fbpx
menu search
TUDOR Ranger : Test, revue, photos exclusives et tellement plus encore…

TUDOR Ranger : Test, revue, photos exclusives et tellement plus encore…

Le Savais-tu ? A l’origine, un Ranger c’est un tout bête garde forestier… hé ouais. Alors évidemment le mot s’est progressivement teinté d’une solide couche de badasserie avec une connotation militaire, baroudeur, maraudeur des bois… Et ce n’est pas la nouvelle tendance « camping » venue de l’ouest qui nous fera mentir. (Si tu penses qu’on yoyotte sur la tendance camping, je te conseille de raviser illico ton jugement mon bonhomme et d’attendre encore quelque mois pour voir ce que Les Rhabilleurs te réservent – BOOM, teaser).

Anyway, tout ce qui est Ranger est donc Badass, à commencer par la TUDOR que nous avons testé pour toi ces dernières semaines !

On en parlait déjà lors de la revue de la Black Bay Blue, l’autre grande annonce de TUDOR à Bâle 2014 (et l’annonce principale à nos yeux) c’était la réédition de la Ranger.

Nous envoyions déjà des messages « subtils » à la marque lors de la dernière revue, et nous avons été entendus ! Nous voici donc de retour pour te parler de la Ranger 2014, l’une de nos vraies montres coup de cœur de l’année.

Mais trêves de tergiversations, on a du pain sur la planche…

tudor ranger watchessentials

First impressions :

La première chose que l’on remarque c’est l’équilibre du boitier de la bête : un boitier certes un peu imposant pour nos goûts d’un autre âge (de pas grand-chose – 41mm), mais qui reste tout de même extrêmement bien proportionné. Sa grande ouverture n’est pas pour autant trop imposante, et son plexi bombé est une vraie merveille, hyper juste pour des fans de vintage tels que nous.

C’est un régal à porter au poignet, et sa relative grande taille se fait très très vite oublier.

L’autre détail old school qui nous saute aux yeux tout de suite, c’est la présence de cornes percées. Cela peut sembler anecdotique mais ça contribue pour beaucoup à apporter à la Ranger un vrai esprit à l’ancienne, du meilleur aloi et goût.

Enfin, la couronne ronde satinée porte fièrement la rose TUDOR géométrique. C’est beau.

tudor ranger look 1

La Ranger est livrée au choix sur un bracelet acier, une manchette (type BUND) ou un classique bracelet cuir. Et dans tous les cas TUDOR te glisse également un petit bracelet tissu (qui dans le cas de la Ranger vaut particulièrement le détour).

Mais revenons sur chacune de ces options de bracelet, parce que mine de rien et de crayon (pfff.. moi aussi ça me fatigue…) c’est important :

Le petit détail old school sur le bracelet acier vient de l’absence de ces fameux caches qui viennent recouvrir l’espace entre les pompes et le boitier.

C’est assez peu commun de nos jours de ne pas intégrer ces “end links”, mais si tu jettes un oeil à la Submariner Tudor de 55 (ref 7923) que Les Rhabilleurs t’avaient présenté avec Antoine de Macedo, tu pourras voir que c’est au contraire assez légitime.

De plus, cela nous rappelle les bracelets JB Champion du milieu du siècle dernier et que les astronautes montaient sur leur speedmasters (source MDP), et ça c’est cool. Vraiment cool.

L’autre bracelet sur lequel on aimerait attirer ton attention c’est le bracelet type BUND proposé avec la Ranger. Pour te faire un peu de background, le bracelet BUND, c’est celui qui était livré avec les montres de la luftwaffe ; c’est un bracelet cuir tout d’une pièce (en vrai à l’origine ce sont trois pièces qui s’assemblent) qui s’évase derrière la montre pour en recouvrir toute la surface de cuir. Un peu bracelet de force, OK. On va être honnête, ça n’est pas forcément notre truc à la base, mais c’est là aussi reconnaitre et capitaliser sur l’ADN baroudeur de la Ranger, et c’est vraiment bien vu.

Quant au bracelet cuir, il a l’air, comme d’habitude, d’excellente facture, et reste une bonne option pour la Ranger.

A moins que…

Oui, on te disait que le bracelet tissé cadeau, le classique de la ligne Heritage, valait le détour…

Car figure-toi qu’il est tissé camouflage. Oui oui, camouflage. Alors je sais le camo est partout, c’est limite l’overdose, mais te rends-tu compte qu’il s’agit là d’un bracelet camo DE SERIE. Je veux dire que la marque a CHOISI ce motif.

Audacieux, non ? Et d’ailleurs, je réitère ma phrase du début il est TISSE camouflage. Pas imprimé comme les NATO camouflage que tu achètes sur le net. Et pas par n’importe qui en plus, il est tissé dans le centre de la France par le fournisseur des robes du Vatican. C’est-à-dire qu’il est cadeau, mais c’est pas pour autant que TUDOR se fout de toi.

Loin de là.

Pour résumer donc, les premières impressions sonnent comme une diatribe : love love LOVE.

TUDOR nous démontre à nouveau que quand ils émulent du vintage, ils le font avec toute l’attention et le sérieux qu’on leur connait, et que rien, absolument rien, n’est laissé au hasard.

tudor ranger focus montre

Cadran/aiguilles :

Outre un boîtier idéalement proportionné, l’autre point qui cristallise le mieux (selon nous) l’attention au détail et le respect flagrant de la marque pour son héritage et son historique se trouve dans le cadran de cette nouvelle Ranger.

Pour commencer, la chose la plus marquante sur ce cadran parfait, c’est l’utilisation des fameux chiffres arabes “explorer” 3/6/9/12 peints et non appliqués comme c’est le cas sur la plupart des montres de nos jours. En fait ce détail peu sonner comme un aveu un peu cheap, à ce niveau de gamme on s’attend un peu automatiquement à de l’index appliqué, mais encore une fois cela aurait été incongru sur une montre qui a l’air de sortir d’un tiroir poussiéreux.

Bien sûr, TUDOR enfonce le clou en utilisant le logo à la rose que nous qualifions de délicieusement suranné à propos de la BBB. Persiste et signe. Ça confère là aussi à la Ranger un look à l’ancienne qui nous plaît terriblement.

Le cadran bombé est très épuré (peu d’information) mais très loin de sembler vide. Les chiffres, le logo, donc, et la mention « rotor – self winding » à 6H. Comme sur ses ainées des années 60.

tudor ranger focus cadran

Les aiguilles sont elles aussi très distinctives, à commencer par l’aiguille des heures de forme tulipe, qui est l’apanage des Ranger vintage.

Et finissant sur la trotteuse de couleur rose/bordeaux avec son petit insert luminescent en forme de trapèze (lui aussi fidèle à l’original). Les aiguilles sont bien couvertes de matière luminescente à la teinte un peu passée pour rendre hommage à la patine des pièces anciennes.

Le seul petit bémol est peut-être dans la teinte de cette trotteuse un peu surprenante (mais au final assez justifiée : c’est comme si l’aiguille avait été bordeaux à l’origine et aurait délavé avec l’âge, en se patinant).

Donc si on doit résumer, deux mots : incredible job.

tudor ranger look et focus

Le calibre :

Tu commences à connaître la chanson, chez TUDOR, comme chez Rolex, on ne finaude pas avec les fond plexi. Une vraie montre solide se doit d’avoir un fond vissé. C’est comme ça. C’est pas grave.

Car il faut le rappeler, on n’achète pas une Ranger ou une Explorer pour les finitions de son mouvement. On l’achète pour qu’elle fasse son job. Et du coup cela implique un mouvement robuste, fiable, solide. Pas des anglages faits main (même si ça ne fait jamais de mal, c’est entendu).

Mais comme d’habitude chez Tudor, on sait sourcer (et modifier) les bons mouvements, ne te fais donc pas autant de mouron.

D’autant qu’à ce prix, j’ai envie de dire qu’il serait un peu déplacé de pinailler.

Parce qu’il faut le souligner, la Ranger est une montre fort abordable (de l’ordre de 2200€). Ca n’est certes pas rien, mais regarde un peu contre qui tu te places à ce prix-là et fait un petit calcul qualité/pédigrée/style/prix pour voir… Oui, on pensait bien que tu dirais ça aussi….

tudor ranger review lifestyle

Les avis :

Comment te dire ? Un plébiscite.

C’est simple, TOUT LE MONDE nous en a parlé. Et TOUT LE MONDE a aimé.

Alors certes, peut-être est-ce dû au fait que nous l’avons bien vite montée sur son bracelet camouflage (qui ne passe pas inaperçu mais fonctionne vraiment bien avec n’importe quelle tenue à la cool – voire avec certaines tenues plus habillées), mais le fait est que les quasiment deux semaines passées avec la belle au poignet nous ont valu de briller en société.

Et le plus intéressant dans tout ça, c’est pas forcément que la montre ait plu, c’est vraiment le fait qu’elle ait plu a tout le monde quel que soit le niveau de connaissances horlogères.

Les #watchnerd cherchent la petite bête (sans vraiment la trouver), certains nous évoquant la légendaire Red Ranger pour se la péter (littéralement légendaire – on n’est pas bien sûrs qu’il ne s’agisse pas là d’une légende urbaine perpétuée par des fora illuminati), et les novices la trouvent juste hyper cool, hyper virile, hyper jolie, hyper bien. Des meufs et des mômes ont même essayé de nous la taxer en scred.

En témoigne le fils de Lionel qui n’a pas manqué de nous la piquer pour faire partie de la Team des Rhabilleurs ! Welcome bro.

tudor ranger kid

Et son prix, la cerise sur le proverbial gâteau. Pour une fois que l’auditoire ne s’emballe pas quand on évoque le prix d’une montre !

Oui, mais donc ?

Je ne suis pas certain que tu t’en sois rendu compte tout au long de la revue, mais nous on l’a trouvée vraiment dingue cette Ranger 2014.

Pour toutes les raisons qu’on a évoqué au-dessus, la TUDOR Ranger c’est finalement un peu la montre créée pour les mecs comme nous (mais pas que, à voir combien elle a plu à notre entourage). Une montre moderne, robuste, fiable, qui reprend avec justesse et intelligence et respect tous les codes des montres sportives des années 60/70, en y ajoutant des solutions techniques moderne, c’est un peu un rêve humide pour nous.

Oh bien sûr, nous nous rendons bien compte au fur et à mesure des revues dédiées à TUDOR qu’on passe un peu pour des fanboys aveuglés, limite aussi ridicules que des nerds susceptibles d’aller camper devant l’apple store pour la sortie du nouvel iTruc, mais malheureusement la firme ne nous laisse pas beaucoup de choix.

TUDOR est certainement LA marque « grand public » la plus maline du moment, et qui développe les produits les plus en phase avec nos attentes, nos convictions aussi, et nous rongeons notre frein pour voir ce que la ligne Heritage (ou autre) nous réserve à BÂLE 2015…

– – – – – – – – – – – – – –

Tudor Ranger : en vidéo

Tudor Ranger : en mode Cinemagrahs

On n’oubliera pas non plus que la Tudor Ranger est la première montre a avoir fait son apparition sur des Cinemagraphs ! Une série de créations by Les Rhabilleurs à re-découvrir en cliquant ici !

Cinemagraph Tudor Ranger Hotel

– – – – – – – – – – – – –

Prix de la montre : 2 200 €

Pour plus d’informations techniques sur ce modèle : cliquez-ici

– – – – – – – – –

Pour continuer l’expérience Tudor x Les Rhabilleurs et partager vos photos avec nous, suivez le guide : 

Banniere-Tudor-mini-site

8 réponses à “TUDOR Ranger : Test, revue, photos exclusives et tellement plus encore…”

  1. Avatar Leo dit :

    Encore du Tudor? Non mais sans dec, combien ils vous payent?

    • Avatar Gabriel dit :

      Bonjour Léo,
      Permettez moi de penser que là n’est pas la question.
      Nous apprécions énormément les créations Tudor depuis bien longtemps. J’en veux pour preuve celle rivée à mon poignet en ce moment même et ce depuis presque deux ans.
      Nous avons effectivement eu la chance de pouvoir tester toute la gamme “Heritage” de la marque et partager plusieurs informations autour de Tudor avec vous cette année. Ce qui est de notre point de vue absolument génial mais peut être un peu trop pour vous.
      J’en prends note pour nos futurs articles. Merci !
      Cette revue, au même titre que les autres, se veut en revanche la plus honnête possible, d’autant plus qu’elle est écrite par nos deux testeurs totalement indépendants.
      Bien évidemment, il nous arrive de travailler avec certaines marques, et seulement celles que nous apprécions.
      Mais nous le faisons en toute indépendance et cela ne nous empêche pas de partager avec vous absolument toutes les découvertes horlogères qui en valent la peine à nos yeux tous les jours sur notre site.
      A très bientôt j’espère.
      Bonne soirée.
      Gabriel

  2. Avatar A. dit :

    Leo> La réponse, en ce qui nous concerne Lionel et moi (qui avons fait la plupart des revues), est très simple : zilch, nada, que dalle.
    Crois-nous on ne cracherait pas sur un cadeau de la part de Tudor, sauf que c’est impossible, déontologie tout ça.

    Nous ne recevons rien d’autres des marques qu’un modèle (de leur choix) pour quelques jours, nous le portons, le prenons en photo, puis nous le leur renvoyions. Bien sûr, nous avons conscience que Tudor est un peu sur-représenté, mais ça n’est pas vraiment un choix : nous ne forçons personne à nous soumettre leur montres, et sommes donc un peu tributaires des marques prêtes à jouer le jeu…

    Comme le précise Gabriel ci-dessus, nous ne faisons pas vraiment partie de l’équipe des Rhabilleurs, nous sommes totalement indépendants, nous ne faisons que donner un peu de temps (et beaucoup d’opinions), et en retour (on ne va pas mentir) l’équipe des Rhabilleurs nous convie régulièrement à des pince-fesses horlogers auxquels nous allons parce que refuser du champagne c’est malpoli.

    Quoiqu’il en soit, chaque mot de chaque revue est sorti de la plume virtuelle de nos ordinateurs à nous, nous assumons chacun de ces mots (même certains jeux de mots douteux) et j’aimerai bien voir Gabriel essayer de nous censurer…

  3. Avatar Gabriel dit :

    @Alex oui enfin je vous offre un burger de temps en temps qd mm.. + la permission de porter des montres géniales toutes les semaines hein ! ^^

  4. Avatar Leo dit :

    Bon, admettons.
    Reste que les tartines de Tudor ces derniers-moi commencent un peu à lasser (moi, au moins), d’autant que cela correspond à une période ou la marque fait beaucoup de com par ailleurs, qui est largement, et dirais-je même complaisamment relayée par ailleurs. Parce qu’il faut quand même dire que niveau RPQ, il y a nettement mieux, non?

    Probable que Rolex essaie de trouver de la croissance là ou on peut encore en trouver, c’est à dire dans le “moins cher”.

    • Avatar Gabriel dit :

      Loin de nous l’envie de vous lasser. On va calmer le jeu. Promis.
      Après, ça n’empêche que c’est une marque très intéressante qui connait un renouveau passionnant depuis quelques années.
      Et, je dis ça en toute honnêteté, je ne pense pas que Rolex ait prévu cet engouement général.
      Question RQP. Je vous laisse juge. Oui, à calibre équivalent, on peut considérer qu’il y a bien moins onéreux, après, on ne s’attache pas à une montre que par rapport à son mécanisme mais aux valeurs qu’elle représente à nos yeux, à son design, à l’image de la marque et bien d’autres facteurs.
      Encore une fois, j’ai une BB, je la porte tout le temps et je ne m’en lasse jamais. Et je ne vous dis pas le nombre incalculable de jaloux que je fais avec. Encore ce soir d’ailleurs.
      J’ai porté la Ranger 1 weekend à peine, je suis tombé sous le charme et pas mal de mes ami(e)s aussi. C’est costaud, bien fait, très bien conçu et issu d’une belle marque. Voilà tout.

  5. Avatar Brieuc dit :

    Je viens de découvrir le site. J’ai aimé cette article!

  6. Avatar Lionel dit :

    Je n’aurais pas mieux dit que mes camarades. Quoi qu’en y réfléchissant bien j’aurais certainement ajouté un zeugme bien senti pour la route en soulignant que nous avons à cœur de ne prendre l’argent de personne ni les lecteurs pour des gogos. En revanche, tu as raison Léo sur un point, Tudor nous a gâté récemment en nous faisant essayer de vrais beautés. Alors, je profite de ton message pour dire à RJ, Ludovic Ballouar, Omega (SM 300 miam) et autres: envoyez nous donc quelques belles pièces à tester, pour éviter de lasser Léo.
    Amitiés

    Lionel

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less