Home Montres Modernes Focus

MeisterSinger Phanero : L’art de prendre le temps

Naty
Le 29 avril 2016
8

8h37 du matin, à peu près.

On referme les yeux quelques secondes. Au dehors tout est blanc et nuageux, vous n’avez pas envie de sortir. Ça tombe bien, vous n’y êtes pas obligés. Vos pensées vagabondent à travers les immenses étendues de forêts et le lac de Vänern en Suède, où vous avez passé vos dernières vacances.

MeisterSinger - Phanero

La température matinale, d’ailleurs, s’en rapproche, alors on augmente le chauffage, on enfile ses UGG Boots et on déguste son café noir (avec deux sucres). Voilà une matinée comme on les aime, modeste, spontanée et quiète. La précision de la MeisterSinger Phanero glissée à mon fin poignet, à 5 minutes près, est amplement suffisante. On suspend le temps, et on apprécie enfin chaque instant. La course effrénée d’une grande seconde, n’est plus. Quelle meilleure manière de commencer une journée placée sous le signe de la tranquillité.

MeisterSinger - Phanero

Lumière du jour tamisée, un moment cosy à savourer et que j’ai pu partager avec la nouveauté de la maison horlogère allemande, MeisterSinger.

Fondée par Manfred Brassler en 2001, le spécialiste des mono-aiguilles a dévoilé sa nouvelle collection en mars dernier à l’occasion de Baselworld 2016 : la Phanero, plus petite et plus fine. Un garde-temps unisexe aux proportions discrètes qui a vraiment de quoi nous séduire, nous les femmes.

Sa faible ouverture de boîte aux proportions vintage que nous aimons tout particulièrement et sa délicatesse ne la rendent pas invisible, loin de là. Cette Phanero mêle parfaitement discrétion et originalité. Son nom nous le rappelle bien, puisqu’il vient du mot grec « Phanareos » qui signifie « apparente ». Une appellation loin d’être anodine puisqu’elle nous offre un design atypique et facilement identifiable tout en gardant sa silhouette longiligne et svelte. Son boîtier de 35 mm relativement anguleux de 7,5 mm d’épaisseur dispose d’une étanchéité de 50 mètres et d’une réserve de marche de 42 heures. On y retrouve de belles cornes droites aux finitions poli-satinées qui complètent très élégamment cette boîte.

MeisterSinger - Phanero

Petite particularité, vous l’aurez compris, une couleur assez « atypique » : Un vert anglais ou vert Rensing soleillé. Si le bracelet d’origine est vert lui aussi, c’est une couleur qui se marie évidemment à merveille avec tous types de marrons. Le cuir du bracelet Nato sur lequel je l’ai portée quelques jours en témoigne. Une montre aux tonalités chaleureuses. Une pointe d’originalité subtile qui attire les regards. Une fois glissée au poignet, le cadran soleillé reflète ses rayons et apporte un charme tout particulier à ce garde-temps, de ceux qui ont le temps.

MeisterSinger - Phanero

9h02 du matin. A peu près.

Sur les premières notes de « I get along without you very well » de Chet Baker, un instant de pure poésie rythmée par le trompettiste et chanteur californien à la voix d’ange. Une mélodie qui coule et fait écho à notre aiguille des heures, la seule qui compte vraiment et qui vient effleurer les 12 index à la silhouette et à la typographie arrondie qui nous charme et qui fixe le temps un peu plus longtemps.

Les 12 chiffres sont séparés par 144 segments qui représentent chacun un intervalle durant lequel 5 minutes de temps s’écoulent. De quoi apprécier le temps qui passe, sans pression, sans hâte…

La couronne de remontoir est légèrement oversized et excentrée vers le fond de boîte. Nous aimons beaucoup ce détail fonctionnel qui facilitera considérablement le remontage du calibre mécanique Sellita (SW210) de votre mono-aiguille, tous les deux jours avec votre café.

MeisterSinger - Phanero Calibre SW S210

La finesse de sa lunette et son cadran sobre et minimaliste la rendent élégante et aisément portable. Que ce soit avec la fameuse petite robe noire ou une chemise de bucheron en flanelle volée à votre copain qui lui, est parti travaillé ce matin.

MeisterSinger - Phanero

Gentlemen, don’t worry, j’ai bien précisé que cette montre est unisexe, de quoi ravir tous les genres. Un poignet d’homme (plutôt fin je vous l’accorde) peut très bien se parer de cette Phanero. Voilà une belle pièce à s’échanger aux aurores avec sa dulcinée.

MeisterSinger : Compagnon idéal des heures qui comptent

Provoquer le déclic de soi, tel est l’objectif de ces instants en solitaire pour un petit tête à tête avec soi même, qu’on se trouve en Suède ou à Paris. C’est justement durant ces moments là que l’on apprécie chaque heure, sans vraiment se soucier des minutes…

MeisterSinger - Phanero

Quant à moi, promis, je restituerai la chemise en flanelle à mon Clyde, mais en ce qui concerne cette Phanero, mon petit poignet me murmure gentiment qu’il n’est pas prêt à s’en défaire de si tôt…


Prix de vente conseillé : 1 495€