Home Le Savoir La Véritable Histoire

Robert Kerr : Et le Panama « Montecristi » renaît de ses cendres, en France

Jérôme
Le 19 avril 2017
O

On s’y réfère communément sous l’appellation de « Panama ». Il nous vient pourtant d’Equateur, ce célèbre chapeau de paille tressée, meilleur ami de l’homme de goût qui souhaite se protéger du soleil. Il ne se porte, par tradition, qu’à partir du week-end de Pâques. C’est donc officiel et l’occasion de revenir sur un élément du vestiaire masculin qu’on aime particulièrement, et que l’on aimerait davantage voir revenir sur le devant de la scène !

Le Panama : Une longue Histoire

S’il faut attendre le XVIème siècle et la colonisation de l’Equateur par les espagnols pour que les européens découvrent l’extrême finesse de ce tissage, on retrouve les premières traces des « sombreros de paja toquilla » ( le véritable nom du « panama » ) en -4000 avant Jesus Christ. Non, ça ne date pas d’hier.

Panama Montecristi by Robert Kerr

Pour la petite histoire ces chapeaux de paille au tissage extrêmement fin arrivent à Paris en 1855 à l’occasion de l’Exposition Universelle. Son surnom de « Panama » lui sera donné quelques années plus tard lors de la construction du canal de Panama. Le Panama devient alors la vitrine de l’Amérique Latine sur le monde et les ouvriers du monde entier revêtent le chapeau de paille pour se protéger du soleil. C’est en visite au Panama en 1906 que Theodor Roosevelt fait de même et contribue largement à donner au Panama sont nom ainsi que ses lettres de noblesse.

Panama Montecristi by Robert Kerr

Popularisé par d’autres illustres chefs d’États ainsi que de stars de cinéma, le chapeau est devenu une légende. De Humphrey Bogart à Sean Connery en passant par Alain Delon et Marcelo Mastroianni. Plus d’un siècle plus tard, le célèbre chapeau de paille n’a pas pris une ride. Un gage de qualité certain pour un indémodable qui allie légèreté, noblesse, élégance et décontraction. Une combinaison assez ultime et une tradition qu’il convient, si vous voulez notre avis, de perpétuer avec fierté.

Robert Kerr : Le soucis du détail, et de l’excellence

On connaît la jeune Maison Robert Kerr pour ses accessoires d’une grande finesse, pour ses écharpes en soies anciennes, cachemires et laines, cravates 7 plis et pochettes roulottées à la main. Ce qui relie l’ensemble de leurs créations ? La passion pour l’artisanat et la confection, et la quête d’excellence de son fondateur. Une fois n’est pas coutume, la Maison récidive aujourd’hui avec la naissance de son premier Panama. Encore une fois, rien n’a été laissé au hasard et le résultat est à la hauteur des ambitions, jugez plutôt… 

Panama Montecristi by Robert Kerr

Tout d’abord, le choix de la paille, matière première qui définira pour beaucoup la qualité du dit chapeau. Elle peut être tissée de manière traditionnelle de trois manières différentes :brisa, cuenca et Montecristi. Le tissage Montecristi correspond au grade de paille le plus fin, tissé aujourd’hui encore en Equateur, de façon traditionnelle dans le village du même nom. Tout simplement la « Rolls » du Panama, la plus haute qualité de paille existante.

En terme de confection, les fibres de paille sont ici triées et séparées à la main puis séchées au soleil et blanchies à la fumée de souffre. Elles sont ensuite tissées uniquement  le matin tôt et le soir tard, car la chaleur au cours de la journée est trop intense et risque de casse serait trop important.

D’ailleurs, le fournisseur  de paille de la Maison Robert Kerr, à Montecristi, est reconnu comme protecteur du patrimoine mondial de l’UNESCO, évidemment…

Robert Kerr : Fabrication 100% Française

Une fois la paille tissée à Montecristi, elle est envoyée directement en France, dans l’Ille-et-Vilaine où les chapeaux sont formés sur des moules en bois à l’ancienne par un des derniers Maitre Chapelier Formier de France. Ce dernier a d’ailleurs exercé pour les plus grandes Maisons de Haute-Couture. Le savoir-faire est donc bien au rendez-vous.

Ce dernier observe les pailles à réception car c’est la paille qui détermine le chapeau à réaliser en respectant la matière. Vient ensuite la mise en forme, le repassage, jusqu’à la finition et au « garnissage » par la mise en place et la couture du gros grain. La confection, dans le respect de l’art et de la tradition. On aime.

Le Panama Montecristi Robert Kerr en détails

Largeur des bords : 6cm
Ruban : 38mm de hauteur, Bleu nuit, 100% coton
Nœud chapelier plissé.
Prix de vente public TTC => 375€

Notre avis

Un produit extrêmement abouti et d’une élégance rare pour un prix qui reste contenu, compte tenu de la qualité de fabrication et du soin apporté à la confection. Bien évidemment, ce n’est pas donné, mais  j’espère que vous aurez compris en lisant ces quelques lignes qu’on ne parle pas ici du cadeau promotionnel « Havana Club » récupéré en boîte de nuit, les pieds dans la bière…

Il s’agit bien ici de perpétuer une tradition séculaire qui allie fonction, sobriété et savoir-faire. Des qualités qui seront pour nous à jamais synonymes d’élégance.

 

 www.robert-kerr.com