Home Portraits Rencontres

Jean-Marc Pontroué : Entretien avec le nouveau CEO de Panerai

Jérôme
Le 14 novembre 2018
A

Angelo Bonati, CEO et “papa” historique de la maison florentine à la charismatique moustache, tirait cette année sa révérence après deux décennies de bons et loyaux services pour passer la main à Jean-Marc Pontroué. Nous nous étions croisés dans un avion alors qu’il venait tout juste d’être nommé. Ce n’était pas une interview, juste une discussion, une rencontre informelle dans un aérodrome à 6h du matin. Une conversation matinale ouverte qui m’avait déjà à l’époque laissé entrevoir quelqu’un de droit et de profondément humain doué d’une vision à long très long terme.

Si vous connaissiez jusqu’à présent Jean-Marc Pontroué en tant que Président de Roger Dubuis, vous êtes déjà un insider. Voici aujourd’hui l’occasion, après ses premiers mois, de faire plus ample connaissance et de découvrir les intentions de celui qui a désormais entre les mains la barre du navire Panerai…

Jean-Marc Pontroué - CEO Panerai

D’où venez-vous ? Quel est votre parcours ?

J-M.P : “Mon parcours professionnel s’est fait dans de grands groupes. J’ai débuté ma carrière chez Givenchy et ai ensuite rejoint le Groupe Richemont il y a bientôt 20 ans. J’ai découvert le métier de l’horlogerie chez Montblanc avant de reprendre la direction de Roger Dubuis et aujourd’hui de Panerai. Vous savez, je pense qu’il est essentiel de rester longtemps dans une entreprise, pour la comprendre et s’imprégner de sa culture. Savoir travailler en équipe et prendre le temps de comprendre aussi bien les marchés que leurs différentes cultures sont pour moi des éléments essentiels.”

Panerai PAM 01523 Packshot

Ndlr : Jean-Marc Pontroué est arrivé chez Givenchy alors jeune diplômé. Après huit ans, il quittera la maison directeur commercial de la marque pour toute la mode, hors parfums et cosmétiques. Il rejoint Montblanc et y reste onze ans pour en devenir vice-président avant de succéder à George Kern chez Roger Dubuis en tant que président. Il y restera sept ans. Un parcours exemplaire qui laisse suggérer qu’il est arrivé chez Panerai pour durer…

Comment arrive-t-on CEO d’une marque d’un groupe aussi puissant que Richemont ?

J-M.P : “Sincèrement, je n’en sais rien ! Je ne l’ai jamais demandé. J’ai surtout eu la chance qu’on me fasse confiance, que ce soit chez Montblanc, Roger Dubuis ou aujourd’hui Panerai. J’ai toujours géré ces entreprises comme si elles étaient les miennes. Aujourd’hui j’ai acquis une certaine expérience, mais j’ai aussi eu la chance qu’on me laisse apprendre de mes erreurs, et dans ce sens là Richemont est une école formidable “

Panerai SIHH 2018 - Luminor DUE 3 DAYS 42mm

La montre, un objet qui déchaine les passions. Etait-ce un produit que vous connaissiez / appréciez avant de travailler dans ce secteur ?

J-M.P : “J’ai toujours porté des montres, mais sans être passionné. Je peux dire que j’ai véritablement découvert l’horlogerie chez Montblanc, même si mon avis et mon sens critique sont longtemps restés esthétiques. On affute son esprit critique en apprenant et en étant curieux. Bien sûr, mon métier n’est pas celui d’horloger, et je n’aurai jamais pour vocation de réparer une montre, mais j’ai aujourd’hui une assez bonne idée et compréhension de ce qui se passe à l’intérieur d’une boîte. C’est un produit très spécial, très attachant. Il fut donc vraiment facile de se faire prendre au jeu…”

Panerai réalise des montres à la fois sportives et horlogères. Peut-on vraiment considérer aujourd’hui une Panerai comme une montre « outil » dédiée à une utilisation sportive poussée ?

J-M.P : “Absolument. Bien évidemment, les montres Panerai ne sont pas toutes taillées pour les mêmes aventures, malgré l’héritage très fort et le passé militaire de la marque. Prenez la Submersible par exemple, elle est évidemment le fer de lance des montres-outils de la marque, c’est d’ailleurs la Submersible que je porte, celle avec laquelle je cours, je nage et fais du vélo.

Les montres Panerai sont des outils et c’est bien dans cette direction que travaille le Laboratoire d’idées à Florence. Nos recherches portent évidemment sur des améliorations mécaniques mais aussi à l’augmentation de la résistance, de la légèreté et de la durabilité de nos montres.
Panerai SIHH 2018 - Luminor Logo 44mm - Cadran Blanc - Focus

N’oublions pas que tous nos clients ne partent pas faire la guerre avec nos montres, tout le monde n’a pas la vie trépidante de Dwayne Johnson dans ses films ! Ce n’est donc pas dérangeant que toutes nos montres ne soient pas étanches à 300m “

Panerai aujourd’hui VS Panerai demain ? Quelles évolutions ? Quels challenges ?

J-M.P : “Je me dois d’abord de continuer à construire l’immeuble Panerai fondé par Angelo Bonati. J’ai la chance de trouver un immeuble avec des fondations très solides. Nous allons mettre toujours plus en avant les icônes Panerai, en assurer la pérennité et la continuité esthétique. C’est primordial. Une marque s’instaure sur le long terme, et nous ne sommes qu’au début de l’aventure, il ne faut pas faire n’importe quoi.

Montres Panerai

Il n’y a pas de recette miracle pour créer une icône horlogère, il y en a d’ailleurs très peu. C’est un élément décisif dont toute marque rêve, nous avons la chance d’en avoir plusieurs chez Panerai, nous allons les soigner…

Montres Panerai

Nous allons également continuer les recherches avant-gardistes du Laboratorio et enrichir toujours davantage les expériences que nous proposons à nos clients afin que Panerai soit un esprit qui incarne une expérience. 

Le design d’une montre est primordial. C’est entre autre lui qui favorisera l’acte d’achat. Pensez-vous qu’on arrive, aujourd’hui encore, à être réellement créatif  ?

J-M.P : “Lorsqu’on lance une Bronzo ou une BMG, nous sommes créatifs. Mais être créatif ne signifie pas faire page blanche et repartir à zéro, surtout pas. Il faut d’abord comprendre comment la marque vibre, connaître et respecter son passé. Les marques ne réagissent pas aux mêmes stratégies de développement comme des enfants ne réagissent pas de façon identique aux mêmes messages.

Encore une fois, nous avons la chance d’avoir une marque forte. L’italianité de la marque, le chic, l’élégance et le capital sympathie qu’elle inspire est unique et nous tenons absolument à le préserver. Cela nous permet une liberté de création et une certaine latitude que n’ont pas d’autres marques typiquement suisses plus traditionnelles. Ce qui est certain est que nous ne ferons, malgré nos origines italiennes, jamais de mode !

Que fait Jean-Marc Pontroué lorsqu’il quitte son costume de CEO Panerai ?

J-M.P : “Je cours beaucoup, partout où je vais. Je voyage beaucoup et ne pars jamais sans une paire de running. Courir est un excellent moyen de découvrir une ville au petit matin, de rencontrer des locaux et de sentir les envies et les habitudes culturelles d’un marché. Je fais également du ski et du VTT. Je ne regarde pas la télévision mais suis un grand lecteur. Je peux lire aussi bien un magazine sportif qu’un livre sur l’art ou un récit de voyage. La lecture me détend, me ressource et me fait penser.”

Quel modèle Panerai portez-vous le plus volontiers en ce moment ?

J-M.P : “La Submersible justement, une montre masculine, technique et sans compromis. Une icône Panerai qui n’a pas été pensée avec un marché particulier en tête. Une montre avec laquelle je peux vraiment tout faire.”

On observe un secteur de l’horlogerie haut de gamme en pleine (r)évolution. Quelles sont pour vous les grandes tendances qui se dessinent pour demain ? 

J-M.P : “Je suis convaincu que l’avenir de l’horlogerie haut de gamme s’écrira demain autour de deux facteurs essentiels qui permettront réellement à une marque de faire la différence : tout d’abord la notion d’icônes, dont nous parlions tout à l’heure, autour de laquelle le marché va se recentrer toujours davantage, et l’instauration, à nouveau, de la montre comme élément central du vestiaire masculin.

Montres Panerai

Le reste, c’est du “non-produit”.  L’esprit de la marque se construira à la fois sur les notions d’empathie et de mise en valeur d’expériences réelles. Et je ne parle ici pas d’une coupe de champagne ni d’un café avec deux sucres servis au fond d’une boutique, mais d’une véritable écoute du client et d’une relation basée sur la confiance. Je serai en mesure de vous en dire davantage au SIHH. On se voit à Genève ?”

Ces prises de position me paraissent être de très bonnes nouvelles pour Panerai, qui se retrouve à nouveau avec à sa tête, un capitaine qui sait ce que vision à long terme signifie vraiment. Merci M. Pontroué d’avoir répondu à ces quelques questions, ce sera un plaisir de vous retrouver à Genève en janvier prochain…