3. Avatar NEUFSEL CLAUDE dit :

    Très Heureuse découverte quant au talent révélé, tant quant à la fine description apportée à la technologie elle-même, qu’au ressenti affiné de la spiritualité porteuse en cette si belle personne et guide que peut être le Dalaï Lama pour nombre d’entre nous…noblesse d’esprit et matérialité affinée se trouvent être en totale harmonie.
    Merci Jérôme…

  4. Avatar VERONIQUE TRIQUIGNEAUX dit :

    Article fort intéressant !
    J’aime porter ma Datejust or acier et vous avez mis des mots sur le pourquoi.
    Une hipster sans barbe !!!

  5. Avatar David dit :

    Très bel article 🙂

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less