menu
search

MeisterSinger Neo : New look quand tu nous tiens

Après un voyage en Suède à boire du café en UGG Boots avec la MeisterSinger Phanero, je vous propose de rester aujourd’hui dans notre beau pays et de nous plonger 60 ans en arrière. Nous sommes dans les années 50, à Paris, accompagnés cette fois-ci de la MeisterSinger Néo. Une époque où l’envie de profiter de chaque instant est omniprésente et plus forte que jamais. Une nouvelle ère voit le jour avec une effervescence et une énergie qui envahissent les quartiers de notre Capitale. Les femmes se parent de jupes longues marquées à la taille et aux épaules arrondies inspirées de la dernière collection « New look » Haute Couture de Christian Dior. Des silhouettes audacieuses, gracieuses et féminines arpentent les rues où se croisent des hommes au volant de leur Simca Versailles 1955, veste « drape cut » sur le dos et mocassins Weejun aux pieds. Vous y êtes ?

Un charme d’antan que l’on pourrait envier à nos grands-parents avec cette philosophie d’après-guerre fondée sur la jouissance même de profiter du temps présent, sans hâte. Une valeur que partage la marque allemande MeisterSinger qui cultive depuis des années une approche singulière du temps avec ses montres mono-aiguilles. Ces dernières procurent, une fois au poignet, cette légère et très agréable sensation de « suspension » où les minutes défilent au ralenti.

Un design vintage

Le Paris des années 50 nous donne envie d’errer à travers la Galerie Vivienne, ce passage couvert qui exhale un parfum balzacien du XIXème où Brassens raconte en chanson l’histoire des « Amoureux des bancs publics ». Un charme vintage que l’on retrouve dans la MeisterSinger Neo. Avec sa discrète et fine boîte de 36mm, son design se fond et s’imprègne totalement du décor et de l’atmosphère fifties parisien. Un raffinement certifié par la pureté et la simplicité de son cadran au teint ivoire qui accentue le style néo-rétro de la pièce. Un coloris qui m’évoque les pages sablées du roman Bel-Ami de Maupassant, aujourd’hui endormi au près de ses compères dans notre armoire en pin du sous-sol.

MeisterSinger Neo

La police de caractère « Sans Sherif Helvetica » appliquée aux heures rend hommage aux sixties. Quant à celle de l’inscription Néo, l’utilisation de la typographie plus récente « Meta Sherif » vient contre balancer le design plus vintage.

Un garde-temps qui a de quoi vous séduire Messieurs, amateurs de montres vintage dotées d’un twist contemporain, autant que vous Mesdames, pour une élégance discrète empruntée à Audrey Hepburn.

Publicité

Des fonctionnalités contemporaines

Avec sa boite de 36mm, nous pouvons observer la fameuse mono-aiguille caresser le cadran clair aux 144 segments de 5 minutes. Lorsque je vous parlais de suspendre le temps… A l’instar de la Phanero, le garde-temps présente un guichet de date placé à 6h, tout en rondeur et à la couleur de fond qui change en fonction de celle du cadran que vous aurez choisi. En effet, vous avez le choix entre 5 coloris bien distincts : ivoire, noir, argent soleillé, bleu soleillé, et vert soleillé, de quoi l’assortir à votre tenue inspiration rétro ou tendance, que l’on ressortira dès qu’un temps plus clément fera son apparition. L’occasion de la prêter à votre belle le temps d’une soirée estivale, si elle ne vous l’a pas déjà empruntée discrètement…sur un pur malentendu bien évidemment…

Son boîtier en acier satiné et très bombé ajoute à la montre un léger effet de loupe. Derrière le cadran ivoire laqué est logé le mouvement mécanique suisse à remontage automatique de calibre ETA 2824-2, ou le SW200-1 de chez Sellita. Une pièce abordable qui dispose d’une étanchéité de 30 mètres et d’une réserve de marche de 38 heures sans bride coulissante, ce qui signifie que la couronne a tendance à se bloquer une fois le barillet remonté au maximum. Alors petit conseil : évitez de forcer, au risque d’endommager le mouvement, ce qui serait légèrement fâcheux. Ce dernier reste tout de même très fiable et robuste, je vous rassure.

MeisterSinger Neo

Enfin, le fond de boîte plein est parsemé de multiples logos MeisterSinger, un détail fin qui apporte à la pièce déjà courbée au niveau des cornes et du boîtier, une belle élégance subtile.

MeisterSinger Neo

Notre avis

Imaginez un garde-temps au style néo-rétro que l’on combine et transpose à celui de notre décennie, plus contemporaine. Une belle finesse « abordable » qui séduit par sa mono-aiguille et ses courbes rondes, pour un rendu plus qu’élégant. La MeisterSinger Neo nous ramène à des temps plus anciens, où l’on traversait l’autre bout du passage Vivienne pour se rendre à la projection du soir où Jacques Tati jouait les « Monsieur Hulot ».

Prix : à partir de 1 095 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less